Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un auteur israélien à la librairie des Cordeliers !

dror, mishani, doutes, avraham, dédicaces, rencontre, librairie, israël, tel aviv, holon

L'auteur du roman policier le plus vendu à la librairie des Cordeliers est israélien

Il s'appelle

Dror MISHANI

et il sera à la librairie des Cordeliers 

Jeudi 6 octobre

pour nous présenter après Une disparition inquiétante (2014) et La violence en embuscade (2015) la 3 ème enquête de l'inspecteur Avraham Avraham :

Les doutes d'Avraham.

séance de dédicaces de 18 à 19h

discussion à partir de 19h

La librairie des Cordeliers tient à remercier les éditions du Seuil pour avoir permis cette rencontre.

 

dror, mishani, doutes, avraham, dédicaces, rencontre, librairie, israël, tel aviv, holonLes doutes d'Avraham

de Dror Mishani

trad. de l'hébreu par Laurence Sendrowicz

éd. du Seuil 20€

Dror Mishani est un maître du roman policier au coeur d’un pays qui n’aime pas les romans policiers… Dans cette affaire poignante au cœur d’un couple détruit par les névroses d’un homme et le viol non élucidé de son épouse, son inspecteur Avraham Avraham va devoir faire preuve de toutes ses facultés psychologiques pour aller au terme de son enquête.

« Sauras-tu vraiment comment diriger l’enquête sur la mort de cette femme ?», c’est la question que se pose très vite l’inspecteur Avraham Avraham devant le cadavre d’une veuve sexagénaire retrouvée morte à son domicile. Et ce n’est pas parce que c’est la première enquête dont il porte entièrement la responsabilité que ce doute apparaît ainsi. Ce n’est pas une question de pression. Avraham Avraham est l’inspecteur du doute. Un doute qu’il s’applique à lui-même. C’est quelque chose de maladif chez lui, comme s’il pensait ne pas mériter la confiance que ses supérieurs portent en lui. Un sentiment d’imposture qui l’accompagne tout au long de ses enquêtes et nous ravi en tout cas fort heureusement le lecteur lassé de l’éternel inspecteur cliché à l’assurance intacte et au regard usé. Et ce n’est pas la fragile relation amoureuse qu’Avraham entretien depuis sa première enquête avec une jeune consoeur belge venue s’installer à ses côtés qui va lui apporter un gramme de confiance en plus. Imaginez donc, Marianka a tout quitté pour lui… ! Saura-t-il lui prouver qu’elle a eu raison de le suivre ?

Chef de la section homicide du commissariat d’Holon, petite ville favorisée de la banlieue de Tel Aviv, Avraham Avraham va pourtant devoir passer outre son manque d’assurance pour mener à bien cette enquête douloureuse. La famille est à nouveau le terrain de jeu privilégié de Dror Mishani qui excelle à explorer depuis Une disparition inquiétante une certaine violence de l’intime. La famille c’est celle de la victime, bien sûr, mais c’est aussi celle d’un autre couple dont il est question dans ce roman. Celui que forme Maly et Koby dont l’union après 11 années de mariage semble être à l’agonie à l’image de leur vieux chien incontinent. L’inspecteur Avraham doutera-t-il longtemps qu’un lien existe entre ces deux familles ?

Israël est un pays sans littérature policière. C’est Dror Mishani qui le dit lui-même dans sa première enquête. La police israélienne souffre d’une mauvaise image entre Jérusalem et Tel Aviv. Les vrais hommes et les vraies femmes sont dans l’armée ou dans les forces de sécurité intérieure, pas dans les commissariats. Cette nouvelle enquête d’Avraham Avraham ne changera pas la donne mais les habitants des banlieues oubliées qui vivent et travaillent un peu plus loin des bombes et sont confrontés à une violence des plus banales savent que Dror Mishani parle d’eux.

Les commentaires sont fermés.