Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Coups de coeur - Page 3

  • Là grande pépite de cette rentrée littéraire !

    prudhomme,sylvain,grands,gallimard,super,mama,djombo,bissau,guinéeLes grands de Sylvain Prudhomme
     
    éd. l'Arbalète Gallimard 19.50€
     
    I muri. Elle est morte.
    Dulce est morte et Couto qui ne l'a pas revue depuis plusieurs années reçoit en pleine figure la nouvelle. En plein ventre même, comme un coup de poing dont il lui faudra une journée entière entière pour se remettre. Dulce, ce fut la femme dont il fut le roi un quart de siècle plus tôt - si jamais il fut possible d'être le roi d'un pareil empire. Elle fut la voix d'un groupe immense de la fin des années 70, le Super Mama Djombo, son arme secrète, et au delà, la fierté chantante de toute une nation libérée enfin du joug portugais.
     
    En Guinée-Bissau tout le monde la connaissait et la nouvelle aurait-dû assommer le pays si un nouveau coup de force militaire n'était annoncé pour le soir même alors que le pays espérait enfin, en cet entre-deux tours d'élection présidentielle, voir accéder au pouvoir un postulant peut-être un peu moins pourri que les autres. Mince espoir, certes, mais il est au moins toujours permis d'espéré dans ce pays où, depuis l'indépendance, l'armée place ses hommes de paille aux affaires. 
     
    Alors le temps d'une journée, d'une déambulation dans les rues de Bissau, au fur et à mesure que se répand la mort de La chanteuse et que Couto reçoit les condoléances d'amis proches et moins proches, que la tension court les rues et que déjà se font entendre les premiers coups de feu, retour sur une histoire d'amour et sur l'histoire d'un groupe inoubliable et inoublié. Sylvain Prudhomme navigue ici entre fiction et réalité à la barre d'une écriture follement sensuelle, chaloupée comme celles de ces femmes magnifiques qui agacent la tranquillité d'hommes vacant à leurs affaires en leur passant simplement sous le nez. Le Super Mama Djombo a bien existé, de même que Dulce qui en fut la voix, mais sa guitare rythmique, Couto, non, pas plus que l'amour qu'il y eu entre eux bien entendu. Les grands raconte l'histoire d'un groupe qui fut à une époque l'âme d'un pays, avant que celle-ci ne se donne à l'armée comme Dulce elle-même le fera par intérêt en quittant la scène pour la bague au doigt d'un chef de guérilla. prudhomme,sylvain,grands,gallimard,super,mama,djombo,bissau,guinée
     
    Hommage a un grand groupe de la part d'un écrivain mais aussi hommage a des musiciens qui furent des étoiles filantes dans le ciel d'un pays heureux - et même au-delà - avant d'atterrir brusquement sur terre pour ne redevenir que de simples noirs sans labeurs, candidats à un exil anonyme le crâne farci d'images de gloire qui aident à vivre et font parfois pleurer en silence.
     
    Les grands est grand. Notre grande découverte en littérature française ! Et Sylvain Prudhomme sera l'invité de la librairie des Cordeliers le vendredi 21 novembre ! Dédicace de 18h à 19h et rencontre autour du livre après 19h. Venez nombreux découvrir ce jeune auteur de 35 ans et nous soutenir dans l'organisation de ces rencontres littéraires.

     

  • Notre voisine est une illustratrice !!!

    dîner,affreusement,parfait,wilmer,naïve,gabrielli,kuhn,alexandra,conteAlexandra Gabrielli-Kuhn de 14h à 18h !

    Grande après-midi dédicace autour du livre "Une dîner affreusement parfait", un conte illustré (découpé) par Alexandra Gabrielli-Kuhn et écrit par Marie Wilmer.

    A partir de 6 ans.

  • "Cours-y vite. Il va filer."

    flao,bd,kililana,futuropolis,kenya,Kililana song t1 et t2 de Benjamin Flao

    aux éditions Futuropolis, 20 € (le volume).

    Tout est juste, beau et profondément humain dans Kililana song. Enfin, une bande dessinée qui dépasse le genre ! A la fois carnet de voyage, reportage, conte philosophique et roman d'apprentissage, le récit de Benjamin Flao caresse et secoue. On lit la dernière page les cheveux collés par le sel et un grain de sable dans l'oeil.

    flao, kililana, futuropolis, kenya,voyage

    C'est l'histoire d'une terre, d'un lieu magique où tout le monde vit en équilibre ; c'est la vie d'un petit garçon, Naïm, qui court plus vite que tout le monde, plus vite que son grand frère surtout qui cherche à s'acheter une conscience en s'efforçant de le rattraper pour l'asseoir sur les bancs d'une école coranique. Naïm, lui, préfère attendre la nuit sur les toits, il aime le calme, écouter son pote Sélim "muet comme un pot" et observer les autres. Et des autres il y en a dans ce petit port de pêche. Certains sont là par hasard, d'autres pour faire fortune, la plupart parce qu'ils y sont nés, mais tous donnent du sens au récit. Et puis il y a un arbre un peu plus loin, sur une île voisine. Un arbre gardien d'une mémoire qu'il serait dangereux d'occulter.

    flao,futuropolis,bd,kililana,song,romans,voyagePour son premier récit en solo, Benjamin Flao s'affirme comme un maître qui s'invente son propre genre. Les planches sont lumineuses, simples et justes, le texte et le trait sont sans artifice ce qui souligne la profondeur des personnages. La mise en scène et le cadrage impliquent le lecteur qui est ainsi happé par le dessin pour finalement faire partie de l'ambiance. Certaines planches sont d'anthologie et on comprend vite pourquoi beaucoup d'entre elles s'arrachent à prix d'or chez les collectionneurs.

