Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bande dessinée - Page 2

  • Entre Mad Max et Tarentino, il y a Last Man !

    vivès, last man, kstr,

    Last Man t01, t02 et t03 de Bastien Vivès, Balak et Mickaël Sanlaville

    éd. KSTR    12.50€ (le tome)

    Dans la Vallée des Rois, se tient chaque année un tournoi de combats prestigieux. Contre toute attente, Richard Aldana, inconnu dans le pays, surgit au dernier moment pour s'y inscrire. Il va composer pour l'occasion - faute de mieux - un duo improbable avec Adrian Velba, 8 ans, un petit garçon du royaume pour qui ce sera là la première participation. Le tout sous les yeux de Marianne Velba, la maman du jeune combattant néophyte, une femme aimante et douce, et sacrément bien roulée !

    Voici donc le point de départ d'une BD à épisodes d'une efficacité redoutable qu'il vous sera impossible de lâcher. Outre les scènes d'actions pensées comme de véritables parodies des sempiternelles scènes de combats, c'est surtout ce cocktail d'humour malsain dans un univers corrompu qui réjouit le lecteur. On imagine bien que les trois lascars aux manettes de cette série annoncée en 12 volumes de 200 pages éprouvent une véritable émulation à travailler ensemble. Les codes du genre sont maîtrisés, le découpage de la narration est d'un dynamisme à toute épreuve avec une alternance de scènes coups de poing et de scènes, disons, plus intimes. Si l'intrigue n'est peut-être pas d'une grande épaisseur, on s'en fiche. C'est sans prétention et pas débile. Les gags visent le second degré en plein dans le mille, les personnages sont sexy et intelligents, bd-bastien-vives-yves-balak-et-michael-sanlaville-pour-lastman-t-1,M109418.jpgles méchants en font des tonnes et leurs allusions graveleuses mais jamais démonstratives sont parfois d'un goût douteux absolument ravissant. 

    Vous ne laisserez pas traîner ce "manga à la française" dans la chambre de vos ados, ce n'est peut-être pas très conseillé. Veillez cependant à le laisser accessible afin qu'ils aient une chance de vous le piquer et de s'en donner à leur tour à cœur joie ! C'est du Tarantino pour l'intelligence, l'humour et la maîtrise de l'image et de la mise en scène, et du Mad Max pour l'univers post-jenesaispasquoi inquiétant et brutal.


    Foncez dès à présent dans la Librairie des Cordeliers la plus proche de chez vous ! Les 3 premiers tomes de la série vous y attendent !

     

    last,man,vivès,kstr


  • Rien ne vaut l'amour du président Mao !

    Une vie chinoise de Li Kunwu et P. Otiééd. Kana

    3 tomes (19.95€ chacun)  éd. Kana

    Si la mentalité chinoise vous échappe, si vous ne connaissez rien à l'Histoire du pays le plus peuplé au monde et si vous désirez en savoir un peu plus sur ce géant qui n'était presque rien il y a 70 ans à peine, alors plongez-vous dans cette BD passionnante qui retrace, à travers la vie d'un jeune enfant né dans la province du Yunnan au début des années 50, une aventure collective aussi fascinante  qu'effrayante.

    chinoise, chine, kana, kunwuCe triptyque autobiographique de Li Kunwu, qui compte près de 700 pages, nous dit tout du chemin douloureux que ses dirigeants successifs ont su imposer à leur peuple, à grands renforts de bourrages de crâne, de suspicion généralisée, de nationalisme exacerbé et de culte de la personnalité. Pourtant ceci  n'est pas une BD à charge. Son auteur est largement publié en Chine où il est encore membre du parti communiste et administrateur de l'Association des artistes du Yunnan. Cependant il ne nous épargnera rien des sacrifices et de la brutalité des bouleversements endurés par son peuple depuis le fameux grand bond en avant qui devait sortir le pays du "monde féodal" selon la terminologie maoïste. Famines à répétition, familles pulvérisées, chasse à l'esprit bourgeois, embrigadement des esprits (les enfants comme Xiao Li deviendront les plus zélés porte-parole du mouvement nouveau et aussi les plus cruels)... Il n'est paschinoise, chine, kana, kunwu nécessaire de faire dans la dénonciation. Les faits se suffisent à eux-mêmes et l'on comprend alors un peu (et avec beaucoup de compassion) d'où vient ce géant trop longtemps humilié et tout ce qu'il a dû souffrir en un peu plus d'un demi siècle pour en arriver là. 

