Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2012

RENTREE LITTERAIRE : NOS COUPS DE COEUR !

Près de 650 romans en cette rentrée. C'est beaucoup mais stable par rapport à l'année dernière. Nous n'aurons pas les 650 car parmi eux, beaucoup n'ont aucun intérêt et n'ont pas passé le filtre de la commande auprès de représentants. Et puis notre librairie étant ce qu'elle est, nous n'avons pas pour vocation d'accueillir toute la misère éditoriale du monde comme disait l'autre. On provoque un peu mais c'est la vérité. En revanche, des bons romans, nous en avons lu plein et croyez-nous, on n'est pas du genre à jouer les blasés. Voyez plutôt :

Littérature Française

L'inconscience de Thierry Hessehesse, thierry, inconscience, dédicace, olivier

éd. de L'Olivier 19.50€

Carl est dans un coma profond. Marcus, son frère, est à son chevet et s'interroge. Pourquoi a-t-il fait cette chute de 3 étages qui l'a conduit sur le lit de cette clinique privée ? Et d'abord que faisat-il là-haut ? Que s'est-il bien passé dans la vie de son cadet, lui qui fut toute sa vie un modèle de droiture et de stabilité durant près de 50 années et qui, ces derniers mois, a bazardé boulot, femme et enfants, allant même jusqu'à changer, semble-t-il, d'orientation sexuelle ? L'inconscience est un grand roman familial qui revient sur le parcours de deux frères élevés dans une famille catholique de l'est de la France. Deux hommes qui vont très vite s'éloigner avant de se retrouver (trop tard ?) au moment de la maturité. Thierry Hesse nous offre donc avec L'Inconscience, un roman qui aborde la question de la fraternité avec beaucoup de distance, ne forçant pas l'émotion, et qui pour cette raison finit par sonner juste et toucher le lecteur. A la question "Ai-je été un bon frère pour mon frère ?", l'écrivain répond avec ce livre par une autre question : "Qu'est-ce que cela veut dire être un bon frère ?". A lire absolument !

Thierry Hesse rencontre ses lecteurs à la librairie des Cordeliers le jeudi 11 octobre (dédicace de 18 à 19h, rencontre animée par les libraires après 19h).

ferrari, sermon, corse, rômeLe sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari

éd. Actes Sud 19€

A force de déclarer à chaque parution d’un  roman de Jérôme Ferrari qu’il est un de nos auteurs les plus prometteurs, on va finir par ne jamais dire qu’il est un grand écrivain.Avec la sortie de son dernier roman, Le sermon sur la chute de Rome, le doute n’est dorénavant plus permis.

Son écriture est un regard sur ce que nous sommes avec ce qu’il faut de fragilité pour se laisser aller à la rigolade, la tendresse et l’émotion. Ses phrases respirent et soufflent le mot juste jusque qu’à bâtir le monde que nous cherchons tous à construire. Mais bâtir cet empire c’est déjà le détruire : Matthieu Antonetti et son ami Libero Pintus, deux enfants du pays, l’apprendront à leurs dépends. Ils reprendront le bar du village laissé à l’abandon par le sublime Bernard Gratias, une affaire qui roule dans un premier temps, faite de joies et de voluptés, avant que tout ne s’écroule. Tout cela sous le regard de Marcel Antonetti, grand-père ulcéré qui aurait dû mourir depuis longtemps et à qui Ferrari réserve, tout au long du roman, des pages magnifiques.

Bien sûr il y a aussi la Corse, attachante et grotesque, la vie et tous ses artifices, et le tableau sombre de petits mondes voués à disparaître. Il y a surtout, entre les lignes, des regards, des attentions, des attitudes que Jérôme Ferrari sait écrire sans les décrire, forgeant des personnages inoubliables et lumineux, donnant ainsi du sens aux sentiments tout en montrant que notre époque en est dépourvue.

Une véritable leçon d’écriture de la part de cet auteur que nous aimons et avions reçu en octobre 2010 pour son roman Où j'ai laissé mon âme.

 

Peste et choléra de Patrick Devilledeville, patrick, yersin, peste, choléra, seuil

Ed. du Seuil 18€         

Ecrivain voyageur par excellence, Patrick Deville ne pouvait qu’être fasciné par la vie d’Alexandre Yersin, biologiste surdoué, membre de ce que l’on appela à l’époque, et avec beaucoup d’admiration « la bande à Pasteur » puisque c’est effectivement à ses côtés qu’il fit ses premières armes, lui qui, horrifié par la vie de laborantin à laquelle son génie des sciences le promettait, n’aura de cesse que d’échapper à son destin. « Ce n’est pas une vie que de vivre enfermé » écrivait-il à sa mère. Qui plus est dans une Europe aux humeurs très belliqueuses...

Les dates facilitant ce rapprochement (Yersin est né en 1863), Patrick Deville, tout à long du récit, ne cessera de comparer ce génie des sciences au génie des lettres que fut Rimbaud et qui, lui aussi, préféra les voyages à une gloire nationale. A une période où les instituts se livraient à une course aux découvertes effrénée, c’est pourtant lui, Yersin, qui trouvera le premier le bacille de la peste, fait de guerre décisif qui permettra à l’Institut Pasteur d’élaborer avant les japonais le vaccin qui éradiquera une maladie parmi les plus mythiques dans l’histoire de l’humanité. On allait l'appeler, le féliciter, mais - vous l'aurez compris - le héros avait déjà mis les bouts...