    Alors oui, je sais, Astérix est chez les Pictes, mais pendant ce temps Naïm est au Kenya, sur l'archipel de Lamu et je vous promets que le détour en vaut la peine !

    Un grand merci à l'auteur et aux éditions Futuropolis pour ce beau cadeau de fin d'année.


     

     

  • Ecrire le corps

    giraud, brigitte, corps, stock, avoirQue dit un corps ? Comment faire parler un corps ? Comment mettre en mots, depuis les premiers souvenirs douloureux d’une maladie infantile jusqu’à la souffrance physique du deuil ressentie par une femme mûre, cette langue silencieuse que parle le corps ? C’est ce défi, né des nombreux échanges et du travail réalisé avec la chorégraphe Bernadette Gaillard de la compagnie immanence, qu’a su relever superbement Brigitte Giraud dans le cadre d’une lecture dansée « BG/BG » initiée par Le grand R-scène nationale dela Roche-sur-Yon.

    Et ce qui aurait pu être un pensum à la lecture (ce que sont souvent les défis en littérature) se transforme en une sorte de poème en prose tout en mouvements humains, qui avance comme le corps grandit et puis ne grandit plus mais commence à vieillir non sans avoir entre-temps lui-même engendré un autre élan, un autre corps, plus petit, qui grandira à son tour et suivra son propre mouvement. Car chaque corps a une histoire et celui-ci qui se raconte sous la plume de Brigitte Giraud ne peut dire que la sienne, aussi belle qu’incroyablement commune, touchante parce qu’universelle.

    La réussite de l’auteur teint surtout à la richesse du champ lexical giraud, brigitte, cros, avoir, stockqu’elle moissonne pour mener à bien son entreprise. Le verbe juste pour dire le corps qui désire et celui précis pour dire le corps qui travaille ou qui vibre comme jamais à l’occasion d’un premier concert de rock. Le corps comme boite de résonnance mais aussi le corps qui manque du corps de l’autre, le corps qui se transforme, qui grossit à l’adolescence ou maigrit à l’heure du deuil. On ne le dit pas de la même façon et il est impossible de ne pas être épris d’admiration devant tant de virtuosité langagière. Ça ne bégaie pas, ça ne se répète pas, ça ne tourne pas en rond. Voici une langue qui cherche et puise au bon endroit le mot juste qui dira ce qu’il voulait dire et pas autre chose.

    Bien sûr il s’agit ici d’un corps de femme et ce détail n’en est pas un. S’il s’était agi d’un corps de garçon devenant homme, l’histoire aurait été toute autre. Et pourtant  on va au bout de ce parcours littéraire, que l’on soit homme ou femme. Parce que si nous partageons tous le fait terriblement banal d’avoir un corps, il faut remercier Brigitte Giraud d’avoir écrit le sien.

    Avoir un corps de Brigitte Giraud - éditions Stock 18.50€

  • LE MAL DE TRES TRES PRES...

    bandinelli, carnets, nordQuelques jours avec Hitler et Mussolini de Ranuccio Bianchi Bandinelli

    éd. CarnetsNord     8€

    Voici un témoignage historique incroyable retrouvé par hasard en 1995 dans une bouquinerie par le documentariste italien Angelo Caperna. Il est extrait des carnets intimes de Ranuccio  Bianchi Bandinelli, éminent professeur d'archéologie et d'art antique. En 1938, âgé de 38 ans, il est contraint par les autorités administratives italiennes d'accompagner le temps d'une semaine Mussolini et Hitler à travers les musées de Florence et de Rome, afin de commenter pour eux les chefs-d'oeuvre picturaux et architecturaux qui leur sont présentés. Une semaine étonnante dans la vie de ce professeur, antifasciste silencieux, qui se présente comme "un homme ordinaire dans un temps de prétendus surhommes". De toile en toile, de salle en salle, interlocuteur privilégié, il observe sans aucune fascination ces deux uniformes et leurs cliques respectives dans tout le grotestque de leur importance. Rentré chez lui, il note aussitôt ses impressions à vif. D'une plume féroce il rend l'ignorance crasse du Duce que dispute une crainte enfantine de ne pas être à la hauteur en la matière de son camarade le führer, lequel s'échauffe et papillonne devant le moindre nu féminin sans réellement prêter attention aux qualités artistiques de l'oeuvre qui lui est présentée. "Contrairement à

