Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2016

Le retour au pays de Jossel Wassermann

hilsenrath.jpgLe retour au pays de Jossel Wassermann
de Edgar Hilsenrath
Ed. Tripode 20€

 

Tous les lecteurs le savent même si certains s'en cachent et n'osent le dire. Il y a toujours une place particulière pour un auteur dans notre petit cœur de bibliophile. Il ne faut pas avoir honte ! Voyez-vous, le mien s'appelle Edgar Hilsenrath. Et cette année, Edgar a fêté ses 90 ans. Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, les éditions du Tripode ont décidé de marquer le coup en faisant coïncider la date de son anniversaire avec la publication du (Le) retour au pays de Jossel Wassermann. De fait, c'est un peu comme si Edgar avait partagé une part de son gâteau avec moi et que nous avions soufflé ensemble ses biens nombreuses bougies !

 

Happy Birthday Edgar ! N'oubliez pas de faire un vœux ! Et si ce vœux est d'écrire un nouveau roman, alors je croiserais les doigts pour vous et je prierais fort pour qu'il soit aussi fabuleux, burlesque et mordant que tous les autres chefs d'œuvres auxquels votre plume nous a habitué !

 

Le Retour au pays de Jossel Wassermann publié en Allemagne en 1993 a été, comme tous les romans d'Hilsenrath, fortement inspiré de sa vie. De son expérience personnelle au village de Siret, située dans le nord-est de la Roumanie, l'auteur retiendra - selon ses propres mots - "les plus belles années de sa vie". Il y vivra de 1938 jusqu'en 1941, date à laquelle il sera déporter dans le ghetto juif de Mohyliv-Po-dilskyi. Ce roman, c'est l'histoire des shtetls, l'incarnation de ces petites communautés juives éparpillées dans l'est de l'Europe dont la guerre et la shoah ne feront qu'une bouchée à l'avènement du nazisme. C'est l'histoire des années douces et celle des aventures rocambolesques de Jossel Wassermann.

 

PROLOGUE

 

Alors que le wagon est en marche vers l'histoire et qu'un froid glacial s'est abattu sur le village de Pohodna, à son bord, les habitants juifs du shtetl en appellent à une voix. L'une d'elle s'élève de l'obscurité et raconte : voici l'histoire du retour au pays de Jossel Wassermann, la préhistoire du testament qui arriva trop tard pour les juifs du shtetl.

 

L'ONCLE JOSSEL

 

Allongé sur son lit de mort et entouré de son avoué et de son notaire, l'oncle Jossel ne saurait dire s'il rend son dernier souffle ou les flatulences de son dernier repas composé de boulettes juives ! Dans le doute, il s'agit d'écrire son testament, léguer quelque chose au porteur d'eau Jankl et aussi au shtetl dans lequel il est né, laisser quelque chose, disons, l'ensemble de ses bas de laine et de ce qu'il possède. "Ils seront tous contents de moi, dit l'oncle Jossel. Mon nom survivra. Et ce sera comme si je n'étais pas mort." La messe est dite ! Notaire, avoué et secrétaires assisteront Jossel Wassermann dans l'écriture de son testament.

 

MAIS PAR OU COMMENCER DÉJÀ ?

 

"Peut-être par l'histoire du hareng salé juif et de l'empereur d'Autriche". Ou bien par le début. Mais lequel ? Par quelle bout prendre cette histoire ? Comment la faire enfler ? Parcourir les branches d'une généalogie héroï-comique et chercher jusque très loin dans l'arbre des origines celle de Jossel Wassermann et de tout un peuple ?! La réponse, s'il en est une, est dans cette propension à la digression, aux épisodes truculents et circonvolutions d'une histoire foisonnante sans début ni fin ! De là l'auteur tire sans aucun doute la part la plus drôle et la plus humaniste de son roman.

 

Avec un goût jamais perdu pour la satire et l'humour burlesque, une tendresse folle pour ses personnages - leurs us, leurs coutumes, leurs mythes et leurs aventures - Edgar Hilsenrath ne réécrit pas l'histoire, il fait mieux ! En lui conférant une autre dimension, formidable, puissante, allégorique, capable de se dresser contre l'oubli en œuvre historique et admirable !

