Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

olivier

  • 3 minutes au fond de la piscine...

    akhil, sharma, notre, famille, indiens, new, york, olivier, exil, immigrationNotre famille de Akhil Sharma

    trad. de l'anglais (us)

    éd. de l'Olivier   19.50€

    Durant l’année 1978, le père de Ajay décide de quitter l’Inde pour les Etats-Unis. Une année plus tard, sa femme et ses deux enfants le suivent et la famille s’installe dans un petit appartement du Queens. C’est petit, il n’y a qu’une pièce pour dormir mais l’eau chaude et la télévision y coulent en continue, et ça, pour le petit garçon de 8 ans qui deviendra plus tard écrivain, cela a quelque chose de féerique.

    Notre famille raconte d’abord cela. Une installation chaotique vécue cependant par toute la famille comme une véritable ascension  sociale, et un désir paternel farouche de faire de sa troupe d’indiens une véritable petite famille américaine. Et la clef de cette intégration réussie passera forcément par les études des enfants. Aussi, rapidement, une pression énorme va être mise sur les épaules de l’aîné, Birju, 13 ans, afin qu’il réussisse le concours d’entrée à la Bronx High School of Science. Toute la famille va vivre durant de longs mois dans l’unique souci de sa réussite à l’examen. Birju est un grand frère modèle, revêche avec Ajay mais bienveillant et travailleur. L’Amérique lui plaît énormément. Il y vit beaucoup plus épanouit qu’en Inde et où il ne se faisait pas d’amis. Dans ce quartier du Queens, il est même devenu populaire ! Finalement admis au grand soulagement de tous, on se dit que cette histoire de rêve américain est décidément bien lancée !

    Elle s’écrasera malheureusement au fond d’une piscine par une chaude journée d’été quelques semaines plus tard. 3 minutes. 3 minutes que l’on ne pourra jamais soustraire au temps passé ni effacer pour faire comme si elles n’avaient jamais eu lieu. 3 minutes, c’est le temps que Birju va passer dans l’eau chlorée avant d’en être retiré. Les lésions cérébrales sont irréversibles. Birju passera le reste de ses jours dans son lit médicalisé. Une autre histoire d’intégration commence alors…

    Il aura fallu 12 ans et plus de 7000 pages de travail à Akhil Sharma pour écrire ce livre hommage à sa famille détruite par ce drame. 12 ans pour dire sur 220 pages, avec simplicité et parfois beaucoup d’humour, cette succession de combats, de petites victoires et de défaites, d’espoirs douchés et de reconstruction malgré tout. Notre famille raconte aussi l’histoire d’un dévoreur de livres, et la naissance d’un écrivain qui se jette à corps perdu dans la fiction et l’imaginaire pour mieux se protéger de la vie et de ses blessures.

    C’est bouleversant, dépourvu de pathos et cela vous concerne dès la première ligne. 

  • La France vue d'en bas.

    france, aubenas, florence, fn,olivier,ouistreham, quai, précarité, piémanson

    Rencontre avec Florence Aubenas,

    vendredi 5 décembre à 18h30 à la médiathèque de Romans.

    Précédée d'une séance de dédicaces à la librairie des Cordeliers à 17h (horaire sous réserve).a

    En France de Florence Aubenas

    éd. de L'Olivier 18€.

    En France.

    Tout ça se passe en France. Ces derniers mois.

    Dans ces coins où aucun journaliste ne va pour entendre ce qui s’y dit. Dans ces coins de hasard, à la périphérie des périphéries connues, dans les campagnes, dans les champs et les stations services, dans les centres commerciaux ou les cages d’escaliers, dans les usines occupées, les mairies abandonnées et les halls d’escaliers, sur le siège passager des camionnettes d’artisans, dans les bureaux fatigués des offices HLM, aux côtés des vendeurs de shit, des mères filles, des gamines roms, des jeunes voilées et des cathos énervées, poussant son crayon jusqu’à Hénin-Beaumont, elle est allée. Florence Aubenas est allée là-bas et elle a écouté, chaque semaine, comme on pose l’oreille sur le sol pour entendre souterrainement la terre bouger. Elle a l’oreille fine, très fine, et sous la surface, promis, ça bouge. Et ce qui pourrait en advenir est très inquiétant.