    hitler mussolini.jpg
     Mussolini qui traversait les salles sans regarder ou s'approcher d'une oeuvre pour lire l'étiquette, Hitler aimait réellement les fausses qualités artistiques qu'il repérait, il en concevait de l'émotion. Comme un coiffeur à l'opéra quand le ténor pousse son aigu.
    " Ce qui stupéfait le lecteur dans ce document, c'est l'impression d'être réellement aux côtés de deux des plus grands dictateurs de l'Histoire, de partager leur table le temps d'un déjeuner coude contre coude avec Goebbels, Himmler face à vous qui vous tend le sel en se moquant cruellement de la gourmandise du gros Goering "resté au pays pour garder la boutique". Et au milieu d'eux, être seul. Là sans y être vraiment, sans être impressionné le moins du monde par ces barbares. Simplement curieux de pouvoir observer à portée de lame ces deux criminels qui, face à quelques unes des plus grandes créations artistiques occidentales de tous les temps, s'apprêtent à mettre en oeuvre, dans un coin  bien gardé de leur cerveau, la plus grande entreprise de destruction humaine jamais executée.

    Un texte d'une très grande finesse d'analyse et d'une incroyable humanité à lire absolument.


  • Lire Styron et ne plus s'arrêter...

    styron, williamD'abord il y a un nom, William Styron, né en 1925 et décédé en 2006, et un immense chef d'oeuvre qui lui est rattaché, Le Choix de Sophie 1981 (Sophie's choice 1979) pour lequel l'auteur a reçu le prestigieux National Book Award. Même si pour moi, jusqu'au mois dernier, Styron n'était qu'un des ces noms prestigieux dont regorge le patrimoine littéraire mondial et qu'une vie entière ne me donnera pas le loisir d'en lire la liste complète, la parution en novembre dernier d'A tombeau ouvert et de Des Havanes à la maison blanche a été une révélation. Quelle langue ! Elégante, raffinée, souple. Une prose incroyable, capable de tout dire, de faire éclater le rire au milieu des larmes et de rendre aussi bien l'horreur de la guerre que la fascination qu'elle exerce sur des jeunes gens. Soldat durant la Seconde Guerre Mondiale, le jeune Styron commence à se faire un nom en 1951 quand paraît son premier roman très inspiré de Faulkner, Un lit de ténèbres. Or la même année, alors qu'éclate la guerre de Corée, et que l'écrivain avait perdu toute espèce d'attraction pour les armes, le grand corps des Marines auquel il s'était inscrit en tant que réserviste, de son propre aveu par pur orgueil, le rappelle à lui. Cette décision manque "l'anéantir". A tombeau ouvert tourne tout entier autour de ce moment de grand désarroi. Sous titré Cinq histoires du corps des Marines, il n'est pourtant pas question dans ces pages de souvenirs de guerres et des combats. On y tombeau, styron, ouvert, gallimardtrouvera des pages d'ennui et de bêtise militaire, mais aussi de rencontres salvatrices avec certains officiers tels que Marriott le marine avec qui parler littérature fut un plaisir inespéré. Appétit sexuel insatiable, vitesse, détestation des superstitions religieuses. Tout dans ce recueil respire une envie de vivre d'autant plus intense que la mort est promise au jeune homme quelque part en Asie. Apparaît aussi le profond sentiment de culpabilité d'en être sorti indemne. Ce texte est la clef d'entrée dans l'oeuvre de Styron la plus parfaite qu'il soit.

    Des Havanes à la maison blanche semblera plus anecdotique, mais pour qui a goûté une fois à l'écriture du monsieur, chaque ligne devient précieuse. Ce livre se présente comme un recueil de souvenirs mettant en scène de grands hommes tel J-F Kennedy fumant de délicieux havanes en plein embargo cubain ou Mitterrand que Styron avait rencontré en 1981, précisément le jour de l'investiture du président socialiste. Il évoque aussi l'admiration qu'il porte à d'autres écrivains tels que Truman Capote, Norman Mailer ou Salinger et dresse un portrait bref et saisissant de l'écrivain James Baldwin. Le texte Un cas de syphilis est une pure merveille. Il raconte comment, en 1944, le jeune Styron fut placé 7 semaines en quarantaine pour rien après avoir été hâtivement convaincu d’infection par la syphilis par un urologue des Marines fondamentaliste et pervers.

    face, ténèbres, styron, folioAutre texte de Styron terminé hier soir et à lire toutes affaires cessantes : Face aux ténèbres. Sous titrée Chronique d’une folie, l’écrivain revient dans ce livre sur la douloureuse dépression qu’il a connue fin 1985, quelques temps après avoir décidé d’arrêter l’alcool. Peu importe que vous soyez ou non touchés d’une manière ou d’une autre par cette question de la dépression, il est impossible de ne pas se sentir concerné par ce sujet quand il est traité avec autant d’intelligence et de mesure par un écrivain aussi maître de son art. Depuis la prise de conscience de sa maladie jusqu’au moment de sa rémission, Styron raconte étape par étape la détresse qui fut la sienne comme celle de son ami Romain Gary quelques années auparavant. Un texte bref et lumineux malgré la gravité du propos.


  • Entrepreneur raté, artiste malgré lui.

