Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2013

Question d'éthique

bayard, pierre, résistant, bourreau, livre, minuit, paradoxeAurais-je été Résistant ou bourreau ? de Pierre Bayard

éd. de Minuit 15€

« La question de savoir comment je me serais comporté dans ce monde possible où je suis né trente ans plus tôt ne présente en effet qu’un intérêt limité, sinon parce qu’elle est la meilleure manière à mon sens de réfléchir – à partir de moi-même et non pas dans l’abstrait – sur les modalités de l’engagement.»

Voici un livre formidable de justesse et d’intelligence qui se pose la question que chacun d’entre nous s’est forcément posée un jour : Aurais-je été Résistant ou bourreau ? Non pas pour y répondre vraiment – ce n’est pas ce qui compte, nous dit-il – mais pour s’interroger sur ce qui fait qu’une femme ou un homme, un jour, en des circonstances bien particulières, se lève devant l’inacceptable et fait acte de résistance. Pierre Bayard tente d’approcher au plus près, pour mieux le comprendre, ce moment précis où un quidam refuse de faire ce que l’on attend de lui, ce que la raison ou la sagesse même lui dictent, et met aussitôt sa vie en péril par refus d’un pas de plus dans la compromission.

Professeur de littérature à l’Université Paris 8 et psychanalyste, l’auteur convoque pour éclairer sa réflexion le film de Louis Malle Lacombe Lucien, Romain Gary qui par amour de la France rejoindra De Gaulle à Londres tout comme Daniel Cordier qui deviendra secrétaire de Jean Moulin dans la Résistance pour avoir, paradoxalement, trop lu Maurras et Barrès, les habitants du village du Chambon-sur-Lignon tenants d’une très longue tradition de résistance à l’oppression qui cacheront en leurs murs, et sauveront, près de 5000 enfants juifs, Hans et Sophie Scholl, très jeunes membres du mouvement la Rose Blanche qui paieront de leur vie pour avoir résister à Hitler et ses hommes au cœur même de bayard, pierre, minuit, livre, bourreau, résistantl’Allemagne nazie ou encore le consul portugais de Bordeaux Sousa Mendes, représentant en 1940 du dictateur portugais Salazar qui va, allant ainsi à l’encontre même des ordres en provenance de Lisbonne et alors que la vie de milliers de citoyens déchus de leur nationalité par les nouvelles lois vichyssoises, distribuer des laisser passer par milliers et sauver autant de vie que possible déclarant plus décidé que jamlais, et après trois longues nuits de réflexion et de solitude : « Désormais je donnerai des visas à tous le monde. Il n’y a plus de races, de nationalités, de religions. »

Voici donc un texte à découvrir et faire découvrir de toute urgence, tant il passionne le lecteur par la qualité et l’honnêteté de sa démarche tout en lui fournissant l’exemple d’une réflexion in progress parfaitement réjouissante !

Les commentaires sont fermés.