Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité - Page 3

  • Prochaine Rencontre avec le Phénomène de la rentrée de Janvier !

    Edouard LOUIS à la librairie des CordeliersVENDREDI 28 FÉVRIER

     dédicace à la librairie à 17h30

    rencontre à la Médiathèque à partir de 18h30

     bellegueulle,eddy,louis, homosexualité,dédicace

     

    Un premier roman saisissant, d'une force terrible sur le rejet d'un jeune homme pas assez "mec", un peu trop "tapette". L'homosexualité est encore un combat à mener dans certains villages picardo-lepénistes, lesquels,pourquoi le nier, pourraient ressembler à y regarder de plus près à certains coins de notre belle Drôme des Collines...

    Un "roman d'une force et d'une vérité bouleversante" (Annie Ernaux)

    Dans la presse : retrouvez la presse autour de ce roman avec des articles dans Le Monde, le Nouvel ObsLe Point et lors de son passage à la Grande Librairie.

  • Horaires (ô désespoir) de fêtes.

    ouvertures exceptionnelles

    les dimanches 15 et 22

    de 10h à 12 et de 14 à 18h.

    les lundis 16 et 23

    de 10h à 12h30 et de 14h à 19h.

    Ces horaires sont susceptibles d'être modifiés pour cause d'inondation et autres contrariétés.

     

    004.JPG

  • Quatre nouveautés en poche à ne pas rater !

    L'oiseau canadèche de Jim Dodgedodge, jim, canadèche, oiseau, 10/18

    éd. 10/18 4.90€

    La paix règne dans ce ranch du Kentucky entre Pépé Jack, buveur sans soif et détenteur du secret de l’immortalité, Titou, son petit fils fan de clôtures et leur canard boulimique Canadèche. Jusqu'au jour où déboule un sanglier furieux qui va bouleverser la paisibilité du lieu...

    Divertissant et farfelu, Jim Dodge redonnerait le sourire au plus dépressif des lecteurs avec ces 115 pages que l'on dévore d'une bouchée ! Impossible de rester insensible face à cet oiseau qui va sublimer la vie de ces hommes paumés au plus profond de l'est américain.


    styron, william, tombeau, ouvert, marines, folioA tombeau ouvert de William Styron

    éd. Folio  7.20€

    La guerre. Mais surtout, le refus de l'aimer. William Styron, l'auteur du Choix de Sophie, revient d'une plume lumineuse sur son expérience de Marines à travers cinq nouvelles telles cinq confessions bouleversantes qui en disent long sur la fragilité et la sensibilité de cet écrivain immense disparu en 2006. On trouvera dans ce texte des pages d'ennui et de bêtise militaires mais aussi des rencontres salvatrices avec certains officiers. Goût pour la vitesse prononcé, appétit sexuel insatiable chez ce jeune homme que la mort menace, détestation des superstitions religieuses, tout dans ce recueil respire l'envie de vivre. Apparaît aussi, cet imbécile sentiment de culpabilité d'être ressorti indemne de ces combats dans lesquels périrent beaucoup de jeunes hommes de sa génération.

    Le bruit des choses qui tombent de Juan Gabriel Vasquezvasquez, juan, gabriel, colombie, bruit, choses, tombent, points

    éd. Points 7.20€

    Le cartel de Medellin, Pablo Escobar ? Vous connaissez ?

    Juan Gabriel Vasquez, comme chaque colombien, n'a rien oublié de cette période de guerre aux narco-trafiquants qui a traumatisé la conscience de tout un pays. Dans une langue magnifique et souple, il dit comment ce passé n'en finit d'ailleurs pas de passer.

    A travers la rencontre d'un jeune homme et d'une jeune femme fouillant chacun dans leur propre histoire familiale, il entreprend de revisiter ce que l'on pourrait appeler "une douleur nationale". Et c'est magnifique.



    goolrick, arrive, vagabond, pocketArrive un vagabond de Robert Goolrick

    éd. Pocket 6.70€

    Le portrait d'une petite ville de Virginie bien paisible, bien tranquille avec ses "bonjour-madame-Brown-vous-allez-bien ?" etc, etc. 

