Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le saumon du Québec s'invite à la librairie des Cordeliers

Venez découvrir l'écrivain québecois Eric Plamondon. Vendredi 1er juin !

Dédicaces dès 18h

Rencontre à partir de 19h

Incidents sur la réserve de Restigouche, juin 1981. Plus de 300 policiers de la Sureté du Québec arrivent en force, matraques à la main, afin de retirer les filets de pèche appartenant aux indiens Mig’mac. C’est l’humiliation de trop pour ces autochtones puisque l’on touche là, sous prétexte de préservation des populations saumonières de la rivière Restigouche, à un accès ancestral et vivrier dont ils bénéficient. Les pécheurs décident de s’opposer pacifiquement à ces confiscations de matériels. Arrestations musclées, propos agressifs et racistes, familles traumatisées par la violence de la répression, le gouvernement québécois de René Lévèque emploie la manière forte prétextant l’égalité face à la loi : la préservation des populations de saumons est l’affaire de tous les québécois et les indiens Mig’mac, en dépit du modeste impact de leur pèche face aux pratiques industrielles et sportives, doivent obtempérer. Mais est-ce bien de pèche aux saumons qu’il s’agit dans cette affaire de Restigouche ? Ce retour de la violence d’une population envers une autre n’est-elle pas l’écho de violences beaucoup plus lointaines qui ont secoué cruellement ces terres tout au long des siècles ?

C’est en partant de ce fait divers traumatisant que l’auteur québécois Eric Plamondon, élabore à sa manière un roman noir prenant et surprenant autour de 4 personnages principaux : Océane, une jeune adolescente Mig’maq qui échappe aux forces de police après s’être fait violer et part se cacher en forêt, Yves, un garde chasse qui jette son uniforme suite aux violences de Restigouche, William, un indien solitaire qui vit au milieu des bois loin de sa communauté et Caroline, une jeune française venue enseigner à la frontière de la Gaspésie et le Bas Saint-Laurent. Ces quatre là vont avoir fort à faire car le long de la rivière, des hommes puissants organisent à l’occasion un affreux trafic de jeunes femmes aussi fraîches que le saumon du coin… Des gars franchement pas fréquentables qui disent des trucs comme ça « M’as te tuer, mon ostie de charogne à marde. Attends-moé au tournant ! »

L’intrigue est prenante, tellement prenante que l’auteur, comme à son habitude, h’hésite pas à l’interrompre à de très nombreuses reprises afin de lui donner une plus grande profondeur. Ainsi vous en saurez davantage, d’un chapitre à l’autre sur l’histoire des Mig’maq, sur l’origine de leur nom, sur l’étrange faculté des reins de saumons qui passent sans broncher d’une eau salée à une eau douce et vice versa, sur la façon de réaliser une délicieuse soupe aux huîtres pour 10 portons, sur la mythologie et les contes indiens, sur les guerres ayant opposé les français aux anglais, les clubs de pèche privés… Vous vous lancez dans la lecture d’un roman prenant et grave et vous devez vous accommoder pour votre plus grand bonheur de l’esprit facétieux et encyclopédique de l’auteur qui ne peut écrire qu’en apprenant. Et quel art de la formule pour ponctuer l’efficacité d’une écriture parcimonieusement parfumée de tournures au sirop d’érable…! Écoutez ça :

« Au Québec on a tous du sang indien,

quand ce n’est pas dans les veines,

c’est sur les mains .»

Eric Plamondon sera l’invité de la librairie des Cordeliers le vendredi 1er juin à 19H. On compte sur vous pour venir l’écouter de parler de tout ça et bien davantage !

 

 

taqawan, plamondon, quidam, gaspésie, mig'maq, québec,

Écrire un commentaire

Optionnel