 

Allan

10/05/2016

L'utopie est une réalité en puissance

9782351221532.jpgMelville Street
de Xavier Deville

Ed. Sulliver 15€

 

Un jour, j'ai demandé à un ami : « dis, ça te fait pas chier d'être visité deux fois par jour, matin et soir, sept jours sur sept, par une demi douzaine d'auxiliaires sous payées ayant signé un contrat pour t'arracher : à ton sommeil, ton intimité et ton bordel chéri ?! Comment tu fais pour supporter ça ? » Et mon ami me répondit « bah... si mon loulou, c'est un problème quand je veux faire l'amour à ma femme mais si l'auxiliaire de vie est bonne et qu'elle est aussi empoté que moi, là, ça change la donne ». Ce jour-là, je compris une chose. Premièrement, que le handicap était une question de point de vue. Deuxièmement, que ce n'était certainement pas ce que le quidam moyen pouvait en dire qui changerait quoique ce soit à la mentalité libidineuse de mon pote trônant sur son fauteuil électrique !

 

J'ai lu Melville Street de Xavier Deville. Et j'ai compris autre chose. On peut aussi être un auxiliaire de vie, ne pas avoir beaucoup de poitrine mais avoir des choses à raconter sur « la solitude de l'homme normal dans un nid d'handis ». Non seulement c'est possible mais c'est aussi salutaire que d'ouvrir une porte close pour voir ce qui se passe derrière et de la claquer le moment venu, avec le sentiment d'avoir vécu quelque chose de vrai et cueilli « les derniers grains de notre patience dévastée ».

 

L'histoire, c'est celle d'un homme français arrivant dans une petite communauté de personnes handicapés à Dunedin en Nouvelle-Zélande. Utopie avant-gardiste ou pied de nez à la normalité ? A travers son journal de bord, le narrateur raconte, sans fioritures, les jours et les nuits de Melville Street et de ses habitants dans la valse douce amère d'un quotidien bien peu commun.

 

Les habitants, ce sont eux : Tommy debout, Tommy-dans-son-fauteuil, Chesley, l'homme aux trois petites conversations, l'aquatique Jon et Carolyn, dont l'être entier est confusion. Ce sont les personnages de papier aussi. Ceux qui par l'extraordinaire de leur nature, des situations et des péripéties vécues à leur côté confèrent cette dimension si romanesque à l'histoire de Melville Street. Dès lors, il faut composer, cheminer, se battre avec ces personnages, en acceptant la complexité et parfois la violence de ses propres réactions. Une scène de pleine contemplation sous la douche, un instant de grâce et soudain, « deux obstinations qui s'affrontent dans la solitude de Melville Street ».

 

Un jour, quelqu'un a dit a Tommy : « Tu es handicapé mental et ce sera toute ta vie ton identité, ton être premier, ta carte de visite. Alors voici la vie que nous avons décidé pour toi, voici tes possibilités, tes interdits, et maintenant tu peux aller sur ton lit pour réfléchir à tout ça, même si nous doutons fortement de tes capacités de réflexion » Mais dans un coin de sa tête, couve la révolte. Elle sera au centre du roman, incessamment présente pour mettre en échec l'hypocrisie de la société et les frontières de la normalité.

 

Assurément, Melville Street fait l'effet d'une bourrasque d'émotion ! Affranchi de tout misérabilisme et de tout pathos, le roman de Xavier Deville dit tout, de la manière la plus simple et la plus évocatrice qui soit, du regard que nous portons sur la différence et du monde tel qu'il est, avec ses difficultés, ses contradictions et ses chemins qui restent encore à parcourir. Cela, l'auteur le fait sans sacrifier à la poésie, la tendresse ou l'humour des moments partagés.

 

Melville Street est une utopie mais cette utopie est une réalité en puissance.

 

Allan

 

RENCONTRE avec Xavier Deville le VENDREDI 3 JUIN à la librairie !

07/05/2016

Une histoire de bd et de gingembre !

Certains disent que le gingembre aurait des vertus aphrodisiaques... Faux ! Ce qui a des vertus aphrodisiaques, c'est cette sélection de bandes dessinées concoctée  par les soins de la librairie des Cordeliers mesdames et messieurs ! Au programme, du franco-belge, du comics, du manga, du roman graphique pour les puristes et beaucoup d'éclectisme avec un cheveux sur la langue bien-sûr !

 

carnet.jpgCarnet de santé foireuse

de POZLA

éd. Delcourt 34.95€

 Comment faire d'une maladie de merde une BD qui vous prend aux tripes tout en déclenchant des fou rire incontrôlables et une furieuse envie de se battre ? Pozla a la réponse dans ce Carnet de santé foireuse qui fait un bien monstrueux là où ça fait mal !