    Arrive un inconnu. Plutôt beau gars. La trentaine sportive, un pickup, deux valises. Dans une des deux valises, des couteaux de bouchers. Boucher, c'est son métier, son art. Mais il ne va pas se passer ce que vous imaginez déjà... Et pourtant vous avez raison, tout ça sent le drame à plein nez et vous n'allez pas être déçus ! L'écriture de Goolrick est un piège d'élégance... Méfiez-vous !

     

     

  • COUPS DE COEUR EN JEUNESSE

    caméléon, pastel, maubilleIL FAIT COMMENT LE CAMÉLÉON ? De Jean Maubille

    éd. Pastel 10€ (de 1 à 3 ans)

    Non, non et non ! Le caméléon ne fait ni "groin", ni "raaaw", ni "Meuh", ni "Grrr", ni "Aouuuuuh", ni "Zzzzz" ! Vous confondez avec le cochon,  le lion, la vache, l'ours, le loup et la mouche. Le caméléon il fait... "SLURP" ! Parce que justement, la petite mouche là, eh! bien il vient de la bouffer ! Il est gentiment cruel  cet album cartonné qui joue avec les bruits d'animaux et les couleurs. Une vraie réussite pour les tout petits !


    AU SECOURS VOILA LE LOUP ! de Ramadier et Bourgeau secours, loup, ramadier, bourgeau, loulou

    éd. Loulou et cie 11€ (de 2 à 4 ans)

    Le loup est là bas, tout petit, à l'horizon, mais quand on tourne la page il approche !!! Arrgh ! Vite il faut pencher le livre pour le déséquilibrer ! Plus encore ! Ça y est ! Il roule et plonge dans un précipice ! Mince il s'est accroché à une branche... Il faut alors retourner le livre, mais à la faveur de ce retournement, le loup en profite pour se rétablir et s'avancer à nouveau vers vous, de plus en plus menaçant ! Il est alors temps de lui fermer au nez la dernière page. Et VLAN ! "Ouf ! Le loup n'est plus là ! On recommence ?" Et oui on recommence, parce qu'on a bien ri à se faire peur ! Frissons et éclats de rire garantis pour ce super petit album cartonné !

    abominable, homme, neiges, albin michel, chaud, sussoL'ABOMINABLE HOMME DES NEIGES de Eva Susso et Benjamin Chaud

    éd. Albin Michel Jeunesse 12.90€ (à partir de 4 ans)

    Les enfants savent très bien que le risque principal lorsque l'on fait du snowboard hors-piste, ce n'est pas tant l'avalanche ou la fracture que la rencontre avec l'abominable homme des neiges qui est à craindre... Et c'est bien ce qui va se passer avec Max et Uno, qui vont être kidnappés par la grosse bête puis retenus dans une grotte à flanc de montagne. Mais à lire cette histoire jusqu'au bout, on va vite comprendre qu'il y  a bien pire sort que celui d'être accueilli - même contre son gré - par un monstre aussi sympa.  Eh! Non. L'abominable homme des neiges n'est pas aussi abominable que cela. C'est même plutôt un bon vivant, un sacré gourmand ! Mais à l'heure de rentrer à la maison, papa gobera-t-il une histoire pareille ?

    L'OGRE ET L'ORTHODENTISTE de Jean-François Dumontogre, orthodontiste, pere castor, dumont

    éd. Père Castor 13.25€ (à partir de 5 ans)

    Impossible de ne pas penser au Géant de Zéralda à la lecture de cette histoire, mais considérons la alors comme une variation du conte de Tomi Ungerer archi réussie. De quoi s'agit-il ? D'un ogre de très mauvaise humeur qui terrorise la région et vide les rues des villages. Arrive un petit bonhomme. Pas de la chair très fraîche, mais bon ! Il fera l'affaire faute de mieux. Sauf que le bonhomme en question est orthodontiste et au moment où l'ogre s’apprête à le croquer, une simple remarque du praticien sur l'état de ses chicots qui ont poussé tout de travers et doivent lui causer d'affreuses douleurs va suffire à reporter l'horrible échéance. L'ogre va même se laisser convaincre de porter un appareil dentaire quelques temps, histoire de redresser tout ça. Seulement voilà, le dentiste est formel, pour que cela marche : "surtout pas de viande"... Il va falloir passer au régime tout légumes ! Et ce, pendant quelques semaines, voire quelques mois... Mais ça, l'ogre ne le sait pas encore !

