Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • RENCONTRE AVEC LE PRIX GONCOURT 2012 !!!


    ferrari, jérôme, goncourt, sermon, chute, rome, 2012, actes, sud, corse, dédicace, signature, rencontreOn ne dira jamais assez la générosité de Jérôme Ferrari.  

    Celui qui avait essuyé les plâtres lors de la première rencontre organisée par la librairie en octobre 2010 au moment de la parution du magnifique Où j'ai laissé mon âme, nous avait promis de revenir... Nous n'étions pas 10 lors de son passage ce jour-là et pourtant, au sur-lendemain de l'attribution du prix le plus prestigieux des lettres françaises, il n'a pas oublié notre petite librairie romanaise et sa promesse. Le plus simplement du monde il a demandé à revenir aux Cordeliers et le plus joyeusement du monde, nous avons accepté (tu penses !). 

    On ne peut, si cela n'est pas encore fait, que vous inviter à découvrir l'oeuvre de Jérôme Ferrari à travers, bien sûr,  ce livre incroyable qu'est Le sermon sur la chute de Rome, mais aussi, toute aussi bonne idée, à redécouvrir ses romans précédents que furent Dans le secret (2007), Balco Atlantico (2008), Un dieu un animal (2009) et Où j'ai laissé mon âme (2010, Prix des Libraires Initiales), tous parus aux éditions Actes Sud. Dans la domaine de la littérature française, voici une voix d'une force inouïe qui se fait ferrari, jérôme,ferrari, jérôme, goncourt, sermon, chute, rome, 2012, actes, sud, corse, dédicace, signature, rencontreune place sans ne rien demander à personne, avec la simplicité désarmante d'une évidence. On n'a pas tout lu tant que l'on n'a pas ouvert un livre de Jérôme Ferrari. Il faudrait pouvoir le dire sans prétention, et avec beaucoup de tendresse pour ses futurs lecteurs. 

    Un poème saurait faire cela.

    Le samedi 15 décembre à la librairie des Cordeliers Dédicace de 18h15 à 19h30

    Rencontre autour de son livre (et des précédents) au bar Le Central (à 100 m de la librairie) après 19h30.

    crédit photo de Jérôme Ferrari : Melania Avanzato 

  • LES LIVRES DE JEROME FERRARI 2/5

    Balco Atlantico de Jérôme Ferrari

    Ed. Actes Sud 18.30€ / Babel 7€

    ferrari, jérôme, balco, atlantico, actes, sudEn Corse, les morts prennent trop de place, et leur mémoire encombre celle des vivants. « Les morts ne nous bénissent pas. Ils nous en veulent d’être encore vivants. Ils nous jalousent et nous détestent. Et s’ils s’abstiennent de nous faire du mal, c’est parce qu’ils ont désespérément besoin de notre mémoire, ce labyrinthe imparfait, pour y survivre encore un peu […] » Aussi la place qui reste dévolue aux vivants, à leurs rêves et leurs espoirs, se révèle donc très vite restreinte, et les voilà bientôt rejouant de façon presque mécanique, faute de mieux, les rôles maléfiques tenus jadis (et semble-t-il depuis toujours) par leurs ancêtres.

    Balco Atlantico commence comme il finit. Avec la mort d’un homme. Le même homme. Stéphane Campana, jeune nationaliste en pleine ascension, qui rêvait d’un destin pareil à celui de ces types au glorieux parcours meurtrier, et dont il exhumait l’histoire dans une obscure brochure intitulée Notre mémoire, afin d’en faire de véritables hagiographies au service de la cause. Ce destin il l’aura : deux balles dans la peau. Tout le travail de Jérôme Ferrari étant alors de montrer comment la violence, l’histoire, la peur de l’autre, de l’étranger qui menace une identité insulaire fantasmée et la frustration d’une jeunesse sans avenir, entraînent presque malgré eux des hommes dans une spirale stupidement criminelle. Il faudra quatre cadavres dans ce roman fascinant pour mener le lecteur à celui de Campana. Quatre meurtres de plus sur une île où l’on enterre surtout des rêves.