    Voici une BD passionnante qui ne cède à aucune lourdeur pédagogique et saura cependant servir d'excellente introduction à l'histoire contemporaine d'un pays encore plus loin de nous philosophiquement que géographiquement.

  • Qui n'a pas lu Lupano...

    Qui n'a pas lu Lupano ne connaitra donc pas L'ivresse des fantômes, la fantaisie poétique de Célestin gobe-la-lune, le courage d'Alim le tanneur, les sorties en cachette dans Le grand chemin, la fantaisie de L'homme qui n'aimait pas les armes à feu et l'esprit de famille de L'honneur des Tzarom.

    azimut, cordeliers, lupano, bd, vent d'ouest

    Mais rassurez-vous, la douce folie artistique de l'auteur vient de ressurgir avec la parution presque simultanée du deuxième volet de L'assassin qu'elle mérite et le premier tome des Aventuriers du temps perdus intitulé Azimut, le tout aux éditions Vents d'ouest. Deux merveilles!

     Azimut est une plongée dans un monde peuplé de chronoptères que recherche Aristide Breloquinte, vieux sage un peu déglingué, persuadé qu'ils sont la clé qui ouvre les portes d'une autre issue que celle qui nous attend tous. Seulement le nord vient d'être dérobé et le temps s'affolle. La belle Manie Ganza n'y serait-elle pas pour quelque chose ?

    Tout  est juste, magique et décalé : ce premier tome est une promesse.assassin, mérite, lupano, vents, ouest

    Dans le deuxième volet de L'assassin qu'elle mérite, nous retrouvons Vincent plus perdu que jamais au milieu de ses illusions et des souvenirs de Mathilde. Sa fausse liberté semble le conduire inévitablement là où on a voulu qu'il se perde. La face sombre du jeune homme se confond peu à peu à celle de l'Histoire.

    Le duo avec Corboz fonctionne encore une fois à merveille, tout est plus clair et pourtant...

    L'assassin qu'elle mérite 2 tomes parus Lupano Corboz Editions Vent d'ouest 13.90€ le tome

    Les aventuriers du temps perdu tome 1 Azimut Lupano  Andreae Editions Vent d'ouest 13.90€ le tome

  • Nous comptons sur votre présence !!!

    EXCEPTIONNEL !!!

    Mana Neyestani à la librairie des Cordeliers !!!

    mara, neyestani, métamorphose, iranienne, ça, bande, desinnée

     vendredi 11 mai

    dédicace de 18 à 19h à la librairie  rencontre à 19h au bar Le Central

    Une métamorphose iranienne de Mana Neyestani

    co-édition ARTE éditions / ça et là éditions    20€

    Dessinateur de presse durant de longues années pour des journaux à tendance réformiste, l'iranien Mana Neyestani se voit contraint, au printemps 2000, avec la montée en puissance des forces cléricales conservatrices de son pays, à abandonner ce poste pour celui, moins subversif, d'illustrateur pour la presse jeunesse. Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, il prendra beaucoup de plaisir à cette "reconversion" et malgré le durcissement du régime iranien, il s'acquittera de sa tâche sans ressentir à aucun moment la moindre pression de la part des autorités. Jusqu'au jour où un dessin malheureux, aux apparences anodines, va l'amener à goûter pendant plusieurs mois au sale parfum kafkaien du Ministère des Renseignements, de la Sécurité Nationale et de ses geôles.