    Le livre blanc de Rafael Horzon

    de Rafael Horzon

    traduit de l'allemandéd. Attila18€

    Alors voilà, vous connaissez certainement un de ces étudiants au cerveau bien composé ne jurant que par la prestigieuse école de commerce où il est en train de faire ses gammes. Certain du destin brillant qui l’attend, ce garçon ou cette fille se lancera peut-être dans la création d’entreprise, laquelle bien entendu, lui ouvrira rapidement les portes d’une réussite proprement insolente, lui apportant fortune et horzon, attila, livre, blanc, berlingloire. Si ce spécimen traîne de par chez vous, empressez-vous de lui offrir Le Livre blanc de Rafael Horzon, livre ovni d’un allemand né en 1970 et qui, durant les années 90 jusqu’au milieu des années 2000, a multiplié les créations d’entreprises emporté par la force de son génie (ou supposé génie) créatif. Un type un rien frappé dont la plupart des projets seront rapidement marqués par le sceau de l’échec, le précipitant alors dans des abîmes de perplexité insondables avant qu’une autre idée non moins géniale (ou stupide, c’est selon) lui redonne la foi et le remette sur pieds.

    Sa plus grande idée - comprendre son plus beau coup : un modèle de bibliothèque unique « d’un genre nouveau, tout en angles droits, inspirées des proportions du corps humain. » Ce meuble sera le seul de Moebel Horzon, sa boutique berlinoise, et il le fabriquera à la chaîne, aidé de quelques amis armés de perceuses. Sinon il entreprendra, en vrac : l’écriture d’une pièce de théâtre, l’exposition d’oeuvres d’artistes japonais n’existant pas, la rédaction du Compendium des savoirs (sorte de condensé de tous les savoirs de l’humanité en un seul livre…), de rencontrer le poète français Frédéric Beigbeder, la création d’une Université des Sciences où l’on apprendra ce qui ne s’apprend pas, un espéranto sans grammaire, la création d’une agence de séparation pour contrer les agences de rencontre puis d’une ligne de vêtements appelée Gelée Royale avec là encore un seul modèle de costume, etc, etc, etc.horzon, meuble, bibliotheque, attila, livre, blanc

    Ce livre blanc, publié par les inénarrables éditions Attila, raconte par le menu ce parcours d’un homme qui ratera la plupart de ses entreprises au point de finir par passer pour un artiste performeur d’un genre nouveau. Un performeur ?! Quelle horreur ! Lui qui déteste l’univers de l’art lequel serait mort avec l’urinoir de Duchamp. On éclate de rire à chaque page, on aime ce type comme on avait aimé le Brave soldat Chveik de Jaroslav Hašek avec lequel  il partage une naïveté et une honnêteté déconcertantes, parfois si proche de la stupidité. Cette histoire tout simplement incroyable est bien heureusement réelle, et pour notre plus grand bonheur Rafael Horzon nous l’offre dans ce livre absolument indispensable. Peut-être sa plus belle réussite.

  • Hors série de la Revue XXI

    Les Roms, encore eux et toujours eux... L'excellente Revue XXI publie son premier hors série, un numéro de 96 pages consacré aux reportages du photographe Alain Keller qui depuis plus de 10 ans visite des camps de Roms à travers l'Europe. Un reportage qui démarre au Kosovo en 1999, passe par la Tchéquie et la Calabre pour finir en banlieue parisienne. Impossible de ne pas se sentir remué et concerné. Cela s'appelle : "Des nouvelles d'Alain".

    XXI, des nouvelles d'Alain, allain keller, romsMélangeant habilement photos et dessins, à la manière de la bande dessinée Le photographe de l'illustrateur Emmanuel Guibert dont il s'est adjoint le concours, Alain Keller, ex-reporter de presse courant les guerres à travers le monde, nous invite à corriger une nouvelle fois le regard que l'on porte sur la première minorité d'Europe et qu'un discours officiel s'emploie régulièrement à déformer. "Avant-guerre, la première minorité, c'était les juifs" dit-il pour commencer, manière de contextualiser les choses. De clichés en vignettes, de camps en camps, de taudis en terrains vagues, il pose sur cette communauté un regard méchamment humain qui laisse des traces dans les consciences. Il rend aussi hommage à ces inconnus qui à travers l'Europe se rendent dans ces non-lieux pour y apporter une aide administrative minimale et se battre pour faire entendre la voix de ceux que l'on ne veut pas voir. Tout est très compliqué, bien sûr, mais ça vaut le coup de se battre et de réfléchir pour comprendre comment, jusqu'en France, les politiques mises en place à l'égard des roms peuvent s'avérer on ne peut plus désastreuses. "Les expulsions ne sont pas une solution. Elles cassent brutalement les soins et la scolarité, favorisent les épidémies, les trafics, et ruinent l'avenir des enfants. Elles ne règlent pas le problème, elles l'amplifient et le perpétuent." C'est aussi simple que cela, et démontrer le contraire serait impossible. On n'apprend pas au singe à faire la grimace ni  au bon photographe à faire des clichés. Aussi apparaissent ici et là quelques phrases lumineuses qui justement déchirent des clichés mentaux : "[...] les Roms sont très largement sédentaires. S'ils ont tant voyagé, ce n'est pas par passion du camping, c'est parce qu'on les a toujours chassés d'ici pour, le lendemain, les chasser d'ailleurs." C'est simple à dire mais on ne l'entend jamais.

