Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2012

Le Travesti vous regarde

Travesti de David Dumortiertravesti, dumortier, david, dilettante

éd. Le dilettante 17€

Travesti est de ces textes que l'on n'attend pas et que l'on se prend en plein figure. Dans une langue qui fait souvent du bien et dit beaucoup de mal, David Dumortier, poète dans le civil, habitué des salles de classe grâce à ses publications jeunesse, dévoile, en une confession tour à tour rageuse et bouleversante, sa vie de travesti.

Et qui y a-t-il sous la jupe d'un travesti ?

D'abord, il faudrait pouvoir tout dire sans choquer. Alors disons- le tout de suite. Si tout connaître de la vie d'un travesti qui aime à se donner de préférence à des noirs et des arabes vous choque, alors vous serez choqués. Si vous craignez de savoir ce qui pourrait se passer dans l'alcôve d'un travesti qui, c'est selon, vend ou offre son savoir-faire, alors fuyez et maudissez-vous d'être incapable, le temps d'un livre, de faire taire des convenances qui n'ont aucune place entre ces pages. Mais dans le cas  contraire, si vous reconnaissez que rien n'est sale en littérature qui est dit avec brutalité et beauté, alors bienvenue dans ce petit appartement parisien, bureau et bordel de David Dumortier où le poète et le fardé essaient de vivre en bonne entente. Défilent alors les hommes et leur petit fardeau de vie qui viennent pour parler autant que pour baiser, se défaire un instant de la réalité sans joie de leur quotidien. Savent-ils que le travesti est aussi poète ? Rien. Arrivent alors les excursions provinciales de l'écrivain, invité ici et là, dans quelque coin reculé de France où naissent les rivières, afin de travailler la rime avec deux trois classes motivées. Ces enfants là savent-ils que leur poète, dans l'intimité, aime à porter des robes vite enlevées le moment venu ? Sûrement pas.

D'ailleurs, personne ne savait rien jusqu'ici, de sa schyzophrénie. Mais de ces nuits de labeur labouré, de ces tournées scolaires épuisantes racontées comme jamais aucun dumortier, david, travesti, dilettanteécrivain n'osa le faire, naissent des pages de littérature sublimes. Sublimes ! Marginal le poète, marginal le travesti. "Personne ne choisit un beau matin d'être poète pas plus que travesti". David Dumortier sera les deux dans un monde qui les méprise autant l'un que l'autre, et sur ce mépris, il brandit un miroir de littérature qui dit de nous ce qu'il en sait. Ce qu'il a pu observer dans son cabinet. Et devinez alors, entre le travesti et le père de famille, quand ils se retrouvent face à face avant de se serrer, lequel des deux a le plus de choses à cacher ?

Travesti n'est pas une lecture qui vous veut du bien. Mais de ces centaines d'hommes rencontrés, leurs morceaux de vie dans ce livre collés, leur colère, leur violence, et de cette enfance paysanne détestée, père parti, mère abandonnée, et de ces enfants dans les classes, leurs questions incessantes et parfois, l'un d'eux, au-dessus du lot, un être hors du commun, de tout cela donc, toute cette matière qui sent un peu le fumier, naît un livre touché par la grace.

Si vous le voulez, cher lecteur, chère lectrice, je ne vous conseillerais qu'un seul livre cette année. Ce serait celui-ci. Au risque de vous perdre.

"Je n'ai jamais désiré être une diva pour mon pays. J'aurais seulement aimé être une femme un peu conne. Il n'y en a pas beaucoup qui rêvent d'être une conne. Mais moi je prends tous les rêves que les autres ne veulent pas."

"Derrière la maison, un chemin blanc monte vers le boqueteau. Ce petit layon à l'air de respecter toute la diversité végétale du monde avec son joli nez à la retroussette dans le virage et son sac-à-dos rouge qu'il porte parfois sur le dos de quelqu'un. On aimerait lui en faire voir de toutes les couleurs à ce chemin de terre. Lui casser la gueule et lui piquer son pognon. Ca lui ferait changer d'avis sur l'amitié entre les peuples."

27/01/2012

Ce que j'appelle un P***** de ROMAN NOIR !

jahn, ryan, bons, voisins, actes, sud, effet, témoin

De bons voisins de Ryan David Jahn

Actes Sud       21€

New York, le 13 mars 1964. A quatre heures du matin, après son service, une jeune femme rentre chez elle. En bas de son immeuble, tapi dans la pénombre, un homme armé l'attend. Elle va recevoir un nombre incroyable de coups de couteau, appeller au secours en vain et agonir près de trois longues heures dans une mare de sang sans que personne ne vienne l'aider. Pourtant ils seront près d'une quarantaine derrière leurs fenêtres à assister à la scène effroyable, convaincus qu'un autre parmi eux aura déjà appelé la police... Comment ce drame, qui à bouleversé l'Amérique, a-t-il été possible ? C'est la question que se pose Ryan David Jonathan dans ce premier roman d'une noirceur incroyable. Entrecroisant les existences fragiles d'hommes et de femmes suffisamment occupés par leurs propres problèmes avec la narration minutieuse du calvaire de la jeune victime, il brosse le portrait d'une ville la nuit, où règnent violence, corruption, pédophilie et racisme. Une Amérique en guerre au Viet Nam qui s'oublie et s'enfonce dans une fange cérébrale où se noie le quotidien. Restent quelques personnages magnifiques : un fils prisonnier de l'amour qu'il porte à sa mère gravement handicapée, un homme qui découvre son homosexualité en compagnie d'un collègue de travail, un couple qui se dispute après une soirée échangiste... La vie ne manque décidémment pas de distractions qui vous feraient oublier qu'à quelques marches de là, en bas de votre immeuble, votre jeune et jolie voisine rampe dans son sang depuis de longues minutes déjà, espérant atteindre la porte de son appartement avant que son agresseur ne vienne terminer un travail suspendu. Coitus interruptus...

Voilà un roman noir magistral ! Une perle à ne pas rater ! Quelque chose entre Short Cuts, le film de Robert Altman, pour la construction et Hubert Selby Jr ou Truman Capote pour le talent de plume.