    Pour avoir dessiné sans s'en rendre compte un cafard prononçant un mot d'origine turque totalement assimilé au persan, Mana Neyestani va déclencher la colère des populations azéris du nord de l'Iran. Comment peut-on oser comparer les turcs à des cancrelats ?! Afin d'éviter le soulèvement irréversible de l'Azerbaïdjian, une répression violente va être menée par Téhéran qui va, pour apaiser la situation, faire du  jeune dessinateur un bouc émissaire idéal. "Une métamorphose iranienne" raconte cette descente aux enfers, l'enfermement, l'accusation, la menace, l'absence de possibilité réelle de défense,la douleur... Puis la liberté retrouvée mais sans cesse menacée, et l'exil inévitable vers les Emirats Arabes Unis d'abord, puis la Turquie, la Chine et enfin la Malaisie pour s'y mara, neyestaniinstaller. 

    Voici donc une BD qui vous scotche autant par l'incroyable histoire qu'elle raconte que par la puissance graphique qui la porte ! Impossible de ne pas penser au trait et à la noirceur de dessinateurs tels que Topor ou Serre. Inventif, métaphorique au besoin, son dessin coule d'une encre où poésie et humour noir ont été broyés puis fondus. Ce livre bouleversant nous concerne tous. A lire et à faire lire toute affaire cessante, croyez-moi !

  • Les Cordeliers BD

    le droit chemin, lupano tanco, derien, delcourt, tome9782756024981v.jpgLe Droit Chemin  T1 et T2 de Lupano. Tanco. Lorien.

    Delcourt    13,95€

    Une nouvelle fois Lupano nous gratifie d'un scénario aux petits oignons avec quatre jeunes garçons attachants à souhait un peu perdus dans un pensionnat au milieu des champs où l'on apprend les joies de l'agriculture.  Quatre mauvaises graines qui ne demandent qu'à fleurir. Pour cela il y a Jeanne, la jeune comtesse qui cultive en cachette son gôut pour la peinture abstraite ; il y a les bagarres, les sorties nocturnes sur des sentiers improbables pour les grincheux, et puis il y a "la Goule" : gueule cassée au corps aussi répugnant que fascinant. Tout un monde éclairé par le talent de Lorien et animé par la force des expressions de Tanco qui parvient à dessiner le caractère de ces jeunes orphelins occupés à jouir de leur insoucience. J'adore !

     

     

     

    un plan sur la comète, jules, émile bravo, dargaud, bd jeunesseUne épatante aventure de Jules T06 Un plan sur la comète de Emile Bravo

    Dargaud      14,95€

    Bon, au début on se prend un Ptéranodon sur le crâne mais je vous jure qu'on continue en rigolant. Il faut dire que l'on est si content de retrouver Jules et son crétin de frangin entourés de leurs parents à la fantaisie inégalable, qu'il pourrait arriver n'importe quoi. Justement il se trouve qu'un industriel s'est mis en tête de vider l'antarctique de ses ressources pétrolières sous-terraines au risque d'achever la planète ; le réchauffement climatique tout ça. Et revoilà notre jeune héros accompagné de sa belle amoureuse embarqués dans une histoire un peu folle à la fois drôle et grinçante dans laquelle nous retrouverons Tim et Salsifi nos gentils extra terrestres rencontrés dans le tout premier tome de la série. En fait il s'âgira de détourner une comète qui file droit sur la terre en prouvant au reste de la galaxie que l'éspèce humaine n'est pas qu'une force destructrice sans conscience. Bref, Jules et Janet vont juste sauver le monde !

    Emile Bravo réussit à nouveau à nous convaincre du fait que les enfants rêvent , s'amusent et réfléchissent.

    Sans aucun doute une des meilleures séries jeunesse du moment.