    XXI, des nouvelles d'Alain, allain keller, romsMoi-même, le libraire, je ne suis engagé auprès d'aucune association de quoi que ce soit. Honte à moi sans doute, mais je me trouve toujours une tonne d'excuses pour me justifier quand mentalement cette question de l'engagement revient sur la table de ma conscience. En revanche, j'ai un regard sur le monde et les évènements qui le font. J'ai des opinions et des préjugés que je défends parfois ardemment, n'hésitant pas, au besoin, à recourir à une bonne dose de mauvaise fois bien sentie. Je suis comme pas mal de gens en fait, n'est-ce pas ? Eh! bien moi, le libraire, je sais aussi qu'il y aura un avant et un après Des nouvelles d'Alain.  Et je vous invite à venir découvrir au plus vite cette publication exceptionnelle.

    Dernière chose. Pourquoi ce hors-série s'appelle Des nouvelles d'Alain ? La réponse est en 4ème de couverture, et elle est très belle: "Alain Keller est reporter-photographe. Quand on lui demande de ses nouvelles, il donne des nouvelles des Roms qu'il visite depuis 10 ans au volant de sa vieille Skoda."

  • NOTRE SELECTION DE FIN D'ANNEE

    Des milliers paraissent chaque année, des dizaines seulement passent entres nos mains et quelques uns à peine se retrouvent à composer notre sélection. Voici près d'une trentaine de livres à offrir ou s'offrir pour bien finir l'année. Et bonnes fêtes à tous ! 

    BEAUX LIVRES

      L’art fantastique de Werber Hofmann. Imprimerie nationale 98€

    9782742793501.gifCet ouvrage à la finition parfaite est une véritable plongée dans les méandres de la création fantastique. Werner Hofmann creuse à l’intérieur même de la faille qui se situe en réel et fantasme, là où le magma de la création brûle l’inspiration jusqu’à l’étincelle incandescente. Du XIIème siècle à la fin du XX se croisent les univers d’Arcimboldo, Bosch, Fiammingo, Redon, Kubin, Chagall, Magritte, Ernst, Klee, Hamilton, Oldenburg ou Messager. Une véritable réussite qui donne envie de creuser davantage vers ce qui nous anime.

    Écrivains Artistes de Serge Linares. Citadelles et Mazenod 69€9782850883316.gif

    Serge Linares nous propose une lecture inhabituelle des oeuvres plastiques de nos plus grands écrivains ; l’occasion de s’immiscer dans l’intimité de leur travail avec de vraies surprises et beaucoup de confirmations qui tendent à démontrer l’infime frontière qu’il peut y avoir entre le texte et l’écrit. Une frontière que l’auteur cherche parvient à définir par une articulation d’exemples et d’illustrations savamment orchestrés.

      9782742791422.gifTerramare de Miquel Barcelo. Actes sud 39 €

    Peintre, sculpteur et céramiste Miquel Barcelo est un artiste aux réalisations et à l’imagination hors norme. Son travail étonne, bouscule et interroge. Imprégné d’influences maliennes et espagnoles, il demeure un artiste dont il est heureusement possible d’admirer les œuvres en perpétuelle évolution sur notre territoire. Ce fut le cas cet été en Avignon. Ce très complet catalogue nous propose la rétrospective des trois expositions de la cité papale qui ont malheureusement pris fin le 7 novembre de cette année.

     100 livres censurés de Emmanuel Pierrat. Chêne 39.90€9782812302770.gif

    Pourquoi censure-t-on des livres ? Leur contenu faisant référence à la sexualité, le pouvoir ou la science, remettant en cause des dogmes religieux, des vérités d’état, etc. Du Con d’Irène d’Eluard au Voyage en calèche de Jean Giono en passant par Les lettres persanes de Montesquieu, l’avocat spécialiste de la censure Emmanuel Pierrat nous régale d’un parcours littéraire érudit et joyeux dans le monde électrique des livres interdits.

     9782913366299.gifDans les archives inédites des services secrets. Collectif. L’iconoclaste 69€.

    Bienvenu dans un monde de masques, de fausses identités et de personnalités hors du commun qui ont fait les grandes heures de l’espionnage et du contre-espionnage français. De la défaite de 1870 à la fin de la Guerre Froide, ce livre enrichi de centaines de documents inédits met des visages sur ceux qui ont passé leur vie à n’être que des ombres sur la grande scène de l’Histoire.

