Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2017

Montana 1948

montana 1948,larry watson,gallmeister,bentrock,roman noir,huit-closMONTANA 1948

de Larry Watson

 

Ed. Gallmeister  8€20

traduit de l'américain par Bertrand Péguillan

 

 

Quels souvenirs garde-t-on de son enfance à la moitié du chemin ? Une poignée d'images d’Épinal peut-être. Un bel album de famille que l'on feuillette dans sa mémoire et qui se referme sur nos premiers émois, la première goutte d'ether et le début des 400 coups. On se souvient sinon d'un drame, d'une douleur sourde qui soudain avait accaparée toute notre enfance et marqué à jamais la perte de nos illusions et de notre innocence.

 

Montana 1948. Un homme se remémore l'été de ses douze ans. De celui-ci « je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n'a pu chasser ni même estomper ». Ainsi s'ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, dans la petite ville de Bentrock, une jeune femme sioux, Mary Little Soldier, nurse de la maison Hayden tombe malade et refuse catégoriquement d'être examinée ou ne serait-ce qu'approchée par Franck, oncle de David et médecin de famille. A l'incompréhension générale succèdent les lourdes accusations de Mary. Car l'oncle idéal et le charismatique héros de guerre que se figure le jeune garçon aurait la réputation d'abuser de ses patientes « peaux-rouges ». Alors que le père de David, shérif de son état et frère de Franck entre bientôt dans la confidence, les soupçons se confirment : Mary est retrouvée morte un matin.

 

Voilà comment un gamin voit, en l'espace d'une saison, son enfance voler en éclats et son petit cadre de famille, qui reposait gentiment sur le rebord de la cheminée, se briser sous le poids des non-dits et des silences coupables. Larry Watson écrit le passage de l'enfance à l'âge adulte pour en faire la sève d'un drame qui ne dit pas son nom et le ressort tragique de ce roman. Le lieu de tous les conflits intérieurs. On ne choisit pas sa famille mais saurait-on faire le choix de la justice ?

 

Reste de ses 150 pages ciselées à merveille le sentiment d'avoir tenu entre ses mains un huit-clos absolument bouleversant et, de faite, un roman culte impérissable !

 

 

23/07/2016

Une moisson de classiques ! [POLAR]

Les classiques, nos vieux. Ceux qui n'ont plus rien à prouver et sur lesquels le temps n'a pas de prise. Ceux là qui se font discrets sur l'étagère de la bibliothèque mais qui ne trompent pas un œil averti. Ceux qui comme les murs étaient là avant et seront là après.

Tu y reviens comme à la maison parce que l'appel du cœur oblige. Ils sont tes points de repère, tes prises de conscience et tes révélations. C'est pourquoi il te faut les lire pour après cela, ne plus jamais les oublier.

 

Alors, c'est des classiques qu'il te faut ? J'en ai sous le coude ! De la valeur sûre ! Des qui te ficheront le cœur en l'air ! Des qui te fileront des états d'âme pas croyables ! Te feront vibrer le palpitant, mettront tes nerfs en vrille ou te redonneront une seconde jeunesse ! Des polars que tu ne seras pas prêt d'enterrer ! Des noirs et bien corsés, pas coupés au lactose !

 

Voici une moisson de classiques !

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux foisLe facteur sonne toujours deux fois

de James M. Cain

 

Mémorable crime story transformée en histoire d'amour passionnelle et foutrement échevelée, Le facteur sonne toujours deux fois est un de ces polars qui vous coupent net la chique ! Une endiablade entre deux amants dans une Californie plus prosaïque que jamais ! In-dé-mo-dable !

 

 

 

 

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux foisOn achève bien les chevaux

de Horace Mac Coy

 

Vous avez de grandes chances d'avoir vu ou au moins entendu parlé un jour du film de Sydney Pollack avec Jane Fonda dans le rôle de Gloria. Derrière ce film se cache un roman noir immense ! Tout un symbole sur l'absurdité de la condition humaine et ce que l'Amérique a connu de pire et de meilleur. Vous en dire plus serait un crime !

 

 

 

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux fois,james m. cain,horace mac coy,jim thompson,james ellroy,howard fast,dashiell hammett,david goodis,jean-patrick manchette,james rossAdios Schéhérazade

de Donald Weslake

 

C'est l'Histoire hilarante et tragique d'un auteur de pornos à la chaîne, frappé par une crise de créativité. Racontez-le comme ça à vos amis, je vous jure, ça fait son petit effet. Pseudo-polar par excellence, Adios Schéhérazade est une espèce de remède naturel contre la morosité ! Jouissif à un point, vous n'avez pas idée !

 

 

 

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux foisL'assassin qui est en moi

de Jim Thompson

 

Être shérif dans un roman de Jim Thompson c'est :

 

- mentir comme un arracheur de dents 
- tuer avec un naturel déconcertant 
- et compter sur sa bonne étoile 
- le tout, avec la main sur le cœur !