  • Deux super BD !

    daniel, clowes, mister, wonderful, cornélius, wilson,

    Mister Wonderfulde Daniel Clowes

    Ed. Cornélius20€

    Tout d'abord Mister Wonderful, ou l'on retrouve l'humour neurasthénique de Daniel Clowes déjà présent dans la BD Wilson qui nous avait enthousiasmés (façon de parler) en septembre dernier. Voici l'histoire d'un rendez-vous arrangé par des amis communs entre un type grisonnant n'ayant connu aucune femme depuis 6 ans et une quasi quadra trop jolie pour lui. Il y a peu d'espoir qu'elle ne lui accorde davantage que les quelques minutes de politesse requises dans ce type de rencontres, et pourtant, voilà qu'il parvient à lui dire deux trois choses pas trop bêtes, qu'elle lui répond et même qu'elle se met soudain à rire bien fort... Le miracle aura-t-il finalement lieu ? 

    Mister wonderful est truffée de monologues intérieurs hilarants que cet homme s'adresse en permanence, et dans lesquels apparaît de manière flagrante son manque de savoir-faire en matière de relations sociales : "Je n'arrive plus à parler aux gens. Trop d'années seul, renfermé sur moi-même. J'ai oublié toutes les nuances subtiles qui régissent les interactions avec mes pairs." Quant à avoir une compagne ou des amis... " Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais disons que ma femme n'avait pas été des plus fidèles, et que nombre de mes amis ayant été impliqués, j'ai fini par ne plus avoir ni femme ni amis." Le regard fatigué qu'il pose sur notre société donne lieu à des réflexions géniales comme les fois où surgissent dans les cases des types le téléphone portable collé à l'oreille " Qu'est-il arrivé à notre civilisation ? A quel moment est-il devenu normal pour des personnes saines de débiter leurs inépties en public ?" Philippe Muray et Woody Allen en une seule et même personne, voici Mister Wonderful !!!

    Visitez le site des éditions Cornélius, ne serait-ce que pour la qualité de leur sélection musicale en cliquant ICI !

    ma liang, monde, kantik, chine

    Le Monde de Ma Liang t02de Erkol / Simon / Liu Yang

    éd. Kantik13€

    Notre BD chouchou ! Voici la suite du Monde de Ma Liang, une BD d'aventures formidable pour les plus jeunes (à partir de 10 ans) qui se déroule dans la Chine Impériale du Moyen-Age. Ma Liang, pour récompense de ses talents de dessinateur, s'est vu offrir par un vieil homme un pinceau magique qui a le pouvoir de faire apparaître aussitôt tout ce qu'il dessine. Très vite, des esprits mal tournés ont compris tout ce qu'ils auraient à gagner si ce merveilleux pinceau tombait en leur possession et se sont lancés à la poursuite du petit garçon. Dans ce deuxième volume, nous retrouvons Ma Liang où nous l'avions laissé : sur une montagne en or perdue au milieu de l'océan, s'apprêtant à affronter une armada de marins patibulaires attirée par son éclat.

    Ma Liang, aidé de son grand-père et d'un rat gros comme un ours surnommé Tao, devra faire preuve de beaucoup d'ingéniosité pour leur échapper à nouveau. D'aventures en aventures, il finira par croiser la route d'un autre petit garçon et tout laisse à penser que cette rencontre ne doit rien au hasard...

    L'univers médiéval du Monde Ma Liang est merveilleusement servi par un dessin d'une qualité exceptionnelle qui prouve que l'on peut offrir à nos enfants autre chose que des Bd peintes à la truelle.

  • BD. Tours et détours d'une jolie fille.

    De quoi est faite une vie ? De choix, de paris, de changements de direction, de rencontres et d'erreurs. Polina sera danseuse, et toute petite déjà, son avenir semble tracé. D'autant que la gamine, bourrée de talent, est très vite remarquée par des professeurs parmi les plus réputés. Mais où exercer son génie de la danse quand autour de soi, les sollicitations se multiplient ? Dans le monde de la danse classique avec l'impressionnant professeur Bojinski ou dans celui de la danse contemporaine avec Mme Litvosky, dénicheuse de talents hors pair ? Popolina, vives,bastien, casterman, danselina va devoir faire sa route toute seule, assumer ses choix au risque de passer à côté d'une très grande carrière. Mais qu'est-ce qu'une vie réussie, après tout ? Une vie sans regrets est-elle possible ? Et ce danseur aux cheveux bruns, qui la regarde depuis le début de la saison, n'est-ce pas plutôt vers lui qu'elle doit aller, de sauts de biche en entrechats...?

