Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

seuil

  • Mai 1962, Choctaw, Alabama

    sur les hauteurs du motn crève coeur,thomas h cook,seuil,polar,alabamaSur les hauteurs du mont Crève-Cœur

    Thomas H. Cook

    Editions Seuil Policiers 21,5€

     

    Le dernier Thomas H. Cook confirme ce que l’on savait déjà. L’auteur maîtrise l’écriture du flashback à la perfection ! Qu’est-ce qui fait qu’on en sort encore ébloui ? L’écriture, toujours l’écriture.

     

    L’intrigue se déroule dans la petite communauté blanche et conservatrice de Choctaw, en Alabama. Tout remonte à l’été 1962 et nous ramène au corps sans vie de la jeune Kelli, retrouvée sur les hauteurs du Mont Crève-Cœur, seule, dans les profondeurs de ces bois, au prise avec une histoire qui semble s'être répété...

     

    30 ans après, l’énigme est entière et entoure encore de son voile noir l’agression de cette jeune beauté venue de Baltimore. Hanté par la voix et le visage de celle dont il était tombé éperdument amoureux, Ben, devenu médecin de campagne, raconte l'histoire la plus tragique de son existence. Celle que toute sa vie, il s’est évertué à garder au plus profond de son âme…

     

    Ce qu’il y a de surprenant avec les lyriques, c’est qu’on ne se doute jamais des formes que prendront leur imagination et leurs inspirations. Peu d’auteurs sont de cette trempe là. Mais reconnaissons le, Cook écrit des romans noirs comme on écrirait une poésie troublante, mélancolique et obsédante.

     

    Le vieux démon de la ségrégation plane sur ce lieu chargé de souvenirs et de mystères. Il progresse à pas feutrés, lentement, insidieusement, révélant peu à peu un récit tourmenté au charme ensorcelant et une chute à la hauteur d'une tragédie shakespearienne transposée dans le sud profond de l'Amérique.

     

    Reste une oeuvre noire marquante, impérissable.

     

    Allan

     

     

     

     

  • Une biographie passionnante !

    birnbaum, blum, léon, pierre, front, populaire, seuil, portrait, biographieLeon Blum, un portrait

    Pierre Birnbaum

    éd. Le Seuil      20€

    Il fut un temps où les gouvernements de gauche changeaient la vie des français en bien… La pique est un peu convenue en ces temps de remodelage social, certes, mais comment ne pas penser à nos gouvernants actuels quand on lit cette remarquable biographie consacrée à l’homme du Front Populaire par Pierre Birnbaum, ancien professeur de sciences politique et historien passionné des relations qu’entretiennent République et judaïsme ? Une biographie ramassée (seulement 250 pages) et archi-documentée mais étonnement plaisante à lire qui redonne enfin un peu d’épaisseur à un homme dont l’Histoire retiendra un peu trop rapidement qu’il ne fut que l’inventeur des congés payés.

     