 

C'est beau. Et quelque peu effrayant !

 

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux foisLe Dahlia Noir

de James Ellroy

 

Sombre, Malsaine, obsédante, mélancolique... Le Dahlia Noir est la pièce maîtresse de l’œuvre de James Ellroy. Un polar culte, magistral, dévastateur. Un de ceux qui marquent durablement les cœurs et les esprits !

 

 

 

 

 

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux foisSylvia

de Howard Fast

 

Alan Macklin est l'archétype du détective privé ! Le bonhomme triste et guignard, vous le situez ? Howard Fast donne pourtant à son personnage l'occasion de rebattre les cartes. Une belle somme d'argent et une femme qu'on ne rencontre qu'une seule fois dans sa vie. L'intouchable et fantasmatique Sylvia. Fatalement, on tombe amoureux.

 

 

 

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux foisMoisson rouge

de Dashiell Hammett

 

Il a donné ses lettres de noblesse au mauvais genre. Le roman noir lui en doit une belle ! Moisson rouge est son classique ! J'ai nommé : Dashiell Hammett ! Inventeur de la Hard-boiled School (traduisez, l'école des durs à cuire), Hammett nous gratifie, avec Moisson Rouge, d'un anti-héros « Badass » et d'un polar à vous flanquer un bon coup de fouet !

 

 

 

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux foisTirez sur le pianiste !

de David Goodis

 

Il émane de ce roman noir une sorte d'aura romantique. L'alcool n'est pas très loin sur le piano bar et les vieux démons guettent un pauv' pianiste qui ne demandait pourtant rien à personne. Hélas Ed, on ne se cache pas éternellement derrière des mélodies...

 

 

 

 

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux foisLa position du tireur couché

de Jean-Patrick Manchette

 

Incontournable Manchette, coup de pied balayette, on se relève avec l'envie d'en lire un autre ! Plus brutal, plus dopé, plus cogneur ! Manchette trouve le ton parfait des grands polars américains dans des mondes en crise, perpétuellement en proie à la violence !

 

 

 

 

 

 

polar,roman noir,le dahlia noir,sylvia,moisson rouge,tirez sur le pianiste,la position du tireur couché,on achève bien les chevaux,une poire pour la soif,l'assassin qui est en moi,adios schéhérazade,le facteur sonne toujours deux foisUne poire pour la soif

de James Ross

 

James Ross est l'auteur d'un livre, un seul. Chef d’œuvre maudit. Auteur trop méconnu. Roman noir de la grande dépression, Une poire pour la soif existe pour nous convaincre que dans un univers de violence, de luxure et de cupidité, tous les coups sont permis. Sans exceptions. Ce qui rend la chose assez fascinante !

 

 

 

 

 

Allan

28/04/2016

L'amoralité de l'histoire, c'est qu'il n'y a pas de morale !

pottsville 1280 habitants,jim thompson,rivages noir,roman noir,shérif,nick coreyPottsville, 1280 habitants

de Jim Thompson

éd. Rivages/noir 8€

 

Il y a de ces romans noirs qui vous retournent la cafetière, j'vous le dis, qui vous agrippent par le col, vous accrochent à la lanterne, vous laissent là toute une nuit et vous jettent dans la boue le matin venu, rossé, glacé et ahuri, comme un cochon préparé à l'abattoir ! Pottsville, 1280 habitants de Jim Thompson est de ces romans là - le plus célèbre du genre.

 

C'est que sous ses airs de débonnaire et de simple d'esprit, le Shérif Nick Corey nous la fait bien à l'envers ! Erreur sur la personne. Monumentale erreur ! Formidable ordure, manipulateur, vicieux, mégalo, abominable et malsain personnage ! Voilà des épithètes appropriées ! Jim Thompson a, comme il convient de le nommer, le "chic" pour vous camper l'antihéros par excellence ! Le chic pour cacher le ver dans le fruit et vous faire goûter de cette pomme bien rouge et bien juteuse qu'on aurait avalé jusqu'au trognon s'il n'y avait pas eu le pire des parasites pour gâter le tout ! Plongé dans la conscience douteuse de Nick, qui aurait pu voir venir l'infâme, le fourbe et le cruel ? La langue des serpents est sournoise et celle du shérif du comté de Potts, particulièrement insidieuse.

 

Si Nick Corey a un plan, ce plan ne peut souffrir aucuns obstacles. Il s'agirait de faire le ménage... Mais proprement, ça, ça reste à voir !