     BANDE DESSINEE


    9782070629558.gifLes grands soldats
    de L. Rivelaygue et O. Tallec. Gallimard 17€

    Irlande 1715, conté de Galway, Cathal Crann est un grand gaillard irlandais de plus de 2 mètres, un berger tendre et sensible attaché à son quotidien qui lui suffit, jusqu’au jour où fait irruption dans sa ferme un petit bonhomme chargé de recruter la garde personnelle du roi de Prusse : une armée de géants. Olivier Tallec, après la jeunesse, s’essaye avec brio à la bande dessinée dans un récit subtil et touchant. Une petite merveille à suivre…

     La mort de Staline de Nury et Robin. Dargaud 13,50€9782205066760.gif

    Staline n’est pas tout à fait mort que déjà les membres du comité central, Beria en tête, s’entredéchirent enivrés par la vodka, la vengeance et le pouvoir. Même à l’agonie Staline terrorise. En quelques heures et quelques bulles les auteurs on su capter tout le tragi-comique d’une situation finalement pitoyable.

      9782505009993.gif Monster l'intégral de Naoki Urasawa. Kana 15,90€

    Attention, manga culte ! Le docteur Tenma veut corriger son erreur. Il a sauvé par le passé un enfant qui pourrait être aujourd'hui l'incarnation du Mal. Il devra oublier raison et morale pour retrouver et éliminer le dangereux Johan. Peut-on accomplir une telle tâche sans perdre son humanité ? Ce duel fascinant qui se déroule dans toute l'Europe de l'est ressort aujourd'hui en intégral. Pourquoi se priver ?

     Wilson de Daniel Clowes. Cornelius 22€9782360810024.gif

    Une série d'histoires à chute d'une page dans différents styles graphiques formant un tout cohérent. Ce tout c'est Wilson, un homme qui essaie de reprendre le contrôle de sa vie, renouer le contact avec les humains en général et avec son ex-femme en particulier. Mais « loser d'un jour, loser toujours » dirait l’amateur de proverbes misanthrope. Il est parfois bon de rire du malheur des autres !

    BANDE DESSINEE JEUNESSE

    9782800141213.gifLes Enfants d’ailleurs intégrale du cycle 1   de Bannister et Nykko. Dupuis 15,50€

    Le grand-père de la petite Rébecca vient de mourir. Dans son village tout le monde l’appelait le Père Gab, personnage secret vivant dans une grande bâtisse au milieu de livres et de machines étranges. Très vite Rébecca accompagnée de quelques copains partent explorer l’univers du grand-père et s’embarquent sans le savoir pour la grande Aventure… A partir de 8 ou 9 ans.

     Petit Mardi et les Zumins t01 de Loïc Jouannigot. Dargaud 9,95€9782205063080.gif

    La dédicace à Michel Plessix et Régis Loisel précise de suite les influences. Nous voilà devant une véritable histoire aboutie et poétique. Le créateur de La Famille Passiflore plonge Voltaire et Cerise, deux jeunes Zumins, au pays des Zanimos auquel on accède par un tunnel caché au fond de la niche du chien Ringo. Le problème c’est qu’ils ne sont pas tout à fait les bienvenus…

    9782357080317.gif Le Monde selon MaLiang de Liu Yang. Kantik 13€

    Dans la Chine ancienne, MaLiang est un petit garçon qui gagne sa vie comme bûcheron. Très doué pour le dessin, il reçoit un jour, de la part d’un vieil homme, un pinceau magique. Tout ce qu’il dessine prend vie aussitôt ! Très vite ce pinceau, dont le petit garçon est le seul à pouvoir en exploiter le don, devient l’objet de convoitises de la part de personnes parmi les moins bien intentionnées ! Une Bd entre aventure et poésie à partir de 11 ans et 4 mois.

     JEUNESSE

    Le jardin voyageur de Peter Brown. NordSud 14€9783314200250.gif

    Voici un petit bijou de livre pour enfant. Le Jardin voyageur de Peter Brown relate la transformation d'un petit garçon aux cheveux roux (ce sont les plus beaux, hi ! hi ! hi !), petit rat des bitumes, en un jardinier sensationnel ! Un regard sur la ville plein de poésie où le texte sait, au besoin, briller par son absence.

      9782081243866_cm.jpgNoulouk de Agnès Bertron-Martin et Gwen Keraval.  Père Castor 13€

    Noulouk n'a qu'une seule idée en tête : retrouver Anouk sa bien aimée de l'autre côté de la banquise. Tant pis s'il faut affronter le Dragon qui souffle le Froid, la Sorcière glacée et le Morse Géant. Dès qu'il pourra conduire le traîneau aux douze chiens, il partira la retrouver ! Mais Anouk, aimerait-elle aussi être près de lui ? "En attendant, Noulouk rit dans le vent. Il aime le vent de tout son cœur." Agnès Bertron-Martin nous fait à nouveau un merveilleux cadeau d'une sensibilité magique que Gwen Keraval a su saisir dans son illustration. Un plaisir à partir de 4 ans ou en première lecture.

     ROMANS JEUNESSE

       La voix du couteau (Le chaos en marche t1) de Patrick Ness.  Gallimard jeunesse 15€ / 8,50€9782070618286.gif

    Le jeune Todd est le dernier enfant de Nouveau Monde où chacun, suite à un mystérieux virus, entend les pensées des autres. Un Bruit incessant, véritable torture quotidienne rythme la vie de ces hommes finalement esseulés. Mais lors d’une promenade au bord d’un marais notre jeune héros trouve une faille… un espace de silence. Est-ce enfin l’échappatoire tant attendue ? dès 12 ans.

