Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2016

L'utopie est une réalité en puissance

9782351221532.jpgMelville Street
de Xavier Deville

Ed. Sulliver 15€

 

Un jour, j'ai demandé à un ami : « dis, ça te fait pas chier d'être visité deux fois par jour, matin et soir, sept jours sur sept, par une demi douzaine d'auxiliaires sous payées ayant signé un contrat pour t'arracher : à ton sommeil, ton intimité et ton bordel chéri ?! Comment tu fais pour supporter ça ? » Et mon ami me répondit « bah... si mon loulou, c'est un problème quand je veux faire l'amour à ma femme mais si l'auxiliaire de vie est bonne et qu'elle est aussi empoté que moi, là, ça change la donne ». Ce jour-là, je compris une chose. Premièrement, que le handicap était une question de point de vue. Deuxièmement, que ce n'était certainement pas ce que le quidam moyen pouvait en dire qui changerait quoique ce soit à la mentalité libidineuse de mon pote trônant sur son fauteuil électrique !

 

J'ai lu Melville Street de Xavier Deville. Et j'ai compris autre chose. On peut aussi être un auxiliaire de vie, ne pas avoir beaucoup de poitrine mais avoir des choses à raconter sur « la solitude de l'homme normal dans un nid d'handis ». Non seulement c'est possible mais c'est aussi salutaire que d'ouvrir une porte close pour voir ce qui se passe derrière et de la claquer le moment venu, avec le sentiment d'avoir vécu quelque chose de vrai et cueilli « les derniers grains de notre patience dévastée ».

 

L'histoire, c'est celle d'un homme français arrivant dans une petite communauté de personnes handicapés à Dunedin en Nouvelle-Zélande. Utopie avant-gardiste ou pied de nez à la normalité ? A travers son journal de bord, le narrateur raconte, sans fioritures, les jours et les nuits de Melville Street et de ses habitants dans la valse douce amère d'un quotidien bien peu commun.

 

Les habitants, ce sont eux : Tommy debout, Tommy-dans-son-fauteuil, Chesley, l'homme aux trois petites conversations, l'aquatique Jon et Carolyn, dont l'être entier est confusion. Ce sont les personnages de papier aussi. Ceux qui par l'extraordinaire de leur nature, des situations et des péripéties vécues à leur côté confèrent cette dimension si romanesque à l'histoire de Melville Street. Dès lors, il faut composer, cheminer, se battre avec ces personnages, en acceptant la complexité et parfois la violence de ses propres réactions. Une scène de pleine contemplation sous la douche, un instant de grâce et soudain, « deux obstinations qui s'affrontent dans la solitude de Melville Street ».

 

Un jour, quelqu'un a dit a Tommy : « Tu es handicapé mental et ce sera toute ta vie ton identité, ton être premier, ta carte de visite. Alors voici la vie que nous avons décidé pour toi, voici tes possibilités, tes interdits, et maintenant tu peux aller sur ton lit pour réfléchir à tout ça, même si nous doutons fortement de tes capacités de réflexion » Mais dans un coin de sa tête, couve la révolte. Elle sera au centre du roman, incessamment présente pour mettre en échec l'hypocrisie de la société et les frontières de la normalité.

 

Assurément, Melville Street fait l'effet d'une bourrasque d'émotion ! Affranchi de tout misérabilisme et de tout pathos, le roman de Xavier Deville dit tout, de la manière la plus simple et la plus évocatrice qui soit, du regard que nous portons sur la différence et du monde tel qu'il est, avec ses difficultés, ses contradictions et ses chemins qui restent encore à parcourir. Cela, l'auteur le fait sans sacrifier à la poésie, la tendresse ou l'humour des moments partagés.

 

Melville Street est une utopie mais cette utopie est une réalité en puissance.

 

Allan

 

RENCONTRE avec Xavier Deville le VENDREDI 3 JUIN à la librairie !