Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2016

Et deux grandes lectures pour commencer cette rentrée littéraire !

mauviginier, continuer, minuitContinuer

Laurent Mauvignier

éd. de Minuit 17€

Parce que Samuel, son adolescent de fils, part à la dérive entre violence de bande et questionnements identitaires, Sybille entreprend avec lui un périple de 3 mois à travers le Kirghizistan sans vraiment lui laisser le choix. Ce n’est pas une très grande voyageuse mais elle parle le russe et dans cette ancienne république soviétique, elle saura se faire comprendre. Elle fait surtout le pari que  cette « excursion » à dos de cheval (l’un des derniers centres d’intérêt reconnus par son fils) saura les rapprocher. Le vent, le silence, les rencontres feront tout naturellement renaître la parole et la compréhension entre eux deux, loin de la vie citadine et d’un travail épuisant au centre hospitalier. Ce sera aussi une façon de montrer à Benoît, le père de Samuel dont elle s’est séparée il y a quelques années, qu’elle sait "faire face" loin des ricanements qu’il lui jette au visage à chacune de leurs rencontres.

Continuer raconte ce trajet parsemé d’embûches, de bonnes et moins bonnes rencontres, et de flashs back qui nous éclairent sur la vie de cette femme qui hésitait il y a 20 ans à peine, avant un quotidien de fatigue, entre une carrière d’écrivaine et de chirurgienne. Petit à petit, le regard de Samuel sur celle qui n’était jusqu’ici que sa mère va changer. Il va se charger de passé et de profondeur, le jeune homme prenant conscience que derrière cette mère, il y a une femme. Douce façon pour Laurent Mauvignier de montrer un enfant devenant homme à travers la perception bouleversée qu’un fils porte sur celle qui n’a jamais cessé d’être là pour lui, au point de finir par ne plus la voir.

Cette histoire finira-t-elle bien ? On le pense très longtemps. Presque jusqu’à la fin de ce livre dont le décor surprendra les lecteurs les plus fidèles de l’auteur de Des hommes. On ne attendait pas Mauvignier les pieds dans la boue à ce point, et pourtant nous voici en plein Nature wrinting à la française, perdus au milieu de nulle part dans un paysage tour à tour magnifique et inquiétant. Ce texte rappellera le Sukkwan Island de David Vann avec toutefois un ancrage contemporain beaucoup plus évident, en témoignent les échos douloureux aux attentats parisiens de ces derniers mois.

Retrouver Mauvignier avec un livre pareil est une vraie joie de lecteur que je vous invite à partager !

mabel, autours, macdonald, helen, fleuve, noirM pour Mabel

Helen Macdonald

trad. de l'anglais par Marie-Anne de Béru

éd. Fleuve noir 19.90€

Indéfinissable pour notre plus grand bonheur, M pour Mabel raconte le voyage dans le monde de la fauconnerie et - au-delà - de la sauvagerie animale, qu’Helen Macdonald va entreprendre à la mort de son père. Terrassée de douleur, elle qui depuis toute petite se passionne pour les rapaces et la littérature qui va avec, décide alors d’acheter un autour, une merveille de volatile réputé pour la brutalité de ses attaques. Manière aussi de rester en lien avec cepère trop subitement disparu, car la légende veut que ces oiseaux là établissent un pont entre le monde des vivants et celui des morts.

Le livre raconte cet apprentissage, et le retour à la vie après l’épreuve du deuil. Mais il est bien plus riche encore. Il est un éloge de la patience, un hommage à l’écrivain T.H. White, auteur oublié de L'épée ans la pierre (1938) dont Walt Disney tirera Merlin l'enchanteur et lui aussi amoureux fou des rapaces. Réflexion sur l’imaginaire médiéval dans l’Angleterre d'aujourd’hui, sur la violence des hommes et celle des animaux ce grand livre est pourtant une livre qui observe, comprend et apaise.

Je n’avais jamais rien lu quoique ce soit de semblable ! Moi qui n'aime ni les livres de deuil, ni les rapaces, j'ai DE-VO-RE Mpour Mabel !

Les commentaires sont fermés.