    A propos de rêves, voici Balco Atlantico. Une promenade, un belvédère, face à l’océan. balco, atlantico, babel, ferrari, jérôme, corseNous sommes au Maroc, et Khaled et sa sœur Hayet, s’apprêtent à quitter leur terre natale où rien de bon ne pourrait leur arriver. La vie qui leur est promise à l’un et l’autre est, à peu de chose près, celle de leurs parents. Et Khaled estime que sa sœur mérite mieux que cela. Laquelle n’imagine pas de vivre loin de lui. Alors ce sera la Corse.Pourlui un peu d’herbe à revendre pour arrondir les fins de mois, mais aussi un petit resto où faire la plonge. Pour elle, ce sera serveuse dans un bar, celui de Marie-Angèle Susini que les lecteurs retrouveront dans Le sermon sur la chute de Rome.

    Avec ce deuxième roman paru chez Actes Sud dans un anonymat aussi scandaleusement sidérant que le premier, Jérôme Ferrari aborde avec beaucoup d’intelligence et de tendresse cette âme corse pour mieux en démonter, pièce après pièce, l’armure d’apparat dont elle use afin de se croire encore vivante et fière. Mais il y a, en vérité, beaucoup de stupidité dans tout cela, beaucoup de virilité mal placée. Il y a aussi beaucoup de tristesse, d’ennui et de mythologie. Cela pourrait être folklorique et sympathique si, encore aujourd’hui, des hommes ne mouraient pas, là-bas plus qu’ailleurs, assassinés en pleine rue. Seulement voilà, on ne peut rien contre l’hybris, cette tentation orgueilleuse à la démesure qui pousse les hommes à se prendre pour Dieu, et à s’octroyer droit de vie ou de mort sur leurs semblables.

  • LES LIVRES DE JEROME FERRARI (1/5)

    Dans le secret de Jérôme Ferrari

    éd. Actes Sud 18.30€ / Babel 7.70€

    Bien sûr, tout le monde finira par connaître Le sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari, prix Goncourt 2012, parfois même avant de l'avoir lu à force d'en avoir tellement entendu parler. Mais profitons de ce trop plein pour s'intéresser aux autres textes de cet ecrivain d'excéption. Retour sur le sublime Dans le secret paru en février 2007.

    ferrari, jérôme, actes, sud, babel, dans, secret, corsePaul observe son frère aîné Antoine se débattre avec sa conscience torturée. Depuis que sa femme Lucille, au sortir de l’amour, a laissé traîner une phrase innocente qui pourrait signifier qu’elle l’a trompé, il se noie dans un tourment paranoïaque dont il n’émerge que très rarement. Incapable d’en parler avec elle, incapable de tout mouvement vers elle, incapable seulement de faire non pas le bon choix, mais de faire ne serait-ce qu’un choix pour tirer les choses au clair, il cède à une rage sourde qui le ronge sans relâche et qu’il ne calme à l’occasion, qu’à l’aide d’un ou deux rails de coke que son cousin José lui offre bien volontiers. La situation pourrait être d’autant plus savoureuse que lui, Antoine, trompe Lucille depuis de longues années avec la première touriste de passage dans son bar, une petite entreprise festive tenue par Batti à qui il s’est associé quelques années plus tôt dans ce village corse où il habite. Mais dans un assemblage tout personnel des valeurs et des justifications, Antoine estime que l’infidélité supposée de Lucille, ce poison pernicieux qui le consume sans repos, est une affaire autrement plus sérieuse du point de vue de la morale que ses aventures extraconjugales récurrentes. Car Antoine sait ce qui a de la valeur, ce qui relève du sacré, ce qu’il convient de ne pas salir : c’est Lucille. La femme qu’il aime par-dessus tout, mère de ses enfants, la pureté qu’il faut à tout prix préserver, protéger. Alors quand il s’agit de ses pulsions, de ses besoins sexuels et bestiaux qu’il convient d’assouvir, n’importe qu’elle fille fait bien l’affaire. Que ce soit Nadia sa serveuse, ou bien cette fille dont il ne sait déjà plus le prénom, qui était encore dans son lit il y a moins d’une heure, et qu’il a bien fallu chasser à coups de pieds. N’importe laquelle, mais pas Lucille. Cette distinction admise, les choses sont d’une clarté salvatrice. Il est permis de vivre.

