Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2015

La Rentrée, c'est parti...

entre les deux il n'y a rien, mathieu riboulet, verdier, Entre les deux il n'y a rien de Mathieu Riboulet

Ed. Verdier

 

Ça commence en 1972.  On a douze ans. Ca c’est certain. On est un chiot. On sent tout sans rien comprendre. On sent et on voit tout mais tout nous manque et l’on ne voit rien. Car tout s’est passé avant en réalité et la chronologie est une fiction : Une balle tirée à bout portant en pleine rue. Dans la tête d’un môme, ça résonne. Dans la tête de l’écrivain, c’est une évidence : « là bas, dans l’enfance, tout s’est joué : l’écriture la politique l’histoire le sexe, et la parole donnée au corps ».

Les chiots finissent par devenir des chiens et meurent en tant que tels partout où règne en maître une Europe pacifiée à bout de souffle. « Le monde était dans cet ordre-là quand nous l’avons trouvé ». Entre ce constat tragique et l’après 68, dans les rues de Paris, Berlin, Rome, quelque chose s’est joué à coup sûr. Des décennies de luttes clandestines et de violences politiques dans le grand jeu du monde. La rage, l’espoir et l’expression d’un rêve qui fera des déclassés en tout genre des hommes un peu plus libres de leur pays.

Si l’illusion est grande et le bonheur de s’élever à une conscience politique intense, la chute ne sera pas que celle d’un mur en ruine gris emportée par un peuple en liesse.

Sans fard et sans détours, affranchi du reste et armé de sa prose combat, Entre les deux il n’y a rien est en définitive un coup de cœur brut porté à mains nues au lecteur : marquant et décisif.

 

 

Montecristo de Martin Sutermontecristo, suter, martin, bourgois, billets, suisse

 

Trad. de l’allemand par Olivier Mannoni

 

Ed. Bourgois 18€

 

 

 

Si vous étiez journaliste en possession d’une information relative à un scandale financier hors normes dont la diffusion aurait des conséquences désastreuses pour l’économie mondiale, que feriez-vous ? Une vérité qui entraînerait plus de mal que de bien doit elle être révélée ?

 

Voici les questions auxquelles se trouve confronté Jonas Brand, journaliste people quadragénaire pour un médiocre magazine télé zurichois. Il s’aperçoit un jour, par le plus grand hasard, qu’il est en possession de deux billets de 100 francs suisses portant le même numéro de série… La chose est impossible. Strictement impossible. Techniquement impossible ! Il fait expertiser les deux billets pour savoir lequel est faux et l’expertise révèle que les deux billets sont… vrais. L’enquête peut alors commencer et le journaliste - qui voit là l’occasion de se prouver à lui-même qu’il vaut davantage que le reporter de complaisance qu'il est devenu – de progresser avec peut-être un peu trop de légèreté dans l’univers feutré et secret du milieu bancaire suisse. Car si les manières y sont courtoises, les méthodes, elles, vont très vite se révéler autrement plus expéditives…

 

Bienvenu en Suisse ! On y mange une nourriture riche, on se donne rendez-vous dans des bars d’hôtels pas miteux, on n’y parle pas à tort et à travers et les femmes y sont aussi élégamment maquillées que les comptes bancaires. C’est un coffre-fort ce pays, avec des montagnes à l’intérieur. Il s’agit de prendre le rythme, et sur ce point, l’écriture sans fioritures de Martin Suter va comme un gant à la mentalité helvète . Pourtant, de nombreux suicides accompagnent l’enquête de Jonas…Etrange ? Pas particulièrement si l’on y réfléchit bien car finalement, comme le dit dans le roman un immigré Tamoul suite à un  incident voyageur survenu lors d’un voyage en train : « une vie aussi bonne que celle des Suisses est difficilement supportable ».

 

25/07/2015

Méfie-toi de l’eau qui dort

5492-cover-lake-54b3d119c628a.jpg

Au lac des bois de Tim O'Brien

Ed. Gallmeister, traduit de l'anglais (U.S.) par Rémy Lambrechts

 

John Wade ne s’était pas méfié. Un échec politique retentissant aux sénatoriales et le trouble s'immisce dans le reflet d'un homme populaire qu'on disait "un type bien" sous tous rapports. Une erreur de calcul. Un mauvais tour de prestidigitateur. Le passé de "sorcier" resurgit, le double moins idéal que John avait pris soin de faire disparaître de sa mémoire.

Retirés à la lisière des forêts du nord du Minnesota, au bord du lac des bois, John et sa femme Kathy tentent de sauver ce qui peut encore l'être. Las, la solitude a envahi le couple et l'environnement qui les entoure n'est qu'un rappel douloureux du vide de leur existence. Alors que les cauchemars et les comportements de John font une brusque incursion dans l'enfer du Vietnam, un matin, Kathy n'est plus là...

