Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2016

Que sont mes amis et mon pays devenus ?

kannjawou, lyonnel, trouillot, actes, sud, haïtiKannjawou Lyonnel Trouillot

éd. Actes Sud, 18€

A l’origine, le Kannjawou est une grande fête organisée par une famille et à laquelle est invitée tout le quartier ou le village. Dans le roman de Lyonnel Trouillot qui se passe dans l’Haïti contemporaine, plus précisément dans la ville de Port aux Princes, le Kannjawou est le nom donné à un bar. Un bar dans lequel, ironiquement, ne se retrouve pas la population de haïtienne elle-même, mais bien plutôt certains membres de la classe dominante de la société, certains expatriés de l’armée d’occupation humanitaire qui dirige l’île depuis plus de dix ans, régime infantilisant ayant lui-même succédé à celui plus brutal, des tontons macoutes de triste mémoire et contre laquelle Lyonnel Trouillot éprouve beaucoup d’amertume. Car en effet, derrière la chronique pleine de nostalgie d’une rue de Port aux Princes - la rue de l’enterrement - on devine sourdre une profonde colère.

Le narrateur de cette histoire est un jeune habitant de cette rue de l’enterrement qui mène à l’un des cimetières de la ville. Un amoureux de la littérature qui, en tenant la chronique de sa rue et de ses habitants, semble se demander si la vie de ceux qui l’entourent, aussi humbles et pauvres soient-ils, ne mériterait pas d’être elle aussi raconter. Peut-être même rivaliserait-elle avec celle des personnages du Rouge et le noir de Stendhal ou bien avec celle du Jardin des Finzi-Contini de Giorgio Bassani ? Ce faisant, il répond avec brio à son propre questionnement. Kannjawou raconte le parcours d’une bande de gamins de ce kannjawou, lyonnel, trouillot, actes, sud, haïtiquartier là, jadis soudée comme une fratrie, et qui en grandissant s’est petit à petit déliée. Raconter l’histoire de cette rue, c’est aussi peut-être une façon de reprendre la parole sur le discours national, en la rendant pour une fois au petit peuple d’Haïti.

Avec cette langue toute à la fois poétique et narrative, qui dit la colère comme la beauté, Lyonnel Trouillot nous offre un grand roman sur un petit pays qui aimerait enfin pouvoir reprendre son destin, son discours, en mains.

Commentaires

La Parabole du Failli offrait déjà un univers poétique de l île. Malgré cela, les oubliés, les pauvres, les artistes et les heureux n y trouvaient pas forcément leur place, alors que tout laissait croire que la vie pouvait y être belle... décidément...

Écrit par : Fabienne | 24/05/2016

Les commentaires sont fermés.