Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Des lettres, des armes, des larmes.

Sélectionné pour le Prix Goncourt qui sera remis en novembre, Sorj Chalandon écrase, selon nous, dors et déjà cette rentrée littéraire dans le domaine français. Son dernier roman, Le quatrième mur, que nous vous invitons à découvrir dans cet article, retrace le parcours d’un jeune militant d’extrême gauche qui va se perdre dans la violence de ses engagements. En toile de fond, le Paris des années 70, la guerre civile au Liban et les massacres de Sabra et Chatila. Une lecture coup de poing !

Sorj Chalandon sera l’invité de la librairie et de la Médiathèque de Romans vendredi 25 octobre à 18h30.

 « - Qui tire ?

Marwan m’a tendu la main, dans le hall.

- C’est le Liban qui tire sur le Liban »

sorj, chalandon, quatrième, mur, grasset, dédicaces, rencontre1982. Georges est à Beyrouth, un peu perdu. Il a du mal à comprendre la langue des coups de feu. Il est arrivé là, au milieu des combats avec en bandoulière le rêve d’un autre qu’il a promis de mener à bout : mettre en scène Antigone d’Anouilh sur la ligne verte séparant les belligérants qui, depuis 7 années déjà, s’entretuent entre frères… « C’est le Liban qui tire sur le Liban ». Mettre en scène Antigone, mais avec cette contrainte de répartir les rôles entre les différentes confessions. Une palestinienne, un chrétien, trois frères chiites, un druze, une arménienne. Des jeunes acteurs qui, le temps d’une représentation - simplement le temps d’une représentation -  feraient taire les armes au prix d’une pause des combats qu’il devra négocier... Le projet est magnifique, mais la partie est loin d’être gagnée.

Comment en est-il arrivé là, Georges ? Eh, bien c’est l’histoire d’une promesse, d’une amitié militante qui s’est forgé dans un Paris post 68. L’ami c’est Samuel Akounis, juif grec réfugié en France après avoir fuit les colonels. C’est son projet à lui, Samuel, cette pièce de théâtre à Beyrouth, mais la maladie l’a rattrapé et Georges, face à son ami hospitalisé, ne peut refuser la relève. Il ira là bas, monter le rêve de son ami. Promis. Sans savoir vraiment ce qui l’attend là-bas, sans savoir que ce qui l’attend là-bas sera une terrible révélation…

Le quatrième mur est très certainement le texte le plus fort de Sorj Chalandon qui puise, une fois de plus, dans son passé de reporter pour donner corps à un roman impressionnant ! Engagement derrière une cause, respect de la parole donnée, trahison de ceux que l’on aime, on retrouve dans ce roman les obsessions de l’auteur, mais jamais, jusqu’ici, il ne les avait traitées avec pareille maîtrise dramatique. Le quatrième mur est un roman bouleversant que nous vous invitions à découvrir toutes affaires cessantes !

Ancien journaliste à Libération qu'il quitte en 2007 au moment du rachat du quotidien par Edouard de Rothschild, Sorj Chalandon travaille désormais au Canard Enchaîné. Prix Albert Londres en 1988 pour sa couverture du procès Barbie et ses reportages en Irlande du Nord, il a parcouru un monde de conflits en tant que journaliste le Liban, l'Afghanistan, l'Irak, l'Iran, la Somalie... Arrivé tard en littérature, on lui doit Le petit Bonzi (2005), Une promesse (2006, Prix Médicis), Mon traître (2008), La légende de nos pères (2009) et Retour à Killybegs (2011, Grand Prix de l'Académie française). 


 

 

Les commentaires sont fermés.