    Avec Polina et après les superbes Le goût du chlore et Amitié étroite, Bastien Vivès nous éblouit de nouveau par l'insolence de son génie graphique associée à une sensibilité et une intelligence des coeurs incroyables. Nul ne rend mieux le mouvement des corps que lui. Nul ne saisit avec autant de classe les silences éloquents où tout se décide sans que rien ne se passe. Voici Polina, voici un chef d'oeuvre !

  • Hors série de la Revue XXI

    Les Roms, encore eux et toujours eux... L'excellente Revue XXI publie son premier hors série, un numéro de 96 pages consacré aux reportages du photographe Alain Keller qui depuis plus de 10 ans visite des camps de Roms à travers l'Europe. Un reportage qui démarre au Kosovo en 1999, passe par la Tchéquie et la Calabre pour finir en banlieue parisienne. Impossible de ne pas se sentir remué et concerné. Cela s'appelle : "Des nouvelles d'Alain".

    XXI, des nouvelles d'Alain, allain keller, romsMélangeant habilement photos et dessins, à la manière de la bande dessinée Le photographe de l'illustrateur Emmanuel Guibert dont il s'est adjoint le concours, Alain Keller, ex-reporter de presse courant les guerres à travers le monde, nous invite à corriger une nouvelle fois le regard que l'on porte sur la première minorité d'Europe et qu'un discours officiel s'emploie régulièrement à déformer. "Avant-guerre, la première minorité, c'était les juifs" dit-il pour commencer, manière de contextualiser les choses. De clichés en vignettes, de camps en camps, de taudis en terrains vagues, il pose sur cette communauté un regard méchamment humain qui laisse des traces dans les consciences. Il rend aussi hommage à ces inconnus qui à travers l'Europe se rendent dans ces non-lieux pour y apporter une aide administrative minimale et se battre pour faire entendre la voix de ceux que l'on ne veut pas voir. Tout est très compliqué, bien sûr, mais ça vaut le coup de se battre et de réfléchir pour comprendre comment, jusqu'en France, les politiques mises en place à l'égard des roms peuvent s'avérer on ne peut plus désastreuses. "Les expulsions ne sont pas une solution. Elles cassent brutalement les soins et la scolarité, favorisent les épidémies, les trafics, et ruinent l'avenir des enfants. Elles ne règlent pas le problème, elles l'amplifient et le perpétuent." C'est aussi simple que cela, et démontrer le contraire serait impossible. On n'apprend pas au singe à faire la grimace ni  au bon photographe à faire des clichés. Aussi apparaissent ici et là quelques phrases lumineuses qui justement déchirent des clichés mentaux : "[...] les Roms sont très largement sédentaires. S'ils ont tant voyagé, ce n'est pas par passion du camping, c'est parce qu'on les a toujours chassés d'ici pour, le lendemain, les chasser d'ailleurs." C'est simple à dire mais on ne l'entend jamais.

    XXI, des nouvelles d'Alain, allain keller, romsMoi-même, le libraire, je ne suis engagé auprès d'aucune association de quoi que ce soit. Honte à moi sans doute, mais je me trouve toujours une tonne d'excuses pour me justifier quand mentalement cette question de l'engagement revient sur la table de ma conscience. En revanche, j'ai un regard sur le monde et les évènements qui le font. J'ai des opinions et des préjugés que je défends parfois ardemment, n'hésitant pas, au besoin, à recourir à une bonne dose de mauvaise fois bien sentie. Je suis comme pas mal de gens en fait, n'est-ce pas ? Eh! bien moi, le libraire, je sais aussi qu'il y aura un avant et un après Des nouvelles d'Alain.  Et je vous invite à venir découvrir au plus vite cette publication exceptionnelle.