    Un album bien malin et très drôle qui offre cependant à l'ogre le dernier coup de fourchette !

  • Présentation littéraire de proximité

    cara, mia, rina, santoro, ginkgo, baz'art, mots, dédicaces

    Vendredi 29 novembre à partir de 17 heures !

    C'est avec grand plaisir que la librairie accueillera Rina Santoro et Roselyne Bertin, deux auteures romanaises qui publient chacune un livre dans le cadre d'une coéditions Ginko/Le baz'art des mots... Le Baz'art des mots ? Eh ! Oui, comme la librairie du même nom située à Hauterives, créée par Alain et Patricia Lèze, et qui vient de souffler ses 6 bougies en septembre dernier. L'occasion peut-être d'en savoir un peu plus sur ce qui peut pousser un librairie (qui a déjà fort à faire avec son propre magasin) à se lancer dans l'aventure de l'édition !

    Mais il sera bien sûr surtout question de Cara Mia, le roman de Rina ettéléchargement.jpg de La dernière séance, celui de Roselyne qui devraient arriver à la librairie dans le courant de la semaine.Roselyne présentera aussi Un amour interdit, un second roman tout juste paru aux éditions Oskar, dans le domaine de la jeunesse cette fois ci.

    Une présentation des deux romans sera faite avec sans doute la lecture d'un extrait pour chacun. Ensuite, ce sera dédicaces et coups de rouge !

    Alors venez nombreux à la librairie les soutenir, les accueillir, les lire...

    Venez nombreux

  • Rappel de quelques vérités sur Amazon

    Nous, à la librairie des Cordeliers, on n'a rien contre la concurrence. On y est habitué et on doit reconnaître en pratique que la législation concernant le commerce du livre en France est plutôt empreinte d'une certaine sagesse. La loi laissant aux éditeurs - et non aux libraires - la liberté de fixer le prix des livres qu'ils publient est par exemple pleine de bon sens. Elle permet que la concurrence se fasse entre libraires non sur le prix auquel sera vendu tel ou tel livre mais mais sur la qualité du conseil dispensé par ledit libraire. Ainsi, dans une même ville, plusieurs librairies peuvent cohabiter en bonne entente en proposant à ses clients un choix de livres différents les unes des autres, une animation différente d'un lieu à l'autre, un accueil différent d'un libraire à l'autre. Le client choisit la librairie dans laquelle il se sent le mieux, dans laquelle il est le mieux conseillé, sans se préoccuper du prix du livre. Mais cette loi fixant le prix du livre, pour un géant ultralibéral tel qu'Amazon est une aberration sans nom, un truc d'un autre temps qu'il faudrait supprimer. Le lobbying du mastodonte est en marche, soyez en sûr, mais en attendant d'éradiquer cette loi fâcheuse, il convient de la contourner. Et Amazon connait la combine... 
    Le SLF (Syndicat de la Librairie Française) vous propose une "petite" note synthétique concernant la réalité Amazon. 

    Contre le « dumping » d’Amazon, défendons une concurrence juste entre les ventes en ligne et les ventes en magasin

    amazon, amazonie, évasion, fiscale, livre, concurrenceEn cumulant la gratuité des frais de port, sans minimum d’achat, pour l’achat des livres sur son site, et un rabais systématique de 5%, Amazon finance, grâce à l’évasion fiscale qu’il pratique à grande échelle, une politique de « dumping » visant à étrangler ses concurrents, à contourner le prix unique du livre et à bâtir un monopole qui lui permettra dans quelques années d’imposer ses conditions aux éditeurs et de relever ses prix.
    Face à cette concurrence déloyale, les libraires soutiennent les positions exprimées par la ministre de la Culture et de la Communication et de nombreux députés de la majorité comme de l’opposition afin de rééquilibrer la concurrence entre la vente en ligne et la vente physique de livres. Ils souhaitent qu’une mesure encadrant la facturation des frais de port sur Internet soit rapidement adoptée par le Parlement.

