Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le parfum des absents

Sur la scène intérieure de Marcel Cohen

éd. Gallimard 17.90€

cohen, marcel, scène, intérieure, gallimardDifficile de ne pas sortir bouleversé de ce texte mémoriel où les objets les plus quotidiens, un coquetier, un violon, une résille, quelques photos et des odeurs et des parfums, seuls, subsistent pour témoigner de ceux qui ont vécu avant de disparaître à tout jamais dans la nuit et le brouillard...

Marcel Cohen avait 5 ans lorsque sa famille a été raflée sous ses yeux en 1943 alors qu'il revenait de promenade et observait la scène depuis le trottoir qui faisait face à son immeuble. Pour ne pas attirer l'attention sur  lui, sa mère ne lui a même pas fait au revoir de la main.

"Je sais bien que les objets familiers sont synonymes d’aveuglement : nous ne les cohen, marcel, scène, intérieure, gallimardregardons plus et ils ne disent que la force de l'habitude. Mais le coquetier, dans le placard à vaisselle, et ne serait-ce que de façon très épisodique, a eu bien des occasions de susciter quelques bouffées de tendresse à l’égard de Marie. Je me dis qu’on ne conserve pas un objet aussi modeste, et aussi défraîchi, pendant soixante-dix ans sans de sérieuses raisons. La crainte de le voir disparaître confirme cet attachement. Le petit coquetier, aujourd’hui, n’est donc pas seulement la concrétion d’un souvenir. Est-il abusif d’y voir la qualité même de ce souvenir, sa texture, quelque chose d’aussi incertain que le reflet d’une aura ?" (Marcel Cohen)

Les commentaires sont fermés.