 

 

sex.jpgSex Story

de PHILIPPE BRENOT ET LAETITIA CORYN

 éd. les arènes BD 24.90€

 On a envie d'en faire une « sucsexstory », tant l'idée est géniale et sa réalisation une réussite ! Adieu les inhibitions, bonjour les révélations ! On entre dans cette histoire de la sexualité comme dans « Il était une fois la vie », souvenir oblige ! Mais au-delà de son style « bon enfant », Sex Story explore, défriche et démystifie, dans un mélange de rigueur historique et de narration ludique cette dimension essentielle de l'intimité des humains qu'est la sexualité ! Évolution des mœurs, pudeur, érotisme, amour, désir, fruit défendu, sexualité des dieux, éveil des sens, devoir conjugal ou encore comportements sexuels méconnus de personnages pourtant incontournables : tout y passe, sans tabou, vous saurez tout, absolument tout sur sexe !

 

brésil.jpgDétails d'une vie brésilienne

de FABIO MOON GABRIEL BA

éd. Urban comics 15€

Des vies croqués, des souvenirs, des rêves parfois éveillés, des histoires courtes d'amour, d'amitiés et de deuil, les détails d'une vie brésilienne qui font des frères Fabio Moon et Gabriel Ba les tenants d'une œuvre existentielle forte, pleine de grâce et de splendeur ! Une merveille qui préfigure le grand chef-d’œuvre Daytripper !

 

 

iran.jpgLove story à l'iranienne

de JANE DEUXARD DELOUPY

 éd. Delcourt (collection Mirages) 17€95

 On pourrait se croire dans une tragédie shakespearienne mais c'est une Love story à l'iranienne et l'on constate avec hébétude que l'amour est un combat de tous les jours quand on vit en Iran... Voici un recueil de témoignages qui ne manque pas de courage, sur une jeunesse qui a fini de se révolter et tente aujourd'hui de s'aimer, tant bien que mal, quitte à le faire dans la clandestinité... Un peu naïvement, on voudrait que cette bd soit une ode à la liberté et l'amour mais le sentiment qu'elle laisse à la fin est celui d'une incompréhension totale et d'une grande colère envers un régime bouffeur de joie et d'humanité !

 

coeur fukushima.jpgAu cœur de Fukushima vol. 1

de KAZUTO TATSUTA

éd. Kana (collection Made in) 9.90€

 Ni un manifeste de repentir, ni un livre en colère, Au cœur de Fukushima est un journal indispensable et un témoignage unique, ô combien humain, d'un travailleur de l'ombre. Les ouvriers du nucléaire sont loin d'être considérés comme des héros au Japon mais l'ampleur de la reconstruction fait d'eux des hommes humbles et courageux ! Distant de tout catastrophisme, Kazuto Tatsuya raconte son incroyable expérience après avoir travailler 6 mois à Fukushima Daiichi et atteint la dose limite annuelle de radiations.

 

underwater.jpgUnderwater le village immergé vol. 1

de YUKI URUSHIBARA

éd. Ki-oon (collection latitudes) 15€

 A lire les pieds dans l'eau, sous un arbre ou allongé dans l'herbe en se laissant distraire par la forme des nuages et le bruit du vent ! Underwater répond à ce besoin d'évasion. La plume légère et aérienne, Yuki Urushibara, dépeint un monde entre rêve et réalité, à mi chemin entre Le Voyage de Chihiro et Quartier Lontain !

 

 

 

Allan

28/04/2016

L'amoralité de l'histoire, c'est qu'il n'y a pas de morale !

pottsville 1280 habitants,jim thompson,rivages noir,roman noir,shérif,nick coreyPottsville, 1280 habitants

de Jim Thompson

éd. Rivages/noir 8€

 

Il y a de ces romans noirs qui vous retournent la cafetière, j'vous le dis, qui vous agrippent par le col, vous accrochent à la lanterne, vous laissent là toute une nuit et vous jettent dans la boue le matin venu, rossé, glacé et ahuri, comme un cochon préparé à l'abattoir ! Pottsville, 1280 habitants de Jim Thompson est de ces romans là - le plus célèbre du genre.