S'est-elle perdue en se promenant sur le lac ? A-t-elle fuit ou sombré ? noyade ? enlèvement ? meurtre ? Hypothèses, témoignages et pistes irrationnelles conduisent l'enquête vers les méandres du passé de John. Que souhaitait-il cacher aux yeux de tous ? Éprouve t-il des remords ? Et a-t-il seulement la réponse à toutes ces questions ?

Dans cette énigme envoûtante, les fantômes du présent et du passé s'entremêlent, filent sur un cours mélancolique tandis que remonte à la surface de l'eau, la tragédie de My Lai et les secrets d'un homme et d'une femme éperdus d'amour. 

Un roman noir d'une profondeur indicible.  

25/06/2015

Sélection manga de l'été

Arslan-1_880.jpgARSLAN de Hiromu Arakawa et Yoshiki Tanaka

Ed. Kurokawa 7,65€

 

Ce que l’auteur du célèbre Fullmetal Alchemist sait faire de mieux ! Une fantastique épopée médiévale aux confins de l’orient et de l’occident ! La légende d’un jeune prince candide amené à devenir un grand héros !

 

- 1 tome, série en cours

 

 

inspecteur-kurokochi-1-komikku.jpgINSPECTEUR KUROKOCHI de Takashi Nagasaki et Kôji Kôno

Ed. Komikku 8,50€

 

Sous ces sourcils broussailleux et cette mine patibulaire se cache un inspecteur de la pire espèce ! La peste noire des services de police et des hommes en col blanc !  Chantage à gogo, corruption et mystères judiciaires : les ingrédients parfaits d’un polar ubuesque !!! On en redemande !

 

- 3 tomes, série en cours

 

GOKUSEN de Kozueko Morimotogokusen-1-kaze.jpg

Ed. Kaze Manga 7,99€

 

Kumiko a du sang de Yakusa dans les veines, le sens de l’honneur, l’art de la guerre et la manière de mater une classe de jeunes élèves endurcis quand il s’agit de changer de casquette ! Immense coup de cœur pour ce GTO féminin drôle et survitaminé !

 

- série complète en 15 tomes

 

 

sangsues-casterman-01.jpgSANGSUES de Daisuke Imai

Ed. Casterman 7,95€

 

Yoko est une sangsue ! Un parasite. Invisible mais omniprésente… elle vit chez vous, parmi vous et à vos dépends dans un monde parallèle où l’instinct de survie et les guerres de territoires ne mènent souvent qu’à une issue : le sang. L’ennui, c’est que Yoko ne le sait pas encore… Suspens et frisson au rendez-vous !

 

- série complète en 5 tomes

 

 

6000-manga-volume-1-simple-222452.jpg6000 de Koike Nokuto

Ed. Komikku 7,90€

 

A 6000 m sous le niveau de la mer, la nuit est complète, le froid intense et la pression colossale… Dans un espace confiné englouti par les eaux, la moindre anomalie peut coûter cher. Ici bas, le sommeil de la raison engendre des monstres… Manga d’horreur psychologique glaçant à souhait !

 

- série complète en 4 tomes

 

 

 

16/06/2015

Une histoire catalane.

pep, coll, cercueils, quatre, noirs, blancs, actes, sud, espagne, catalan, guerre, fait, divers, assassinatQuatre cercueils: deux noirs et deux blancs de Pep Coll

trad. du catalan par Edmond Raillard

éd. Actes Sud 23€

Voici Quatre cercueils : deux noirs et deux blancs de l'écrivain de langue catalane Pep Coll... Et accrochez-vous parce des textes pareils, on n'en lit pas tous les jours !

Retour sur un fait divers qui a réellement eu lieu au lendemain de la Guerre Civile espagnole, en 1943. Une famille de paysans installée dans les contreforts des Pyrénées catalanes est retrouvée massacrée. Le père, la mère et leurs deux filles âgées de 10 et 14 ans sont sauvagement abattus. Les assassins sont vite identifiés. Il s'agit d'un couple voisin, des paysans aussi, qui par jalousie au sujet d'un bout de terrain attribué un peu vite à l'autre famille par les propriétaires terriens du coin, se sont fait justice eux-mêmes. Arrêtés, ils vont d'abord faire un an de prison en attendant leur procès, et ce malgré leur penchant plutôt franquiste durant les années de guerre civile. Il est important pour le nouveau régime de montrer que ce crime, qui n'est pas politique mais bien de droit commun, doit être traité de façon exemplaire. Les choses ne vont cependant pas en rester là, et pour un millier de raisons bien lâches et par un sens de l'opportunisme éhonté, ils vont être très vite libérés, faute de preuves soit disant... Tout le village va devoir donc s'accommoder à vivre aux côtés d'assassins en faisant comme si de rien n'était, comme si justice était bien passée.

Dans un pays tout juste sorti d'une guerre qui a fait des milliers de pep, coll, quatre, cercueilsvictimes et provoqué l'exil de nombreuses familles, s'abat une amnésie collective sur volonté politique du général Franco. Il s'agit de montrer qu'un pays moderne émerge sous la férule du nouveau dictateur et ces histoires de péquenots catalans ne pèsent pas grands choses vues de Madrid. Elles feraient même un peu honte. Alors si la mémoire collective fait défaut, celle des hommes et des femmes qui habitent ces terres de roches et de chênaies, elle, n'oublie pas... Et le temps qui passe n'y fait rien...