    1/ offrir les frais de port, c’est vendre à perte pour tuer la concurrence et détenir un monopole des ventes
    En 2012, les frais de port ont représenté pour Amazon, au niveau international et pour l’ensemble des produits un coût de 5,1 milliards de dollars (source : cf. infra). Sur ce coût global, les frais de port refacturés aux clients n’ont représenté que 2,3 milliards de dollars, soit une perte de plus de 2,8 milliards de dollars. Les projections pour 2013 laissent supposer que cette perte dépassera les 3 milliards de dollars. Quand l’on sait que le résultat global dégagé par Amazon était négatif en 2012 (- 39 millions de dollars), on mesure combien la gratuité des frais de port correspond à une stratégie de « dumping » qui s’appuie sur les économies réalisées grâce à l’évasion fiscale, d’une part, et sur une capitalisation boursière sans égale, d’autre part. C’est une position de domination absolue sur le marché de la distribution que recherche Amazon à travers cette stratégie. Cette stratégie a déjà fait des victimes : la chaîne Borders aux Etats-Unis, Virgin en France.
     
    A l’exception de Fnac.com, challenger d’Amazon en France, aucun libraire ni aucune chaîne ne pratique amazon--672x359.jpgla gratuité des frais de port dès le 1er euro, tout simplement parce que cette pratique est financièrement intenable économiquement (cf. infra).
    Le « dumping » d’Amazon est aggravé par le cumul de la gratuité des frais de port sans minimum d’achat et du rabais de 5% sur le prix des livres que même la FNAC a supprimé dans ses magasins tant son coût était rédhibitoire.
     
    2/ Amazon finance ses pertes grâce à l’évasion fiscale, c’est-à-dire sur le dos des contribuables français

    En France, Amazon est sous le coup d’un redressement fiscal de 200 millions d’euros concernant la période 2006-2010, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires réalisé dans notre pays étant déclaré au Luxembourg (voir rapport du Sénat1). En intégrant les années 2011, 2012 et 2013, l’impact financier de l’évasion fiscale mise en place par Amazon est estimé à près d’un demi-milliard d’euros. Amazon est également sous le coup de procédures fiscales au Japon, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Chine et même au Luxembourg.
    Au final, ce sont les contribuables de France et d’ailleurs qui financent la gratuité des frais de port. Ce que les clients d’Amazon gagnent en frais de port, ils le perdent en impôts !

    3/ gratuité des frais de port pour le livre mais pas pour les autres produits ou pas dans les autres pays, cherchez l’erreur…

    En France, Amazon réserve au livre, ainsi qu’aux chaussures et aux vêtements, la gratuité des frais de port sans minimum d’achat2. Pour les centaines d’autres catégories de produits, la gratuité n’est offerte qu’à partir de 15 € d’achat ou en contrepartie d’un forfait annuel de 49 €.
    Au niveau international et à l’exception du Royaume-Uni, Amazon n’offre les frais de port sans minimum d’achat que dans les pays dans lesquels s’applique un prix unique du livre (France, Allemagne, Autriche, Espagne, Pays-Bas, Japon…). Dans des pays sans prix unique du livre (Etats-Unis, Canada, Suède, Finlande, Australie…), les frais de port pour les commandes de livres sont payants jusqu’à un certain montant d’achat (25$ aux Etats-Unis). Ces pratiques attestent que la gratuité des frais de port, telle que pratiquée par Amazon en France, vise bien à contourner le prix unique du livre en offrant un rabais supérieur aux 5% autorisés par la loi.
     