 

C'est que sous ses airs de débonnaire et de simple d'esprit, le Shérif Nick Corey nous la fait bien à l'envers ! Erreur sur la personne. Monumentale erreur ! Formidable ordure, manipulateur, vicieux, mégalo, abominable et malsain personnage ! Voilà des épithètes appropriées ! Jim Thompson a, comme il convient de le nommer, le "chic" pour vous camper l'antihéros par excellence ! Le chic pour cacher le ver dans le fruit et vous faire goûter de cette pomme bien rouge et bien juteuse qu'on aurait avalé jusqu'au trognon s'il n'y avait pas eu le pire des parasites pour gâter le tout ! Plongé dans la conscience douteuse de Nick, qui aurait pu voir venir l'infâme, le fourbe et le cruel ? La langue des serpents est sournoise et celle du shérif du comté de Potts, particulièrement insidieuse.

 

Si Nick Corey a un plan, ce plan ne peut souffrir aucuns obstacles. Il s'agirait de faire le ménage... Mais proprement, ça, ça reste à voir !

 

 Allan

16/04/2016

Des nouvelles de la Grèce.

ikonomou, grèce, nouvelles, ça, va, aller, voir, quidam

Ça va aller, tu vas voir

de Christos Ikonomou

trad. du Grec par Michel Volkowitch

éd. Quidam 20€

Ils sont chômeurs fraîchement élus, travailleurs précaires, fabricants de glace, retraités sans le sou, femme de ménage à l’hôpital… Ils sont grecs. Leur pays est en crise et tandis que certains, que l’on ne voit jamais entre ces pages, s’en sortent plutôt bien, eux surnagent en se demandant pendant encore combien de temps ils vont pouvoir garder la tête hors de l’eau.

Garder la tête hors de l’eau, c’est vraiment ça l’image, car les personnages de ce recueil de nouvelles sont comme les naufragés d’un pays qui sombre lentement mais sûrement et à qui l’on dit qu’il n’y a plus de place dans les canots de sauvetage. On y pense forcément quand on fait la queue avec ce type qui attend son salaire depuis deux mois « et quand ça va être ton tour, on te dit que c’est fini, qu’il n’y a plus d’argent, revenez la semaine prochaine ». Quand les temps sont durs, garder la tête hors de l’eau, c’est déjà pas mal. En lisant ce recueil, on pense forcément au recueil de nouvelles d’Olivier Adam qui avait écrit Passer l’hiver en 2004. « Passer l’hiver », « garder la tête hors de l’eau », voici deux écrivains frères, des écrivains des petites victoires de la dignité.

Publié en Grèce en 2010. Ça va aller, tu vas voir est l’œuvre d’un ikonomou, chrystos, quidam, grèceauteur-caisse de résonance qui perçoit le pouls de son pays et sait trouver les mots pour dire ce qui ne va pas quand les citoyens eux-mêmes restent sans voix. Ainsi cet homme à la Sempé qui n’en peut plus et qui un jour prend une pancarte sur laquelle rien n’est écrit et s’en va exhiber « le vide incroyable » qui l’habite. Une colère sans mot. Au-delà des mots ? Il y a dans ce livre des gens qui veulent gueuler mais n’y arrivent pas ! Ils aimeraient s’en prendre à quelqu’un mais ils ne savent pas à qui. Les riches, les puissants, les politiques, on ne les croise pas dans la vie des personnages de Chistos Ikonomou. Ils sont inatteignables et dès qu’on les approche d’un peu trop, la police et là justice sont là pour vous humilier et vous envoyer pour un petit séjour derrière les barreaux. Alors, on se méfie entre pauvres, entre dépossédés, entre mendiants d’allocations. La nouvelle qui ouvre le livre, à cet égard, est bouleversante. Une femme lave sa salade et repense à l’homme avec lequel elle vivait depuis quelques mois, elle travaillant, mettant patiemment chaque jour dans un petit cochon rose quelques pièces arrachées au quotidien, tandis que lui l’incitait chaque soir à « nourrir » la bête…Eh, bien cet amant est parti sans dire un mot le jour même avec le petit cochon rose et les quoi ? 800 ? 900 euros ? qu’il contenait… Alors elle pense « Si nous les pauvres faisons des choses pareilles à des pauvres, qu’est-ce que les riches doivent nous faire ? ».

Les temps sont durs mais Ikonomou ne cède que très rarement au désespoir. Ses personnages sont saisis dans une mauvaises passe au cœur d’un pays lui-même dans une très mauvaise passe, mais lorsqu’on les quitte, on sent qu’il leur reste encore suffisamment de dignité pour se battre. Le titre du recueil est évocateur de ce point de vue là.