    Chronologiquement et avec beaucoup d’entrain, l’essayiste fait le portrait d’un jeune juif normalien qui fut un grand ami de Proust et de Barrès, amateur comme eux de littérature à laquelle il s’essaya longtemps avant de s’en éloigner, passionné qu’il fut très vite par le débat public. Le verbe oui, mais au service des idées plutôt que de la littérature. Des années de jeunes hommes en habits de dandy « aux attitudes peu viriles » qui firent rapidement les délices d’une droite à moustaches au poil bien enraciné dans notre belle Terre de France, Blum basculera (avec un léger retard mais une ardeur redoublée) dans le combat politique aux côtés de Jaurès à l’occasion de l’Affaire Dreyfus. Entre Jaurès et Blum, ce sera ensuite un long compagnonnage jusqu’à l’assassinat du premier. Peu d’hommes politiques de premier plan auront à subir à sa façon autant de torrents nauséabonds d’injures raciales. Son attitude impassible appuyée sur une foi exemplaire en la République sera la meilleure réponse qu’il opposera sans fléchir à ses contempteurs antisémites. Il y aura aussi la création de la SFIO, le Front Populaire, le déchirement ressenti au moment de la Guerre d’Espagne et puis la défaite, Vichy, l’arrestation et le procès que le régime de Pétain voudra lui faire en 1943 à Riom et dont il renversera brillamment l’accusation. Ce courage énorme qui fera hurler de rage la presse nationaliste de l’époque (Gringoire, Le Petit Parisien, L’Appel, Au pilori !, etc.), ce sera lui aussi qui lui permettra de tenir durant les longs mois de déportation au camp de Buchenwald jusqu’au moment de sa libération au printemps 1945. Il terminera sa vie en apportant un soutien résolu à la création de l’état d’Israël en Palestine, une attitude oubliée aujourd’hui qui surprit à l’époque plus d’un de ses amis. Comment comprendre qu’un ardent républicain tel que lui cautionnât la création d’une nation ayant pour base la religion !? Paradoxe ? Cela ne sera certainement pas le seul que vous découvrirez en lisant enfin ce livre tout en contrastes. Oui viscéralement Républicain. Oui, viscéralement juif (les trois femmes de sa vie seront juives). Délicat, un brin efféminé, et pourtant grand séducteur. Un écrivain qui dynamitera l’institution hypocrite du mariage pour mieux s’y réfugier ensuite. Un réformiste de combat qui n’aura de cesse de refuser la brutalité révolutionnaire soviétique. Tout cela, oui, vraiment. Un homme, un combat et une époque à redécouvrir d’urgence. Passionnant !

  • Rencontre avec Alain Mabanckou annulée !!! Mais livre excellent !!!

    mabanckou, dédicace, rencontre, alain, seuil, petit, piment, congoRENCONTRE AVEC ALAIN MABANCKOU

    annulée !!!

    Petit piment

    de Alain Mabanckou

    Ed. du Seuil         18.50€

    Petit Piment ne s’est pas toujours appelé Petit Piment. Ce nom là est un nom de guerre. Il se l'est gagné à l’orphelinat de Loango en faisant avaler en loucedé  aux frères jumeaux qui sèment la terreur dans l’établissement un plat particulièrement épicé pour venger son ami Bonaventure… Car Petit Piment sait se défendre. Un orphelin apprend ces choses là. Déposé quelques jours seulement après sa naissance, il a vécu finalement assez joyeusement ces premières années auprès de ses compagnons d'infortune, sous les regards bienveillants de Sabine, qui fait le ménage dans l’établissement, et de Papa Moupelo, le prêtre qui chaque week-end leur enseigne joyeusement la religion en leur faisant chanter des chansons aux rythmes... endiablés.

    Seulement voilà. La politique et le pouvoir ne laissent jamais tranquille bien longtemps les hommes et les femmes du monde entier, et en ce début des années 70, la protection des murs de l’orphelinat n’offre aucune étanchéité face à l’arrivée d’un régime marxiste au Congo. Le directeur de l’établissement, le dictatorial Dieudonné Ngoulmoumako, fait allégeance avec beaucoup d’opportunisme au pouvoir nouveau  et se débarrasse aussitôt du prêtre et de la femme de ménage qu’il avait dû tolérer en ses murs durant de trop longues années.