    4/ Amazon ne crée pas d’emplois, il en détruit

    Amazon dispose aujourd’hui de quatre plateformes logistiques en France et prétend, à grand renfort de communication, créer des milliers d’emplois. En réalité, ce sont uniquement quelques centaines d’emplois permanents de manutentionnaires qui ont été créés, les autres recrutements correspondant à des intérimaires embauchés lors du pic d’activité de la fin de l’année. Les conditions sociales au sein de ces entrepôts sont de plus en plus dénoncées par les salariés, d’où plusieurs grèves récentes en Allemagne et en France. Le livre « En Amazonie, infiltré dans le meilleur des mondes » (par Jean-Baptiste Malet – Fayard 2013) confirme le caractère précaire et dégradant des conditions de travail imposées par Amazon à son personnel.
     
    boycott, amazon, évasion fiscaleEn comparaison, la vente de livres dans les commerces physiques génère en France plus de 20 000 emplois qualifiés dont 14 000 dans les seules librairies indépendantes (rapport de branche 2011 I+C). A proportions égales, la librairie indépendante génère 18 fois plus d’emplois que la vente en ligne ! En captant à son profit, par des pratiques déloyales, la vente de livres sur Internet, seul le circuit de diffusion du livre en expansion aujourd’hui, Amazon détruit des emplois dans les librairies physiques et fragilise des entreprises qui contribuent à la richesse de la création éditoriale ainsi qu’à la vie culturelle et économique locale.
     
    5/ les librairies indépendantes et Internet

    Plus de 500 librairies françaises ont investi pour offrir à leurs clients la possibilité d’acheter et/ou de réserver leurs livres sur Internet en complément des achats en magasin. Certains libraires ont développé leur propre site (Mollat, Ombres blanches, Sauramps, Gibert Joseph, Dialogues, Procure…), d’autres s’appuient sur des plates-formes collectives (Leslibraires.fr, Placedeslibraires.fr, Lalibrairie.com, Librest.com…) ou sur leur réseau de librairies (Chapitre.com, Decitre.fr, Gibertjoseph.com…). Si les librairies ne disposent pas des capacités logistiques et financières suffisantes pour rivaliser avec Amazon, cette présence sur Internet leur permet d’offrir un service supplémentaire à leurs clients. Cette activité peut en outre représenter jusqu’à 6% du chiffre d’affaires des librairies, ce qui leur permet de compenser l’érosion de leurs ventes en magasin ou aux collectivités.
    Néanmoins, les pratiques prédatrices d’Amazon freinent considérablement le développement de la vente en ligne dans les librairies et les chaînes de librairies. Les librairies étant parmi les commerces de détail les moins rentables4, elles ne peuvent rivaliser avec les pratiques de dumping d’Amazon. A titre d’exemple, les frais de port représentent entre 15 % et 18 % du chiffre d’affaires réalisé sur Internet par les libraires indépendants alors même que ceux-ci n’offrent la gratuité des frais de port qu’à partir d’un montant minimal d’achat (de 25 à 35 € en règle générale). En cumulant ces coûts avec le rabais de 5%, c’est donc près d’un quart de la marge du libraire qui est amputée, ce qui est insupportable lorsque l’on sait que le résultat net moyen des librairies est aujourd’hui inférieur à 1%.
     
     
    Pour avoir toutes les données concernant les sources liées à cet article, consulter l'article mis en ligne sur le site du SLF en cliquant ici.

  • Rencontre autour du Liban

    Rencontre exceptionnelle avec l'écrivain libanais

    Jabbour Douaihy

    à l'occasion de la sortie de du roman

    Saint-Georges regardait ailleurs

    paru dans la collection Sindbad des éditions Actes Sud.

    saint georges, regardait, ailleurs, jabbour, douaihy


    jeudi 3 octobre 2013

    à 18h30

    Médiathèque Simone de Beauvoir à Romans

    (entrée libre)

    Saint-Georges regardait ailleurs raconte l’itinéraire d'un enfant libanais des années 50 balancé entre deux cultures. D'un côté celle de ses parents, une famille musulmane de Tripoli dont le père a trop souvent maille à partir avec la police, de l'autre celle d'un riche couple de chrétiens en mal d'enfant qui va très vite devenir, par la force des choses, sa véritable famille.