Ce livre est littéralement PASSIONNANT ! Il n'est pas sans rappeler De sang froid de Truman Capote qui lui aussi revenait sur un fait divers dans l’Amérique des années 50 pour en faire un monstre de roman ! Il y a chez Pep Coll la même force narrative qui emporte le lecteur, et surtout, cette volonté de distinguer parmi le fracas de la grande Histoire les débris épars des histoires minuscules. 

 

 

11/06/2015

Un mafieux peut en cacher un autre...

mimmo, gangemi, seuil, policier, polar, revanche, petit, jugeLa revanche du petit juge de Mimmo Gangemi

trad. de l'italien

Ed. Seuil Policiers 21.50 €

 « Dans la Ndrangheta, il n’y a pas une tête au sommet et une multitude de demi-têtes qui descendent jusqu’à la base de la pyramide. Ici, chaque organisation obéit à ses propres règles. »

Bienvenu en Calabre dans le cul terreux de l’Italie ! Terre sanguine et reculée pour l’homme civilisé de Toscane et de Lombardie. En Calabre, il est de notoriété publique qu’on ne met jamais le nez là où il n’a pas lieu de mettre le nez. Ce qui est enfoui six pieds sous terre reste six pieds sous terre. Manque de peau pour le substitut du procureur Maremmi, retrouvé dans sa cage d’escalier refroidi de deux balles de pistolet à canon long. Ni d’ « objection ! », ni de « votre honneur ! ». Il ne fait pas bon d’avoir du flair… Une veine pour Alberto Lenzi dit « le petit juge », ami du regretté Maremmi, coureur de jupons au barreau et tire au flanc exemplaire ! 

Qu’il lui en coûte, les amis sont les amis et Lenzi entend prendre sa revanche ! Sale affaire et la partie n’est pas gagnée. Le chef de bâton parle la langue des prophètes et la règle qui prévaut est qu’un  mafieux peut en cacher un autre…

Voilà un petit polar qui fleure bon l’huile d’olive, la vendetta et le sang chaud pressé à froid sous la meule agricole ! Un premier roman violent et pittoresque pour celui qu’on compare déjà à Camilleri pour sa recréation du dialecte local et à Cataldo pour son portrait de la mafia calabraise !

Affaire à suivre !

23/01/2015

Une belle parution en poche !

giraud, avoir, corps, brigitte, j'ai lu

Avoir un corps de Brigitte Giraud

éd. J'ai lu 6.90€

Que dit un corps ? Comment faire parler un corps ? Comment mettre en mots, depuis les premiers souvenirs douloureux d’une maladie infantile jusqu’à la souffrance physique du deuil ressentie par une femme mûre, cette langue silencieuse que parle le corps ? 

C’est ce défi, né des nombreux échanges et du travail réalisé avec la chorégraphe Bernadette Gaillard de la compagnie immanence, qu’a su relever superbement Brigitte Giraud dans le cadre d’une lecture dansée « BG/BG » initiée par Le grand R-scène nationale dela Roche-sur-Yon.

Et ce qui aurait pu être un pensum à la lecture (ce que sont souvent les défis en littérature) se transforme en une sorte de poème en prose tout en mouvements humains, qui avance comme le corps grandit et puis ne grandit plus mais commence à vieillir non sans avoir entre-temps lui-même engendré un autre élan, un autre corps, plus petit, qui grandira à son tour et suivra son propre mouvement. Car chaque corps a une histoire et celui-ci qui se raconte sous la plume de Brigitte Giraud ne peut dire que la sienne, aussi belle qu’incroyablement commune, touchante parce qu’universelle.

La réussite de l’auteur teint surtout à la richesse du champ lexical qu’elle moissonne pour mener à bien son entreprise. Le verbe juste pour dire le corps qui désire et celui précis pour dire le corps qui travaille ou qui vibre comme jamais à l’occasion d’un premier concert de rock. Le corps comme boite de résonnance mais aussi le corps qui manque du corps de l’autre, le corps qui se transforme, qui grossit à l’adolescence ou maigrit à l’heure du deuil. On ne le dit pas de la même façon et il est impossible de ne pas être épris d’admiration devant tant de virtuosité langagière. Ça ne bégaie pas, ça ne se répète pas, ça ne tourne pas en rond. Voici une langue qui cherche et puise au bon endroit le mot juste qui dira ce qu’il voulait dire et pas autre chose.

Bien sûr il s’agit ici d’un corps de femme et ce détail n’en est pas un. S’il s’était agi d’un corps de garçon devenant homme, l’histoire aurait été toute autre. Et pourtant  on va au bout de ce parcours littéraire, que l’on soit homme ou femme. Parce que si nous partageons tous le fait terriblement banal d’avoir un corps, il faut remercier Brigitte Giraud d’avoir écrit le sien.