Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le retour au pays de Jossel Wassermann

hilsenrath.jpgLe retour au pays de Jossel Wassermann
de Edgar Hilsenrath
Ed. Tripode 20€

 

Tous les lecteurs le savent même si certains s'en cachent et n'osent le dire. Il y a toujours une place particulière pour un auteur dans notre petit cœur de bibliophile. Il ne faut pas avoir honte ! Voyez-vous, le mien s'appelle Edgar Hilsenrath. Et cette année, Edgar a fêté ses 90 ans. Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, les éditions du Tripode ont décidé de marquer le coup en faisant coïncider la date de son anniversaire avec la publication du (Le) retour au pays de Jossel Wassermann. De fait, c'est un peu comme si Edgar avait partagé une part de son gâteau avec moi et que nous avions soufflé ensemble ses biens nombreuses bougies !

 

Happy Birthday Edgar ! N'oubliez pas de faire un vœux ! Et si ce vœux est d'écrire un nouveau roman, alors je croiserais les doigts pour vous et je prierais fort pour qu'il soit aussi fabuleux, burlesque et mordant que tous les autres chefs d'œuvres auxquels votre plume nous a habitué !

 

Le Retour au pays de Jossel Wassermann publié en Allemagne en 1993 a été, comme tous les romans d'Hilsenrath, fortement inspiré de sa vie. De son expérience personnelle au village de Siret, située dans le nord-est de la Roumanie, l'auteur retiendra - selon ses propres mots - "les plus belles années de sa vie". Il y vivra de 1938 jusqu'en 1941, date à laquelle il sera déporter dans le ghetto juif de Mohyliv-Po-dilskyi. Ce roman, c'est l'histoire des shtetls, l'incarnation de ces petites communautés juives éparpillées dans l'est de l'Europe dont la guerre et la shoah ne feront qu'une bouchée à l'avènement du nazisme. C'est l'histoire des années douces et celle des aventures rocambolesques de Jossel Wassermann.

 

PROLOGUE

 

Alors que le wagon est en marche vers l'histoire et qu'un froid glacial s'est abattu sur le village de Pohodna, à son bord, les habitants juifs du shtetl en appellent à une voix. L'une d'elle s'élève de l'obscurité et raconte : voici l'histoire du retour au pays de Jossel Wassermann, la préhistoire du testament qui arriva trop tard pour les juifs du shtetl.

 

L'ONCLE JOSSEL

 

Allongé sur son lit de mort et entouré de son avoué et de son notaire, l'oncle Jossel ne saurait dire s'il rend son dernier souffle ou les flatulences de son dernier repas composé de boulettes juives ! Dans le doute, il s'agit d'écrire son testament, léguer quelque chose au porteur d'eau Jankl et aussi au shtetl dans lequel il est né, laisser quelque chose, disons, l'ensemble de ses bas de laine et de ce qu'il possède. "Ils seront tous contents de moi, dit l'oncle Jossel. Mon nom survivra. Et ce sera comme si je n'étais pas mort." La messe est dite ! Notaire, avoué et secrétaires assisteront Jossel Wassermann dans l'écriture de son testament.

 

MAIS PAR OU COMMENCER DÉJÀ ?

 

"Peut-être par l'histoire du hareng salé juif et de l'empereur d'Autriche". Ou bien par le début. Mais lequel ? Par quelle bout prendre cette histoire ? Comment la faire enfler ? Parcourir les branches d'une généalogie héroï-comique et chercher jusque très loin dans l'arbre des origines celle de Jossel Wassermann et de tout un peuple ?! La réponse, s'il en est une, est dans cette propension à la digression, aux épisodes truculents et circonvolutions d'une histoire foisonnante sans début ni fin ! De là l'auteur tire sans aucun doute la part la plus drôle et la plus humaniste de son roman.

 

Avec un goût jamais perdu pour la satire et l'humour burlesque, une tendresse folle pour ses personnages - leurs us, leurs coutumes, leurs mythes et leurs aventures - Edgar Hilsenrath ne réécrit pas l'histoire, il fait mieux ! En lui conférant une autre dimension, formidable, puissante, allégorique, capable de se dresser contre l'oubli en œuvre historique et admirable !

 

Allan

Les commentaires sont fermés.