    Pour Petit Piment, âgé alors de 13 ans, l’atmosphère devient irrespirable. L’orphelinat prend de plus en plus les apparences d’une prison et il ne lui faudra que quelques mois pour qu'il décide de se faire la belle en compagnie des deux jumeaux devenus entre-temps ses alliés. Commence alors une vie de débrouille et de larcins du côté de Pointe-Noire, la ville où est né Alain Mabanckou dont le formidable et très personnel Lumières de Pointe-Noire, paru en 2013 était tout imprégné. La rapine donc, puis la rencontre avec la magnifique Maman Fiat 500, tenancière au grand cœur d'un bordel dans lequel le garçon va enfin trouver un peu d'affection. Maman Fiat 500 ! Petit Piment éprouve une grande affection pour elle. Sera-t-elle enfin cette mère qu’il n’a jamais eue ? Eh bien ! On n’en saura rien. Rien, car la politique et les élections, une fois de plus, passeront par là et nettoieront de façon brutale le quartier de ses prostituées zaïroises. Des étrangères en plus ! La xénophobie et le populisme n’ont décidément ni frontières, ni couleurs nous dit Alain Mabanckou.mabanckou, dédicace, rencontre, alain, seuil, petit, piment, congo

    A nouveau seul, abîmé par la vie et en proie à des pertes de mémoire et de violentes hallucinations, Petit Piment ne va cependant pas laisser passer l’heure de la vengeance. Quelqu'un va devoir payer pour tous ces malheurs.

    Petit Piment est en quelque sorte l’histoire d’une révolte, celle d’un individu haut comme trois piments, devant un pouvoir politique népotiste et cruel qui n'en finit pas de faire mal à l'Afrique. Et cette révolte - quel bonheur cher lecteur ! -  est portée par un art du récit terriblement réjouissant qui fait d'Alain Mabanckou, Prix Renaudot en 2006 pour Mémoires d'un porc-épic, l'un de nos romanciers parmi les plus enthousiasmant du moment !

     

  • Un mafieux peut en cacher un autre...

    mimmo, gangemi, seuil, policier, polar, revanche, petit, jugeLa revanche du petit juge de Mimmo Gangemi

    trad. de l'italien

    Ed. Seuil Policiers 21.50 €

     « Dans la Ndrangheta, il n’y a pas une tête au sommet et une multitude de demi-têtes qui descendent jusqu’à la base de la pyramide. Ici, chaque organisation obéit à ses propres règles. »

    Bienvenu en Calabre dans le cul terreux de l’Italie ! Terre sanguine et reculée pour l’homme civilisé de Toscane et de Lombardie. En Calabre, il est de notoriété publique qu’on ne met jamais le nez là où il n’a pas lieu de mettre le nez. Ce qui est enfoui six pieds sous terre reste six pieds sous terre. Manque de peau pour le substitut du procureur Maremmi, retrouvé dans sa cage d’escalier refroidi de deux balles de pistolet à canon long. Ni d’ « objection ! », ni de « votre honneur ! ». Il ne fait pas bon d’avoir du flair… Une veine pour Alberto Lenzi dit « le petit juge », ami du regretté Maremmi, coureur de jupons au barreau et tire au flanc exemplaire ! 

    Qu’il lui en coûte, les amis sont les amis et Lenzi entend prendre sa revanche ! Sale affaire et la partie n’est pas gagnée. Le chef de bâton parle la langue des prophètes et la règle qui prévaut est qu’un  mafieux peut en cacher un autre…

    Voilà un petit polar qui fleure bon l’huile d’olive, la vendetta et le sang chaud pressé à froid sous la meule agricole ! Un premier roman violent et pittoresque pour celui qu’on compare déjà à Camilleri pour sa recréation du dialecte local et à Cataldo pour son portrait de la mafia calabraise !

    Affaire à suivre !

  • Le polar israélien arrive en force !!!

    Deux romans policiers ont paru en ce mois de mars qui nous donnent l'un et l'autre deux visions complètement différentes d'un même pays, Israël, et d'une même ville, Tel-Aviv. Tous les opposent que ce soit dans le rythme, dans l'écriture ou dans la réalité sociale qu'ils rendent de leur pays et pourtant les deux ont terriblement plu au libraire !

    dror,mishani,seuil,israël,hébreu,tel,aviv,inquiétante,disparitionUne disparition inquiétante de Dror Mishani

    éd. du Seuil 21€ (trad. hébreu par Laurence Sendrowicz)

    Avraham Avraham,* héros d’une série déjà traduite dans une quinzaine de pays arrive en France. Retenez son nom et celui de Dror Mishani, universitaire amoureux de littérature policière qui signe avec Une disparition inquiétante un roman qui ne confond pas rythme et précipitation. Tout simplement excellent !