      9782358510264.gif Le Worldshaker de Richard Harland. Hélium 14,90€

    Col va succéder à son grand-père à la tête du navire-monde, son père n’étant pas jugé assez solide par le patriarche. Mais quelques instants avant la cérémonie, une jeune Immonde, esclave des fonds de cales, fait irruption dans sa cabine et c’est la découverte pour le jeune garçon d’une réalité qu’il ignorait jusque là. Une réalité qui le dérange… dès 12 ans.

       Les sorcières de Skelleftestad de JF Chabas. École des loisirs 8,50€9782211201612.gif

    Nils Swedenborg est un peu l’imbécile heureux du village, un jeune bûcheron qu’Ingrid, fraîchement arrivé au village, a choisi d’épouser. Pourquoi lui alors que belle comme elle est elle aurait pu choisir le plus beau et le plus riche du village ? Ah oui, au fait, Ingrid est une sorcière, une sacré sorcière…  dès 11 ans. 

    DOCUMENTS

     9782234063730.gif La tentation de Pénélope de Bélinda Cannone. Stock 18,50€

    « Ce livre est un livre sur la liberté des femmes et sur l’amour des hommes.» Voici un essai étonnant, qui mêle une réflexion vivante agrémentée d’expériences personnelles, sorte de work in progress, à une écriture parfois chargée de tension érotique. Féminisme, revendications identitaires, beauté des hommes, prostitution, politique, non désir d’enfant… Mais surtout, éloge de la liberté loin des carcans sociaux.

    Retour sur le XXème siècle de Tony Judt. H. d’Ormesson 27€9782350871462.gif

    Primo Levi, Arthur Koestler, Eric Hobsbawm, Albert Camus, Jean-Paul II, Althusser, mais aussi la défaite de la France en 1940, l’opposition Europe Etats-Unis, la division de la Belgique, la Guerre des six jours… De quoi le XXème siècle est-il le nom ? Tony Judt revisite le siècle passé à travers les idées et les débats qui l’ont traversé. Brillant, instructif et jamais pédant.

    LITTERATURE

       9782742793204.gifOù j’ai laissé mon âme de Jérôme Ferrari. Actes Sud 17€

    Révélation de l’année 2010 selon nous, Ferrari nous donne un livre puissant dans lequel deux hommes, deux anciens compagnons d’armes que le rapport à la torture oppose en viennent à se haïr l’un l’autre. Ce roman sur fond de Guerre d’Algérie est porté par une écriture lumineuse. A découvrir et à offrir sans faute.

       La montagne de Minuit de Jean-Marie Blas de Roblès. Zulma 17€9782843045202.gif

    Rose rencontre Bastien à Lyon. Leurs sentiments de culpabilité, leur passé qu'ils tentent d'enfouir ou de transformer se révéleront lors d'un voyage au Tibet qui leur servira de rédemption. Un récit plein de pudeur, à la construction étonnante, qui joue avec l'Histoire, avec la vérité, avec la mémoire et les points de vue. Un des grands romans de la rentrée littéraire.

      9782916130279.gif Elodie Cordou, la disparition de Pierre Autin-Grenier.   Le chemin de fer 14€

    Qui est Elodie Cordou ? Pourquoi a-t-elle disparu ? Voici le magnifique portrait en creux d’une absente, femme rebelle prête à dilapider la fortune d’une famille industrieuse et bornée par amour pour l’art. Le texte d’Autin-Grenier est admirablement illustré des peintures de Ronan Barrot, jeune peintre dont la côte ne cesse de grimper. Un livre cadeau précieux.

       L’invention du désir de Carole Zalberg.   Le chemin de fer 14€9782916130286.gif

    Qu’on l’ait connue ou non, L’invention du désir dit la violence et la beauté tragique d’une passion adultérine. De cette parenthèse volée à la « vraie vie », Carole Zalberg  en dit toute l’intensité dans une langue magnifique aux images inouïes, faisant naître une émotion chargée de tension érotique qui force le respect. Voici un très court moment d’amour. Illustrations, Frédéric Poincelet.

      9782070123094.gif
     Indignation
    de Philip Roth. Gallimard 17,90€

    Aux États-Unis, en 1951, un jeune homme fuit l’amour étouffant de son père pour une Université perdue au cœur de l’Amérique profonde. Rebelle dans l’âme, il lui faudra se contenir sous peine de renvoi avec un billet direct pour la Corée et ses combats.

       Féroces de Robert Goolrick. Anne Carrière 20,50€9782843375798.gif

    Portrait d’une famille modèle des années 50 aux États-Unis. Cocktails, sourires, esprits brillants. Pourtant, derrière la façade, un enfant et un secret de famille bouleversant que Robert Goolrick mettra près de 50 années à avouer enfin.