 

 Allan

09/04/2016

La noblesse de l'échec

fausse piste,james crumley,gallmeister,chabouté,roman noir,polar,école du montana,le dernier baiserFausse piste

James Crumley

Traduit de l'américain par Jacques Mailhos

Illustré par Chabouté

Ed. Gallmeister 23,50€

 

Fausse piste. Nada. Walou. Circulez, y a rien à voir. Ou reconsidérez tout ce qui se situe en dessous de vous, de moins que rien, ivrognes, marginaux, hippies, indiens d'Amériques, tout ce qui eut un jour un nom et plus de dignité, et vous aurez une idée assez précise de ce que l'on voit dans les yeux d'un détective pour qui l'art de s'abimer dans un verre de whisky supplante tous les autres et vous apprend au passage, quelques trucs à propos de l'humanité.

 

Ainsi James Crumley créa le personnage de Milton Milodragovitch dit le détective Milo et dès son premier polar posa les solides jalons d'un nouveau genre de noir. Qui a lu, initié ou non, Le (cultissime) dernier baiser, premier roman de sa deuxième série, comprendra l'importance des personnages de Milo et du détective Sughrue dans l'univers de Crumley. Force est d'admettre que dans ces deux anti-héros excessifs et quasi pathologiques, la figure du privé en a pris un coup, le mythe aussi, là où le roman noir en est sorti indemne, grandi et sacrément transfiguré !

 

Il ne fera pas de doute que niché au beau milieu des montagnes du Montana, James Crumley a trouvé une voie, certainement la meilleur, la plus tordue, la plus lyrique, la plus drôle et la plus humaine des voix pour incarner ces personnages, hommes et femmes qui ont compris assez tôt "que même la plus simple des vies était encore trop compliquée".

 

Frère de tous les ivrognes et visages cabossés d'une petite ville sans éclats, Milo est le dépositaire d'un monde où toutes les solitudes se rencontrent. Passage obligé au bar le Mahoney, où aujourd'hui est toujours hier. Une main chasse les vieux démons quand l'autre est encore solidement cramponnée à son verre. Guerre de Corée, mariages ratés, femmes dangereuses, drogues dures, armes à feu et nuits sans sommeil, toute ces choses censées représenter un danger pour soi ou pour autrui. Milo les balaye comme les mégots de la veille et noie absolument tout dans un verre d'alcool purificateur.

 

Quand une jeune et très belle femme pousse la porte de son bureau, Milo n'a pas encore 40 piges qu'il estime ses seuls avoirs, la tristesse et la vieillesse, comme ses plus grands biens. Ayant, comme la plupart des gens qui boivent, passé une grande partie de sa vie à examiner son avenir lamentable, cela a cessé de l'amuser. L'apparition de cette femme signe enfin sa reprise de service.

 

Pour qui voit de la noblesse dans l'échec, ce roman noir vous est dédié.

 

Postscriptum : superbe réédition de Gallmeister, superbement illustrée par Chabouté, bénéficiant d'une superbe nouvelle traduction de Jacques Mailhos. Beaucoup de "superbe" pour une voix incontournable du roman noir américain et de l'école du Montana.

 

fausse piste,james crumley,gallmeister,chabouté,roman noir,polar,école du montana,le dernier baiser

 

Allan

25/07/2015

Méfie-toi de l’eau qui dort

5492-cover-lake-54b3d119c628a.jpg

Au lac des bois de Tim O'Brien

Ed. Gallmeister, traduit de l'anglais (U.S.) par Rémy Lambrechts

 

John Wade ne s’était pas méfié. Un échec politique retentissant aux sénatoriales et le trouble s'immisce dans le reflet d'un homme populaire qu'on disait "un type bien" sous tous rapports. Une erreur de calcul. Un mauvais tour de prestidigitateur. Le passé de "sorcier" resurgit, le double moins idéal que John avait pris soin de faire disparaître de sa mémoire.

Retirés à la lisière des forêts du nord du Minnesota, au bord du lac des bois, John et sa femme Kathy tentent de sauver ce qui peut encore l'être. Las, la solitude a envahi le couple et l'environnement qui les entoure n'est qu'un rappel douloureux du vide de leur existence. Alors que les cauchemars et les comportements de John font une brusque incursion dans l'enfer du Vietnam, un matin, Kathy n'est plus là...

S'est-elle perdue en se promenant sur le lac ? A-t-elle fuit ou sombré ? noyade ? enlèvement ? meurtre ? Hypothèses, témoignages et pistes irrationnelles conduisent l'enquête vers les méandres du passé de John. Que souhaitait-il cacher aux yeux de tous ? Éprouve t-il des remords ? Et a-t-il seulement la réponse à toutes ces questions ?

Dans cette énigme envoûtante, les fantômes du présent et du passé s'entremêlent, filent sur un cours mélancolique tandis que remonte à la surface de l'eau, la tragédie de My Lai et les secrets d'un homme et d'une femme éperdus d'amour. 

Un roman noir d'une profondeur indicible.