    Quand à Paul, le jeune frère, il vit quasiment en ermite à l’écart du village, depuis son jérôme, ferrari, dans, secret, actes, sud, babel, corseretour défait de la capitale. Car autant, dans la famille, on ne se faisait aucune illusion concernant Antoine quant à envisager de brillantes études, autant Paul, lui, a senti très tôt la lourde charge sur ses épaules de celui qui, plus doué, porte les rêves de ses parents depuis plusieurs générations. Il sera la revanche d’une lignée d’humiliés obligée de travailler pendant des dizaines et des dizaines d’années, la terre des autres pour trois fois rien. Un toit, un repas, l’ombre d’une paye. Seulement voilà, son séjour à la capitale n’aura été qu’une offense de plus. Paul décroche très vite, et après quelques semaines de cours, il finit par ne plus se rendre en classe. Il ne sort plus de sa piaule, passe le plus clair de son temps devant la télé, et écrit à l’occasion de beaux mensonges à sa famille, du genre « mon année de licence se passe très bien »… Heureusement ses parents ne sont plus là pour être témoins d’une humiliation familiale qui ne prendra pas fin avec lui. Ils sont morts dans un accident de voiture aux abords d’un village au sud de Lyon comme ils montaient à Paris pour lui faire une visite surprise.

    Voici Dans le secret. L’histoire de deux frères perdus sur leur propre terre, en proie à de terrible rêves dans lesquels suinte de manière sanglante le passé criminel d’une île où les ancêtres, les fantômes, prennent décidément trop de place. L’écriture de Jérôme Ferarri est époustouflante de beauté, prompte à cerner la détresse d’hommes en pleine perte de repères, à magnifier la violence de leur impuissance comme la banalité de leur rage. Deux frères qui ont échoué chacun à leur manière et qui vont devoir se retrouver un peu afin, peut-être, d’y voir plus clair.

     

  • 2 rencontres dessinées en fin d'année !

    lamalle, kiro, arènes, dessin, presse

    L'année dernière, Jacques Lamalle était venu accompagné de Cabu nous présenter le Tout Cabu qu'il venait de faire paraître aux éditions des Arènes. Belle rencontre, super moment, souvenirs éternels comme on dit dans le marbre. Eh ! bien Lamalle revient en décembre avec une autre pointure du Canard Enchainé , le dessinateur Kiro, à l'occasion de la parution du MONUMENTAL "Le XXème siècle en 2000 dessins de presse" (69€ pour 4.5 kg !) Une véritable bible du dessin de presse mais aussi un livre d'Histoire qui retrace l'actualité (politique surtout) du siècle dernier, rendant hommage aux ancêtres du Canard et de Charlie hebdo à travers un choix de dessins éclairé. 

    Venez vite découvrir et réserver la plus belle idée de cadeau à mettre au pied du prochain sapin enguirlandé ! Et pour les premiers acheteurs, un superbe sacs en tissu avec la tête à Chirac dessinée par Riss !

    Pour la dédicace avec Lamalle et Kiro, ce sera le 6 décembre dès 18heures à la librairie. La rencontre aura lieu ensuite au Café Le Central à 19h.

     

    kris, mael, notre, mère, guerre, futuropolis, dédicace, bande, dessinée, librairie, poilusA l'occasion de la sortie du dernier tome de la superbe tétralogie Notre mère la guerre parue aux éditions Futuropolis (avec Kris au scénario), le dessinateur Mael sera en dédicace à la librairie des Cordeliers:

    le samedi 15 décembre de 14h à 17h.

    Après L'encre du passé (éd. Dupuis, avec Antoine Bauzat) Les rêves de Milton (éd. Dupuis, avec Sylvain Ricard et Frédéric Féjard), Dans la colonie pénitenciaire (éd. Delcourt, avec Sylvain Ricard) et Tamino (éd. Glénat, avec Nathal et Marie Gibert), Mael clot avec Réquiem cette excellente saga historico-policière au coeur des tranchées. 