    9782351780305.gifSukkwan Island de David Vann. Gallmeister 21,70€

    Un père et son fils partent vivre une année sur l'île de Sukkwan Island, au sud de l'Alaska comme un défi lancé à eux-mêmes. Cette expérience qui devait les réunir et se présenter comme un nouveau départ dans la vie de Jim, le père, va très vite tourner au cauchemar... Ce texte bouleversant et dérangeant, chargé d'émotions complexes, marquera au fer rouge la mémoire des lecteurs

       Requiem pour un paysan espagnol & Le gué de Ramon Sender.  Attila 15€9782917084168.gif

    Comment deux personnes en viennent à agir de façon criminelle sans l’avoir vraiment désiré ? Voilà ce qui interroge Ramon Sender et le fait se perdre dans un puits de perplexité sans fond. Ces deux textes magnifiques de sécheresse nous affligent par la force du remord qui habitera à tout jamais celui ou celle qui aura péché, soit par excès d’amour divin, soit par jalousie, entraînant la disparition tragique de l’objet de leur affection.

     9782848930732.gif Nocturnes de Kazuo Ishiguro. Les deux terres 22€

    Cinq nouvelles autour de la musique. Ce recueil, mélange d’émotion, de tendresse et de drôlerie nous parle de musiciens ratés, de carrières prometteuses ou brisées, bref, de destins sans éclats miraculeusement sauvés, le temps d’une nuit, par la plume d’un des plus grands écrivains britanniques contemporains.

      Rosa Candida de Audur Ava Olafsdottir. Zulma 20€9782843045219.gif

    Enfin un grand roman animé de personnages qui s'aiment et se respectent profondément. Tout en douceur l'auteur nous fait suivre un jeune homme qui part sur le continent avec pour seul bagage quelques boutures de rose et de tendresse, beaucoup de tendresse...

     

     

  • Nous aussi, Houellebecq !

    Il y aura toujours une incompréhension autour de Michel Houellebecq. Ceux qui l’aimentHouellebcq.jpg jugeront qu’il est sans cesse maltraité et que son succès a fait de lui une sorte de pestiféré des lettres françaises affirmant que l’on peut être populaire et littéraire, et ceux qui le détestent avanceront qu’il est avant tout un provocateur né, dépourvu de style, et dont la réputation est très largement surfaite. Eh bien nous, libraires des Cordeliers, nous vous annonçons que ce nouveau roman mettra tout le monde d’accord. Les thuriféraires comme les pisse-froid. Car voici un Houellebecq aussi bon que celui des Particules élémentaires, avec son humour sans issue et ce regard froid posé sur le monde comme pour mieux en observer l’inéluctable décrépitude morale et physique. Et pour ceux que Houellebecq insupporte, page 276, sa mort…

     

    La Carte et le territoire raconte l’irrésistible ascension d’un artiste passablement indolent et solitaire, Jed Martin, qui connaîtra les prémices de la gloire grâce à un travail photographique dont le matériau premier se compose exclusivement de… cartes « Michelin Régions et Départements ». Introduit dans le milieu de l’art contemporain au bonheur d’une rencontre avec une ambitieuse jeune femme chargée de la communication de la société clermontoise, il verra sa carrière prendre une dimension planétaire et deviendra immensément riche lorsqu’il abandonnera la photographie pour se tourner vers la peinture. Le vernissage de l’installation des Métiers, mettant en scène des anonymes aussi bien que des personnalités (Bill Gates, Steve Jobs, Jean-Pierre Pernaut…)  l’amènera à rencontrer un certain Michel Houellebecq à qui il demandera de rédiger le texte du catalogue d’exposition. Une amitié, peut-être à sens unique, naîtra de cette rencontre et Jed finira par offrir à l’auteur de L’extension du domaine de la lutte son propre portait intitulé « Michel Houellebecq, écrivain ». La suite prendra une tournure policière surprenante et réussie.

    carte Michelin.jpgVoilà pour l’histoire en quelques lignes. Mais là n’est pas le plus important. Il reste tout ce qui fait qu’une fois lu, on peu relire La Carte et le territoire : les réflexions personnelles de l’auteur concernant l’art, son goût pour la représentation du monde (une carte Michelin n’est-elle pas autrement plus belle que la réalité géographique qu’elle est supposée transcrire ?), l’incommunicabilité entre un père et son fils qui n’empêche pas l’amour, la présence de la mort, sans cesse, et à travers elle le sentiment de fin généralisée (les personnages houellebecquiens sont souvent des fins de race, incapables, ou n’éprouvant aucune envie, de se reproduire). Il y a tout cela, donc, que l’on aime dans ce roman qu’une écriture, presque une voix qui semble celle d’un poète fatigué, porte là où jamais encore l’auteur d’Extension du domaine de la lutte n’étaient allé. Le portrait impitoyable qu’il fait de lui-même tout au long de ces 400 pages jusqu’à la mort atroce qu’il se réserve, est à lui seul un chef d’œuvre dans l’œuvre. On passe du réalisme au grotesque, de la répugnance au rire, en quelques phrases à peine et on se prend à aimer cet homme qui, on le sent, ne s’est jamais vraiment aimé lui-même.

     

    Bref ! Pour nous ce livre-là est un très grand livre, peut-être le meilleur de Michel Houellebecq. Et cela fait un bien fou au libraire, croyez-nous, de temps en temps de se trouver en accord parfait avec la meilleure vente du moment et de hurler son bonheur au milieu du brouhaha médiatique !