    pres-de-la-moitie-de-la-population-francaise-beneficie-de-la-caf.jpgQui regarde encore la France et qui écoute les français ? « On croit connaître ces endroits qu’on appelle « chez soi ». En réalité c’est dans ces paysage familiers que commence le mystère ». La France change, ils sont nombreux à le dire dans ces lignes, les gens du peuple. Et la France, comme elle change, ne leur laisse pas de place. Crise industrielle, appartenance de classe, de souffrance laborieuse et de fierté salariée, tout a explosé. Et il faudrait ne pas crier ?! Tout change. Avant un CDI à la chaîne chez Peugeot, c’était de l’esclavage. Cet esclavage désormais, il fait rêver. Avant, enceinte à 14 ans, c’était la honte. Désormais, « on compte pour quelque chose quand on a un enfant ». Avant, coucher pour de l’argent, c’était quand même mal vu… A présent «  celles qui couchent pour rien se dévalorisent elles-mêmes ». Avant, encore, les factures de loyer et d’électricité étaient sacrées. Le poste numéro 1 désormais dans l’échelle des paiements, c’est le portable et internet. « Sinon t’es mort ». Une bascule des valeurs se fait. La colère libère les langues et défie justement ceux-là même qui avaient établi ces valeurs. Ceux d’en haut, on les met au défi. Le vote FN contre les arabes et l’Europe. Trop de lois, des normes, d’autorités administratives ou professorales, trop d’homosexualité dans les programmes scolaires (enfin, c’est ce qu’on a entendu dire), trop de taxes, trop de tout ce qui écrase et vient d’en haut !

    Ah ! Si seulement tout pouvait être aussi chouette que sur la plage de piémanson, aubenas, florence, france, olivierPiémanson, ce bout du bout de Camargue à 40 bornes d’Arles. Là aussi elle y est allée, Florence Aubenas. Sur cette incongruité de sable de 10km de long, joyeuse et indomptée où le camping sauvage est toléré ! Toléré, «  pas autorisé, pas interdit, mais possible. C’est ce mot là qui définit l’endroit aujourd’hui. » Un bout de France comme un morceau de Far West pour dire quand même un petit peu Merde ! à l’Etat et à ses règles. Mais il se murmure que même ça, même cette dernière dune de liberté, ils vont nous l’enlever…

    florence, aubenas, france, olivierEn France est un livre saisissant fait d’esquisses, plutôt que de portraits, de françaises et de français rencontrés par la journaliste du Monde au hasard de ses reportages dans l’hexagone de 2012 à 2014. De colères en désarrois, il redessine le visage d’un pays qu’on démaquille, laissant apparaître ici et là d’inquiétantes taches brunâtres. La plume de Florence Aubenas est douce, souvent amusée, toujours humaine, profondément humaine, avec des bonheurs d’écriture terriblement réjouissants.  Reste ce visage à présent complètement démaquillé. Quatre ans après Les quais de Ouistreham, on peut dire qu’il  mal vieilli.

  • Florence AUBENAS à Romans

    Rencontre avec

    Florence AUBENAS

    vendredi 5 décembre

    à l'occasion de la parution du livre

    En France

    aubenas,florence,france,olivier,dédicace,librairie,cordeliers

    Rencontre à la Médiathèque de Romans Simone de Beauvoir à partir de 18h30

    La rencontre sera précédée d'une séance de dédicaces à la librairie des Cordeliers à partir de 17h*

    *(horaire sous réserve de modification)

    La librairie des Cordeliers remercie infiniment les éditions de l'Olivier d'avoir rendu cette rencontre possible !

  • Éblouissant !

    salter,rien,autre,olivier

    Et rien d'autre de James Salter

    trad. anglais (U.S.) éd de l'Olivier, 22€

    "En 1996 paraissait en France, presque 30 ans après sa publication aux Etats Unis, Un sport et un passe temps, une plongée au cœur d'une passion érotique hors du temps vouée à une fin brutale. Un bonheur parfait, qui paru l'année suivante se présente comme le pendant de cette première histoire. On y découvre le modèle exemplaire d'un couple qui aurait mis le modèle américain à ses pieds, mais qui, par peur de l'ennui, va chercher dans d'autres bras quelques instants de jouissance. Jeu dangereux puisque après le frisson éphémère de la découverte d'un corps inconnu, on se retrouve fatalement face à soi, aussi seul qu'avant. Et rien d'autre clôt en quelques sorte ce triptyque du sexe et de l'amour en racontant la vie d'un homme depuis la guerre jusqu'à ses vieux jours.

    [...] A mesure qu'il gagne en âge, il se détache du leurre de l'amour salter,rien,autre,olivierromantique, et ses partenaires sont de plus en plus des femmes qui, comme lui, cherchent la jouissance du sexe et la fraternité intellectuelle. Et rien d'autre est l'histoire d'un homme qui apprend à ne mendier ni l'amour ni la reconnaissance et qui accepte les défaites amoureuses avec la sagesse de celui qui a compris que l'on ne retient ni les sentiments ni les moments de bonheur. Salter excelle a décrire ces passages de solitude, ces instants en suspension à peine accrochés à un rayon de soleil dans l'interstice d'un rideau et qui sont d'une beauté à pleurer."

    Article de notre ami Michel Edo de la librairie Lucioles à Vienne, à retrouver dans le magazine Page des libraires.