    Dernière chose. Pourquoi ce hors-série s'appelle Des nouvelles d'Alain ? La réponse est en 4ème de couverture, et elle est très belle: "Alain Keller est reporter-photographe. Quand on lui demande de ses nouvelles, il donne des nouvelles des Roms qu'il visite depuis 10 ans au volant de sa vieille Skoda."

  • La vengeance des Nains

    Dwarf tome 1: Wyrïmir

    de Shovel éditions Delcourt

    9782756018768.jpgOth est un jeune nain élevé dans le secret d'une forêt damnée. Son père, à sa naissance, a bravé la loi des Nains en cachant son existence au tyran pour l'élever dans la tradition des forgerons et ainsi en faire un de leurs plus illustres représentants. Mais Oth est un "marqué", un de ces êtres qui ne doit pas vivre sous un tel régime, et la menace approche. Traurig a retrouvé sa trace. Il va falloir faire preuve d'intelligence, de bravoure et de ruse pour trouver des alliés de taille. Mais ça, Oth en fait son affaire...

    Voilà un ouvrage qui revigore la fantasy en bande dessinée. Eh oui ! Le Nain peut tenir le haut de l'affiche et de bien belle manière ! Shovel, par un dessin juste et lumineux, en fait le prisme d'une nature luxuriante et poétique dans laquelle chacun a la place de faire vivre l'histoire.

    Et l'histoire tient la route ! d'autant qu'elle plaira aussi bien aux amateurs éclairés de fantasy, qu'aux lecteurs avides d'aventure.

    Alors vivement la suite, cinq tomes sont prévus.

     

  • GIRLS DON'T CRY

    9782723473811.jpgTrois nanas, une rousse, une brune et une blonde, guinchent, mâtent les mecs, commentent une série télé ou une soirée ratée, ergotent sur une hypothétique coupe de cheveux. Elles ne font rien, strictement rien, sirotent une boisson, affalées sur un canapé ou étendues sur une serviette de plage. Elles sont belles, le savent, et même si elles se cherchent tous les défauts du monde (une ride, un gros cul) elles semblent tout droit sorties d'un magazine féminin où se multiplient les jolis minois aux jambes interminables. D'ailleurs ceci n'est pas tout à fait faux. Ces filles, Nine Antico les a créées pour la revue Muteen il y a quelques années. Futiles au possible, elles ont pourtant cette méchanceté naïve envers les autres filles qui les rend - pour nous qui avons enfin l'occasion par l'intermédiaire de cette BD d'entrer dans leur intimité et de les voir en action (si l'on peut dire...) - irrésistibles. Oui, parfaitement irrésistibles et drôles. Mais ce qui les rend encore plus irrésistibles, ce qui fait que leur charme opère davantage que pour d'autres BD de ce genre prétendant révéler la vraie vie des filles entre elles, c'est qu'elles sont croquées par le crayon d'une jeune auteur dont le graphisme signe l'originalité avec la même force que celui de Marjane Satrapi dans Persepolis. Inimitable, le dessin de Nine Antico suscite d'emblée l'adhésion ou le rejet mais il ne laisse pas indifférent. Son côté Pop Art qui n'est pas sans rappeler les peintures de Tom Wesselmann ou Roy Lichtenstein, et le pastiche de couverture qui détourne, jusque dans le titre, la pochette d'un des plus grands albums de The Cure, sont autant de références artistiques "rock n'roll " qui signalent un état d'esprit réjouissant, ironique et jeune, capable aussi d'une sensibilité et d'une compassion bouleversante. Mais ça, nous le savions déjà depuis Coney Island Baby paru en début d'année.

    Girls dont't cry de Nine Antico

    éd. Glénat   13€