    Une femme arrive dans un commissariat de Tel-Aviv pour déclarer la disparition de son fils. Bientôt 24h que l’adolescent n’est pas rentré chez lui. L’inspecteur Avraham Avraham, qui en voit défiler toute la journée des mères et des peurs infondées, tarde à lancer les recherches. Le jeune homme rentrera bien vite, c’est sûr. Que voulez-vous qu’il lui arrive ? Il n’y a pas de serial killers en Israël… Il n'y a même pas de littérature policière digne de ce nom, c'est bien la preuve !

    Quand enfin les ordres sont donnés pour retrouver le jeune homme, on sent que le retard pris par cette enquête ne sera jamais rattrapé et ce contretemps initial bourdonnera fâcheusement dans la tête de l’inspecteur Avraham comme une guêpe dans un bocal.

    Servi par une qualité d’écriture rare et une très grande économie de moyen, Une inquiétante disparition met en scène un homme qui doute autant de ses capacités à résoudre une affaire criminelle que de la culpabilité des proches de la victime à avoir commis un meurtre. Pourtant la clef de l’énigme est là, sous son nez. Encore faut-il la voir.

    liad,shoham,escales,polar,terminus,tel,avivTerminus Tel-Aviv de Liad Shoham

    éd. Les Escales noires 21.90€ (trad. de l'hébreu par Jean-Luc Allouche)

    Peinture d’une société israélienne refermée sur elle-même et encline à une xénophobie ahurissante, on imagine que les romans de Liad Shoham passent mal auprès de ses compatriotes. Erreur, ils sont en tête des ventes…

    La jeune activiste Michal Poleg est retrouvée assassinée dans son appartement de Tel Aviv. Tout accuse un jeune  érythréen, Gabriel, venu se réfugier en Israël avec sa sœur Lydie, et avec qui Michal s’était liée d’amitié quelques semaines auparavant. Pour la grande majorité de l’opinion publique, chauffée par les imprécations xénophobes du député d’extrême droite Ehud Réguev, l’affaire semble entendue : la jeune femme qui avait pris fait et cause pour les clandestins africains semblerait avoir payé de sa vie son activisme. Quand en plus, se sachant recherché par la police, Gabriel se rend à la police et avoue être l’auteur du meurtre pour une raison vaguement crapuleuse, l’enquête semble sur le point d’être bouclée.

    Or il y un grain de sable. Il est blond, de petite taille, plutôt joli, et se nomme Anat Namhias. Inspectrice Anat Namhias. C’est sa première enquête et, contrairement au reste des forces de police dont Liad Shoham dresse un portrait d’un racisme et d’un machisme effarant, la jeune femme aborde l’affaire sans le moindre a priori, notamment quand elle va faire face aux incohérences qui ressortent de la déposition du repenti Gabriel… Est-on sûr d’avoir arrêté la bonne personne ?

    Terminus Tel-Aviv est un roman coup de poing qui nous plonge dans le quotidien d’une société israélienne qui maltraite et méprise ses clandestins. Et l’on sent toute la colère et la révolte d’un écrivain bien informé sur la question. Comment cet Etat là peut-il accepter de laisser prospérer au mépris de toute dignité humaine, un marché du réfugié sur son propre sol ? Prostitution, trafic d’armes, kidnappings, mafias, affairisme politico-judiciaire… la démocratie israélienne n’a vraiment pas fière allure et Liad Shoham ne se prive pas de nous le dire dans ce polar énergique et passionnant !

     

    Notez que ces deux chroniques et plein d'autres sont à retrouver sur le site du magazine PAGE des libraires et dans la revue du même nom disponible à la librairie sur simple demande.