Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

backderf

  • A l’arrière du camion-benne, le rire et l’odeur…

    trashed,derf,backderf,poubelles,ordures,bande,dessinéeTrashed de Derf Backderf

    éd. Ça et là (trad anglais U.S. par Philippe Toboul)

    22€ 

    Ce n’est pas exactement le job « avec air conditionné » qu’il aurait souhaité, mais Derf avait promis à sa mère de se trouver un boulot s’il arrêtait ses études. Une petite annonce dans le journal local pour un emploi municipal non défini, un coup de fil : « OK, vous commencez demain » et c’est parti pour une année et 230 pages en plein air, à l’arrière du camion…

    Poubelle le camion. Eh, eh ! Bienvenu dans l’envers du décor d’une ville qu’il croyait connaître, Akron (Ohio), 200000 âmes. Derf redécouvre son patelin à travers les ordures que rejettent ses habitants et je vous promets qu’il y’en aura pour tous les goûts. C’est l’intimité de toute une cité qu’il nous donne à voir à travers les vapeurs de gazoil que dégage l’engin, celle que l’on ne montre jamais et celle que nous-mêmes préférons ne pas voir. Je vous jure qu’une fois tournée la dernière page de Trashed vous ne sortirez plus vos poubelles sans avoir une pensée pour les types qui se chargeront de les jeter dans le camion-benne. Et vous penserez aussi à ce qu’ils diront de vous car bien sûr, à l’intérieur de chaque sac (même percé et dégageant un contenu non identifiable) il y a une histoire à vous faire hurler de rire. Quel bonheur de retrouver ce dessinateur qui nous avait ému avec le terrifiant Mon ami Dahmer (2012) et réjouit aux larmes avec l’hilarant Punk rock et mobile homes (2013).  Trashed c’est un instant de l’histoire sans fin de notre société de consommation qui rejette tant qu’elle peut sans trop se poser de questions, et finira un jour par crouler sous son propre excès si rien d’autre ne l’achève avant.

    Franchement, heureusement que les BD ne transmettent pas les effluves parce que sinon ma bibliothèque (et celle de tous les gens que j’aime) allait puer. Car cette BD, croyez-moi, je n’ai pas fini de l’offrir !

     

    trashed,backderf

     

  • J'aaadooore cette bédé !!!

    backderf,punk,rock,mobile,homes,ça,là,dahmerPunk Rock & mobile homes de Derf Backderf

    Ed. Ça et là         19€

    Après Mon ami Dahmer parue en 2013, fascinante bande dessinée qui revenait sur ces années lycée durant lesquelles l’auteur avait côtoyé de très près celui qui allait devenir l’un des pires tueurs en série aux Etats-Unis, Derf Backderf réapparaît chez Ça et là avec un récit tout aussi « Amérique profonde » qui gagne en humour ce qu’il perd en malaise. Et c’est un vrai bonheur !

    Punk Rock & mobile homes est le portrait d’un jeune homme haut en couleur dans une ville qui a perdu les siennes. La ville, c’est Akron, Ohio, au début des années 80. Une ville que l’on appelle aussi Rubber City, la ville du caoutchouc, en raison de l’importante concentration d’usines de fabrication de roues et de pneus. Enfin ça, c’était avant. Avant la crise de l’automobile, avant le chômage. Une ville abandonnée où, symbole de la décadence certainement (…) il arrive aux banques de se transformer en boites punk ! Et c’est précisément là que se déroule notre histoire, dans The bank, une salle de concert mythique qui, comme par miracle, verra passer en quelques mois le meilleur de la scène punk rock. Les Ramones, Klaus Nomi, Wendy O. Williams, Joe strummer, Ian Dury et le critique musical Lester Bangs. Ils apparaissent backderf,punk,rock,mobile,homestous dans cette BD et tous ont affaire au véritable héros de l’histoire : Otto Pizcok qui se fait appeler aussi, « le Baron ». Un grand dadais de 18 ans, trombone dans la fanfare du coin. Pas exactement un punk tel qu’on les imagine en effet. Mais la suite nous prouvera que tel n’est pas celui que l’on croyait être… et ça va être un festival !

    Sur près de 150 pages, Punk Rock & mobile homes est le portrait régressif, potache et  testostéroné d’un mec qui n’en a pas l’air mais qui, au contact de cette musique qui n’aime rien, va s’épanouir et connaître l’amitié, l’amour et la gloire au micro ! C’est aussi le portrait d’une jeunesse qui prend conscience avec effroi et dégoût que le pays s’est donné à la pire baudruche que la politique spectacle n’ait encore jamais gonflée : Ronald Reagan ! Les malheureux, s’ils savaient W. Bush attendait son heure…