Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vous venez pour le James Bond ?

graff, laurent, dilettante, nom, majesté, houatAu nom de sa Majesté de Laurent Graff

Ed. Le dilettante 14€

Un homme se promène sur les plages d'une petite île, un carnet à la main. Il note :

Un chalutier relève son filet, déclenchant un feu de mouettes.

Je ne veux pas connaître le nom des oiseaux, ni celui des herbes. Je ne veux même pas savoir où se trouvent le nord et le sud. 

L'instituteur fait le tour de l'île avec ses élèves. Il n'y a pas meilleure leçon.

On le voit, le bonhomme est un peu poète, un peu sauvage, un peu branleur aussi. Il passe quelques jours en touriste discret. Pas du genre à faire des vagues sur la plage. Mais ce type qui se balade tout seul attire cependant l'attention des habitants de Houat. Sur cette île qui baigne à quelques encablures de Belle-Île en mer, il intrigue d'autant plus qu'une folle rumeur court depuis quelques jours : un James Bond pourrait être tourné ici même ! Vraie rumeur ? Fausse information ? Forcément, il va falloir tirer cela au clair et alors un jour, le maire et deux de ses adjoints viennent frapper à la porte de notre homme : "Bonjour, excusez-nous de vous déranger. Nous avons une question à vous poser. Vous venez pour le James Bond ?"

Commence alors un joyeux récit le temps d'une soirée bien arrosée où la vie insulaire, ses secrets comme ses peines et ses joies, est l'objet d'une conversation passionnante. On y parle des enfants qui quittent l'île et de ceux qui y reviennent abîmés par le continent après des années d'exil, de la façon que l'on a ici de faire appliquer les règles en l'absence de forces de l'ordre à disposition, de l'inflation immobilière qui chasse les insulaires et du chômage qui n'est pas plus agréable ici qu'ailleurs... Alors, c'est vrai que cette histoire de James Bond, ça donnerait un peu d'attractivité au coin, comprenez ?

Laurent Graff parle aussi de lui-même, narrateur de cette histoire qui a décidé de rester 5 semaines sur cette île rencontrée par hasard quelques années auparavant. Il confie ses doutes d'écrivain, son admiration pour Jean-Philippe Toussaint, revient sur son parcours littéraire et sur les précieux mots d'encouragement que Jérôme Lindon, l'innommable éditeur des éditions de Minuit, lui glissa il y a bien vingt années maintenant et sur cette obstination qu'il y a à écrire, chaque matin, très tôt, et pour combien de lecteurs ?

Puisse ce livre formidablement drôle, tendre et poétique lui apporter de nouveaux lecteurs !

Les commentaires sont fermés.