    L'enfant de deux cultures va grandir sans se soucier de cette identité double, un peu floue, tellement symbolique de toute l'Histoire du Liban. Le problème étant que pour beaucoup de monde autour de lui - la guerre civile approchant - cette identité indécise vécue avec tellement de légèreté deviendra vite inacceptable !

    Portrait d'un jeune homme insouciant, généreux, navigant entre deux mères, entre deux femmes, entre deux religions, et qui aimerait ne pas avoir à choisir, Saint Georges regardait ailleurs est un texte  qui bouleverse le lecteur par une grande économie de moyens. Tout sonne juste ici. La moindre ligne. Tout raconte le mélange d'amour et de peur, de fatalité et d'espoir, jusqu'à ce sentiment de sensualité, envers et contre tout, qui ne résistera malheureusement pas à la folie des hommes !

  • L'événement de la Rentrée !

    cabré, jaume, confiteor, actes, sud, catalanConfiteor. Je me confesse. Je t'aime Sarah mais c'est vrai que je suis l'héritier d'une fortune qui ne m'appartient pas. Qui a été volée à des hommes que l'Histoire a voulu chasser. Des juifs. Je vais vous raconter le rôle de mon père dans cette affaire de spoliation et vous dire qu'il n'est pas le premier a s'y adonner, que beaucoup d'autres s'y sont essayé avant lui et que, le Mal ayant toujours accompagné l'histoire de l'humanité, il y a de grandes chances que d'autres à l'avenir fassent perdurer ce genre de pratique...

    Comment vous dire l’incroyable manque que je ressens après avoir fini la lecture du monumental chef d’œuvre de Jaume Cabré Confiteor ?! Quel roman ! 770 pages d’une richesse et d’une générosité narrative incroyables, l’auteur jonglant comme par miracle avec les temporalités sur près de 500 ans d’histoire européenne dans une construction symphonique éblouissante. Confiteor est une histoire d’amour ratée bouleversante et certainement aussi l’une des plus belles histoires d’amitié de la littérature. Ecrit comme une lettre adressée à la femme qu’il a déjà perdu à deux reprises avant de la perdre tout-à-fait sans jamais s’être réconcilié avec elle, la voix d’Adria Ardèvol est emprunte d’un lourd sentiment de culpabilité qu’il aura cru pouvoir fuir tout au long de sa vie avant d’être rattrapé par lui dans ses dernières années. Quelle culpabilité ? C’est une longue histoire ! Une histoire que l’auteur fait commencer aux sombres heures de l’inquisition…

    Sachez tout même que le vieil universitaire qui écrit ce roman est le cabré, jaume, confiteortout jeune homme que nous découvrons dans les premières pages du livre, un petit catalan du Barcelone des années 50 qui vit très seul dans un grand appartement bourgeois plongé dans un silence de plomb imposé par un père sans tendresse qui rêve de faire de lui un humaniste polyglotte. En effet, Felix Ardèvol, antiquaire ne vit que pour les objets qu’il possède dans le sanctuaire de son bureau et dont Adria pourrait, être à terme, la plus belle pièce. De son côté, la mère d’Adria fait en sorte que le garçon s’obstine au violon, convaincue d’en faire, et peu importe ce que lui en pense, le  violoniste virtuose dont elle pourra se rengorger à loisir. Fils unique, objet de désirs parentaux qui ne sont pas les siens, Adria grandirait dans une solitude parfaite si Bernat n’était pas là, son seul véritable ami qui vient à l’occasion déranger le pesant silence du grand appartement.

    Mais d’où vient la fortune de cette famille ? Ces objets rares qui font la fierté de Felix et dont un violon Storioni est la pièce maîtresse, comment ont-ils atterri entre ses mains ? Par quel tour de passe-passe cynique, par quel opportunisme historique des pièces pareilles ont-elles été obtenues ? C’est ce que va apprendre et devoir accepter petit à petit Adria tout au long du roman : découvrir quel homme véritable était son père.

