Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2014

Histoire et lumières

zeev,sternhell,histoire,lumières,albin,michel,juif,fascismeHistoire et Lumières, changer le monde par la raison

de Zeev Sternhell

éd. Albin Michel 24€

C’est un livre que l’on prend par hasard sur le rayon de la librairie pour une raison qui nous échappe. Un livre un peu impressionnant, qui ne nous dit rien a priori, et dont on craint en secret ne pas avoir le niveau requis pour le lire. Le nom de l’auteur d’abord : Zeev Sternhell… D'emblée, comme un a priori de plus, on se dit que cela ne sera pas facile mais son titre, Histoire et lumière, changer le monde par la raison, et le fait que le livre se présente sous la forme d’entretiens (que l’on peu estimer d’un abord plus facile) finissent par nous convaincre de jeter un œil à l’ouvrage. Après tout ! Pour ce qu’on risque.

Et là, immédiatement, en quelques minutes de dialogue, vous êtes emporté dans la vie et la pensée d’un homme dont le parcours, la culture et les travaux d’historien des droites françaises – aujourd’hui encore objets de querelles passionnantes – forcent l'admiration. En tout cas cela s’est passé comme ça pour moi.

Je ne me risquerai pas à rendre dans le détail le parcours intellectuel de cet homme né en Galicie en 1935 de parents juifs. Sachez rapidement qu’il a ressenti dès son plus jeune âge l’antisémitisme polonais, qu’il a connu le ghetto de Przemysl et qu’il a vu partir sa mère et sa sœur pour Auschwitz lorsqu’il avait 7 ans. Sa vie entière est marquée par une volonté de survie à toute épreuve, un instinct qui fera de ce juif non croyant un sioniste de gauche, qui souffre cruellement de voir la classe politique de son pays basculer entièrement vers un nationalisme désastreux et dangereux. Recueilli au sortir de la guerre par sa tante installée en France à Avignon, Zeev Sterrnhell va devenir, à travers zeev,sternhell,droite,gauche,folioses lectures, un amoureux inconditionnel de la France, laquelle restera à jamais pour lui le pays des Lumières, c'est-à-dire le pays où l’individu est libre de ses croyances, des ses opinions. Pour un juif, cela n'a pas de prix car ces Lumières franco-kantiennes offrent un environnement qui permet de penser qu’un Etat et une société sont des instruments au service de l’individu, et non l’inverse. Le pays, la terre, la langue, la religion, les traditions, l’Histoire ne doivent plus peser comme un organisme en soi sur l’individu. On peut être d’accord ou non avec Sternhell et ses propres arguments paraissent parfois contestables même pour un simple libraire, mais entrer dans cette pensée est absolument passionnant.

Sternhell est surtout l’homme qui en 1983 a fait paraître Ni droite, ni gauche, l’idéologie fasciste en France, ouvrage par lequel le scandale est arrivé puisque l’auteur prenait à contre-pied toute une histoire des droites françaises bien convenable dirigée par René Rémond, en mettant clairement en évidence (à ses yeux du moins) une origine française et contre-révolutionnaire à l’idéologie fasciste. C'est cette thèse qui fera alors hurler les historiens de l’institut des hautes études politiques de Paris. Tente ans plus tard, ils hurlent encore !

Bref, il ne s’agit pas d’être d’accord ou non avec l’intégralité de son propos mais de reconnaître que sa pensée, son goût du combat et son idéal des Lumières dont presque plus personne aujourd’hui n’ose encore se réclamer en France, provoquent  une réflexion bienvenue. Le débat sur les questions d’identité et de nationalisme est plus que jamais  ouvert et ce livre, à lire absolument.

Les commentaires sont fermés.