     

  • RENCONTRE AUTOUR DU DESSIN DE PRESSE

    Cabu, qui était venu nous rendre visite l'année dernière, tout le monde le connaissait ou pensait bien le connaître. Cette année, la malle de Jacques Lamalle sera chargée d'un autre grand nom du dessin de presse : Guiraud dit Kiro. Celui-ci, vous pensez ne pas le connaître et cela est fort possible, sauf à être un fidèle du Canard Enchaîné. Pour faire connaissance avec ce dessinateur très discret, voici le portrait qu'en a fait Frédéric Pagès à l'occasion de la parution du livre Le Canard Enchaîné, 50 ans de dessins en 2008 :

    kiro, guiraud, canard, enchaîné, lamalle, arènes, dédicaceLa vocation de Ferdinand Guiraud, né en 1956, doit beaucoup à ses professeurs de lycée : « Le dessin m’est venu en classe pendant les cours où je m’ennuyais ferme, c’est-à-dire à peu près tous. » Après le bac, il est très occupé : trois jours aux Beaux-Arts, un an à l’école du Louvre, un an de droit, tout cela la même année, et pas forcément d’une façon très suivie. Cet emploi du temps dilettante lui laisse le temps de présenter ses dessins dans les journaux et, un beau jour, de toquer avec succès à la porte du Canard Enchaîné : « C’était une époque où l’on avait une chance de passer un dessin au Canard en le présentant le lundi au secrétariat de rédaction ». Il n’a alors que 19 ans. Son trait est si classique qu’on aurait pu imaginer Guiraud comme un patriarche du dessin de presse portant lavallière et montre à gousset. Ce qui n’est pas le cas. Mais c’est vrai qu’il se reconnaît comme maîtres : « Jean-Léon Gérôme, Cormon, Bouguereau, David, et surtout David Levine ». Et non pas Wolinski ou  Reiser… Rien en lui ne doit au jeter soixante-huitard, ni dans la forme, ni dans le fond. Ni rage, ni révolte, mais une galerie de trognes balzaciennes illustrant l’éternelle comédie humaine et politique... Finalement Kiro est l’un des rares dessinateurs à avoir ignoré avec superbe 1968. Cela ne signifie pas que son style – très travaillé, hachuré, dense – est figé dans le marbre. Au contraire, dans les années 95, Guiraud prend le risque de changer de signature et de s’appeler Kiro. « C’est à la suite d’un pari après une biture prise avec Wozniak. Le Canard ne me passait pratiquement plus aucun dessin. J’en ai profité pour changer de style, adoptant une ligne plus claire qui avait l’immense avantage de me faire perdre moins de temps en striures répétitives » explique cet excellent caricaturiste qui ne travaille pas dans la quantité. Il  a peu collaboré à d’autres journaux, passant en 1977 dans J’informe, l’éphémère quotidien de Joseph Fontanet, puis créant le non moins éphémère L’ivrogne. Plutôt que d’exposer ses œuvres à la pluie et au froid français, Guiraud-Kiro a choisila Grèce – les Iles Santorin et Patras – pour accrocher à plusieurs reprises ses dessins. Au Canard Enchaîné, il est un des inventeurs du bouclage continu qui consiste à assurer au bar une permanence nocturne et sans défaillance avec quelques amis. C’est dire sa conscience professionnelle. A tous points de vue, ce Guiraud est un « K ».

    Retenez donc la date pour vous faire dédicacer par Kiro l'ouvrage d'exception Le XXème siècle en 2000 dessins de presse : c'est le jeudi 6 décembre, de 18 à 19h à la librairie des Cordeliers. Rencontre ensuite autour de l'ouvrage avec Jacques Lamalle et Kiro au bar Le Central vers 19h15.

  • Rencontres à venir...

    RENCONTRE RENTREE LITTERAIRE 2012

    hesse,mingarelli,bouillet,arènes,lamalle

    Le romancier Hubert Mingarelli présentera son nouvel ouvrage Un repas en hiver qui vient de paraître aux éditions Stock. Aussi doué en littérature pour la jeunesse que dans le domaine adulte, cet auteur qui vit retiré dans le Massif de la Chartreuse affectionne les histoires en pleine nature, les grands espaces, et les amitiés viriles. Humbert Mingarelli a reçu le prix Médicis pour son roman Quatre soldats en 2003. Cette rencontre est un partenariat bienheureux avec la Médiathèque Simone de Beauvoir de Romans.

    Rencontre, suivie d'une dédicace, à la médiathèque Simone de Beauvoir de Romans, à 18h LE MARDI 6 NOVEMBRE