    Il sera bien sûr question dans ce roman de spoliation, celle des biens juifs durant la seconde guerre mondiale mais plus généralement de vols, de rapines, de biens mal acquis qui, on le sait, ne profitent jamais.  Et cette question lancinante et sans réponse du Mal dans l’Histoire et de sa persistance, qui poursuivra le jeune homme jusqu’à ses dernières heures universitaires. Jusqu’à son dernier souffle.

    Magistral !

    Confiteor de Jaume Cabré - éd. Actes Sud 26€

  • Ecrire le corps

    giraud, brigitte, corps, stock, avoirQue dit un corps ? Comment faire parler un corps ? Comment mettre en mots, depuis les premiers souvenirs douloureux d’une maladie infantile jusqu’à la souffrance physique du deuil ressentie par une femme mûre, cette langue silencieuse que parle le corps ? C’est ce défi, né des nombreux échanges et du travail réalisé avec la chorégraphe Bernadette Gaillard de la compagnie immanence, qu’a su relever superbement Brigitte Giraud dans le cadre d’une lecture dansée « BG/BG » initiée par Le grand R-scène nationale dela Roche-sur-Yon.

    Et ce qui aurait pu être un pensum à la lecture (ce que sont souvent les défis en littérature) se transforme en une sorte de poème en prose tout en mouvements humains, qui avance comme le corps grandit et puis ne grandit plus mais commence à vieillir non sans avoir entre-temps lui-même engendré un autre élan, un autre corps, plus petit, qui grandira à son tour et suivra son propre mouvement. Car chaque corps a une histoire et celui-ci qui se raconte sous la plume de Brigitte Giraud ne peut dire que la sienne, aussi belle qu’incroyablement commune, touchante parce qu’universelle.

    La réussite de l’auteur teint surtout à la richesse du champ lexical giraud, brigitte, cros, avoir, stockqu’elle moissonne pour mener à bien son entreprise. Le verbe juste pour dire le corps qui désire et celui précis pour dire le corps qui travaille ou qui vibre comme jamais à l’occasion d’un premier concert de rock. Le corps comme boite de résonnance mais aussi le corps qui manque du corps de l’autre, le corps qui se transforme, qui grossit à l’adolescence ou maigrit à l’heure du deuil. On ne le dit pas de la même façon et il est impossible de ne pas être épris d’admiration devant tant de virtuosité langagière. Ça ne bégaie pas, ça ne se répète pas, ça ne tourne pas en rond. Voici une langue qui cherche et puise au bon endroit le mot juste qui dira ce qu’il voulait dire et pas autre chose.

    Bien sûr il s’agit ici d’un corps de femme et ce détail n’en est pas un. S’il s’était agi d’un corps de garçon devenant homme, l’histoire aurait été toute autre. Et pourtant  on va au bout de ce parcours littéraire, que l’on soit homme ou femme. Parce que si nous partageons tous le fait terriblement banal d’avoir un corps, il faut remercier Brigitte Giraud d’avoir écrit le sien.

    Avoir un corps de Brigitte Giraud - éditions Stock 18.50€

  • EVENEMENT RENTREE LITTERAIRE !!!

    Rencontre avec Sorj Chalandon

    chalandon, sorj, liban, anouilh, antigone, grasset, roman, quatrième, mur

    L'auteur de Le petit Bonzi, Une promesse (Prix Médicis 2006), Mon traître, Retour à Killybegs (grand prix du roman de l'Académie française 2011) et La légende de nos pères nous revient avec un livre époustouflant qui sera très certainement l'un des évènements de cette rentrée :

    Le quatrième mur paru aux éditions Grasset.

    VENDREDI 25 OCTOBRE (horaires à définir)

    cette rencontre proposée par la librairie se fera en partenariat avec la Médiathèque Simone de Beauvoir de Romans.

    Sorj Chalandon a travaillé 33 ans pour le journal Libération jusqu'en 2007. Ses reportages sur la guerre civile en Irlande du nord et sa couverture du procès Barbie lui ont valu le Prix Albert Londres en 1988. Grand reporter, Chalandon a aussi couvert les évènements au Liban, en Irak, en Iran, en Somalie et en Afghanistan.