Comme à la fin d’une lecture d’un recueil de Raymond Carver, il nous reste plein d’images d’un livre pareil : une femme qui lave une salade, obstinément, un homme qui s’en veut du décès de sa femme à l’hôpital parce qu’il n’était pas là pour garantir les frais, des retraités passant la nuit à s’engueuler en attendant des bureaux de la Sécu, une bite d’amarrage qui sourit puis qui pleure, un couple exproprié qui s’apprête à partir en Bulgarie, un clébard enragé qui va tout faire foiré, un garçon qui parle aux chats et veille sur le quartier, un père qui erre à la recherche d’une idée pour glaner quelques pièces et acheter à son garçon resté chez lui un œuf Kinder pour Pâques… Plein d’images.

Ça se passe en Grèce, mais cela se passe un peu partout ailleurs en Europe en ce moment et en cela, Ikonomou touche juste. Vous allez être secoués par cette lecture, mais peut-être en sortirez vous aussi avec un sentiment de fraternité renforcé et une envie de combattre décuplée. Voici un livre indispensable qui, comme le dit l’auteur lui-même, « montre le combat de l’homme pour ne pas perdre son humanité dans un monde qui devient sans cesse de moins en moins humain ».

 

François

09/04/2016

La noblesse de l'échec

fausse piste,james crumley,gallmeister,chabouté,roman noir,polar,école du montana,le dernier baiserFausse piste

James Crumley

Traduit de l'américain par Jacques Mailhos

Illustré par Chabouté

Ed. Gallmeister 23,50€

 

Fausse piste. Nada. Walou. Circulez, y a rien à voir. Ou reconsidérez tout ce qui se situe en dessous de vous, de moins que rien, ivrognes, marginaux, hippies, indiens d'Amériques, tout ce qui eut un jour un nom et plus de dignité, et vous aurez une idée assez précise de ce que l'on voit dans les yeux d'un détective pour qui l'art de s'abimer dans un verre de whisky supplante tous les autres et vous apprend au passage, quelques trucs à propos de l'humanité.

 

Ainsi James Crumley créa le personnage de Milton Milodragovitch dit le détective Milo et dès son premier polar posa les solides jalons d'un nouveau genre de noir. Qui a lu, initié ou non, Le (cultissime) dernier baiser, premier roman de sa deuxième série, comprendra l'importance des personnages de Milo et du détective Sughrue dans l'univers de Crumley. Force est d'admettre que dans ces deux anti-héros excessifs et quasi pathologiques, la figure du privé en a pris un coup, le mythe aussi, là où le roman noir en est sorti indemne, grandi et sacrément transfiguré !

 

Il ne fera pas de doute que niché au beau milieu des montagnes du Montana, James Crumley a trouvé une voie, certainement la meilleur, la plus tordue, la plus lyrique, la plus drôle et la plus humaine des voix pour incarner ces personnages, hommes et femmes qui ont compris assez tôt "que même la plus simple des vies était encore trop compliquée".

 

Frère de tous les ivrognes et visages cabossés d'une petite ville sans éclats, Milo est le dépositaire d'un monde où toutes les solitudes se rencontrent. Passage obligé au bar le Mahoney, où aujourd'hui est toujours hier. Une main chasse les vieux démons quand l'autre est encore solidement cramponnée à son verre. Guerre de Corée, mariages ratés, femmes dangereuses, drogues dures, armes à feu et nuits sans sommeil, toute ces choses censées représenter un danger pour soi ou pour autrui. Milo les balaye comme les mégots de la veille et noie absolument tout dans un verre d'alcool purificateur.

 

Quand une jeune et très belle femme pousse la porte de son bureau, Milo n'a pas encore 40 piges qu'il estime ses seuls avoirs, la tristesse et la vieillesse, comme ses plus grands biens. Ayant, comme la plupart des gens qui boivent, passé une grande partie de sa vie à examiner son avenir lamentable, cela a cessé de l'amuser. L'apparition de cette femme signe enfin sa reprise de service.

 

Pour qui voit de la noblesse dans l'échec, ce roman noir vous est dédié.

 

Postscriptum : superbe réédition de Gallmeister, superbement illustrée par Chabouté, bénéficiant d'une superbe nouvelle traduction de Jacques Mailhos. Beaucoup de "superbe" pour une voix incontournable du roman noir américain et de l'école du Montana.

 

fausse piste,james crumley,gallmeister,chabouté,roman noir,polar,école du montana,le dernier baiser

 

Allan