Avec humour et bonheur, Patrick Deville retrace donc la vie d’un génie qui ne fera qu'éparpiller son talent. Il sera, entre autres, médecin des messageries maritimes, explorateur en Indochine, topographe, anthropologue, éleveur de chevaux, cultivateur d’hévéas, s’intéressera à la poule et à l’œuf, aux moteurs à explosion, etc. Voici, en somme, la vie trépidante d’un chasseur de virus qui ne guérira jamais de celui de la fuite.

gaudé, cortège, actes, sudPour seul cortège de Laurent Gaudé

éd. Actes Sud 18€

 Dans un souffle épique, Laurent Gaudé relate les derniers jours de la vie d’Alexandre, et son dernier voyage vers l’éternité. Dans ce roman à deux voix, Dryptéis, de sang royal, autrefois proche d’Alexandre, vit recluse parmi des prêtres. Elle seule a le pouvoir de révéler la destinée d’Alexandre, et incarne au sein de ce récit la figure de la douceur et de l’abnégation en opposition à la force et la rudesse des hommes. Aussitôt le décès d’Alexandre prononcé, s’ensuit une lutte acharnée de ses proches  pour le pouvoir.  Les amitiés sont rompues et les guerres commencent. Un cortège funéraire quant à lui prend le départ, le corps d’Alexandre doit être rendu à Olympias. Une longue route s’annonce et s’avère être une épreuve aussi physique que psychologique pour l’ensemble du cortège dont Dryptéis fait partie.

Le récit commencé, il est très dur d’abandonner des personnages aussi charismatiques, habités par des valeurs fortes et guidés par le destin.

Rue des Voleurs de Mathias Enardrue, voleurs, énard, mathias, actes, sud, tanger, barcelone

éd. Actes Sud 21.50€

Voici l'érrance de Lakhdar, un adolescent de Tanger qui, pour avoir été surpris nu en compagnie de sa cousine, va être chassé du domicile familial par un père très pieux. Gamin jusque là sans histoires, dévoreur de romans policiers français de années 70 dont il assimile l'univers et la langue, il va aller de galère en galère, devenant même libraire pour le compte d'une obscure oeuvre de diffusion de la pensée coranique, jusqu'à ce qu'une rencontre décisive avec une jeune touriste espagnole oriente son regard vers Barcelone. Mais le chemin sera long jusqu'à cette terre catalane, et semé d'embûches, faisant de cette histoire pleine de rebondissements, un roman d'aventure aux allures de roman noir, ou l'inverse.

Grand connaisseur du monde méditérranéen, traducteur de l'arabe, installé  à Barcelone depuis de nombreuses années, Mathias Enard ne fait jamais deux fois le même roman et nous propose avec Rue des voleurs un texte plongé dans un bain d'actualité bouillonnant (les révolutions arabes) qui se lit comme un polar, ainsi qu'une réflexion sensible sur l'exil, l'errance et l'amour de la littérature.

Littérature étrangère

 

carlson, ron, cinq, ciels, gallmeisterCinq ciels  de Ron Carlson

éd. Gallmeister 22.90€

Dans une petite ville de l’Idaho, deux hommes, Arthur Key,  célèbre pour ses décors de cinéma à Hollywood, et Ronnie Panelli, jeune homme condamné pour vol, sont embauchés par Darwin Gallegos, qui vient de perdre subitement sa femme, afin de réaliser une étrange construction pour le compte d'un riche propriétaire. Au fil des jours le quotidien s’installe et les personnages vont sortir peu à peu de leur isolement respectif pour se livrer aux autres, s’abandonner à la nature et se délester des blessures du passé pour pouvoir avancer.

 Avant d’être un roman sur les grands espaces, Cinq ciels est avant tout un roman sur la rencontre de ces trois hommes d’horizons différents, la construction de soi, le partage et l’amitié. Quel beau roman tendre et plein de virilité à la fois!

vasquez, gabiel, bruit, choses, seuil

 

Le bruit des choses qui tombent de Juan Gabriel Vasquez
éd. du Seuil 20€

 Que reste-t-il d’une enfance colombienne des années 80, lorsque celle-ci s’est déroulée à l’époque du plus grand réseau de narcotrafiquants de tous les temps : le cartel de Medellin ? Le souvenir des bombes posées par les hommes de Pablo Escobar qui explosaient au hasard des lieux publics. Les fusillades qui pouvaient vous surprendre à chaque coin de rue. Les assassinats d’hommes politiques. Une ambiance de terreur. Reste un sentiment d’angoisse partagé par toute une génération qui n’arrive toujours pas à s’en défaire.

 Avec Le bruit des choses qui tombent, Juan Gabriel Vasquez, né en 1973, revisite donc ses propres peurs en racontant l’histoire d’un jeune universitaire que l’Histoire de son pays rattrape au moyen d’une balle perdue lors d’un règlement de compte. Il dit aussi très bien, à travers l’histoire du très secret Ricardo Laverde, comment sont apparus, puis ont prospéré, les trafics de marijuana et de cocaïne au début des années 70.

 Voici un livre sensible, qui avance en secouant les mémoires. Remontent alors les souvenirs à la surface. Le présent s’éclaire. Le lecteur est ébloui.


23:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.