Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2012

Amazon ment en 48h et sans frais de port !

ça va tout de même mieux en le disant, après une semaine de Montebourderies assomantes ! Voici le communiqué du SLF (Syndicat de la Librairie Française) :


amazon, montebourg, emploiL’EMPLOI, C’EST EN LIBRAIRIE !
Face à la déferlante médiatique autour de l’implantation d’une troisième plate-forme d’Amazon en Bourgogne, le Syndicat de la librairie  française tient à rappeler quelques données : 
- face aux 150 à 250 emplois permanents réellement créés par Amazon, la vente de livres génère en France  plus de 20 000 emplois dont 14 000 dans les seules librairies indépendantes (rapport de branche 2011 I+C) ; 
- A proportions égales, la librairie indépendante représente une activité qui génère deux fois plus d’emplois que dans les grandes surfaces culturelles, trois fois plus que dans la grande distribution et, selon les chiffres de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD)*, 18 fois plus que dans le secteur de la vente en ligne
- La librairie est un  commerce humain qui mise sur des femmes et des hommes qui aiment les livres, les défendent et les connaissent comme ils connaissent leurs clients « en chair et en os » ; 
- pour l’ouverture de sa plate-forme, Amazon a bénéficié d’aides publiques conséquentes alors qu’un rapport sur « l’impact du développement d’Internet sur les finances de l’Etat », disponible sur le site du Sénat, confirme qu’Amazon, en rapatriant l’essentiel de son chiffre d’affaires au Luxembourg (905 M€ sur 930 M€) échappe pratiquement totalement à l’impôt en France. Il s’agit d’une concurrence déloyale au détriment des commerces indépendants et de proximité qui génèrent bien plus d’emplois tout en s’acquittant de leurs obligations légales. 
Acheter en librairie, c’est la meilleure façon de soutenir localement 
l’emploi, l’économie et la culture. 

A lire aussi : le billet d'humeur d'un très bon ami libraire à Auxerre. CLIQUEZ ICI !

23:59 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : amazon, emploi, librairie

Commentaires

Ce billet n'est pas tout à fait honnête et c'est dommage car on peut ensuite se poser des questions sur l'ensemble du billet.
Amazon crée 500 emplois en Saône et Loire et à terme en promet 1100 comme sur ses autres sites en France.
Ensuite mettre en balance ces "150 à 200 emplois" qui sont des nouveaux emplois avec l'ensemble de la librairie (14 000 emplois) n'est pas valable.

Certes Amazon devient un monstre et cherche, comme les libraires n'est-ce pas, à faire de l'argent.
Il aussi est anormal que cette entreprise bénéficie d'aides et ne paie que très peu d’impôts en France.


Pour autant il serait bon que la critique du SLF ne prête pas le flanc... à des critiques.

Écrit par : Oulala | 12/07/2012

Pas d'accord avec Oulala.
A aucun moment Amazon ne promet 1100 emplois permanents. Cela ne concernera que les périodes de pointe en fin d'année. Mais bon, peu importe cette histoire de chiffres qui n'est que de la communication.
En revanche, dire que les libraires, comme amamzon, ne cherchent que le profit, c'est un peu dégeu, si je peux me permettre. On ne joue pas dans la même catégorie et il faut savoir que le commerce du livre est le moins profitable de tous les commerces de détail en France avec en moyenne un bénéfice de 0.3% en fin d'exercice. Bref, la misère. Alors oui, nous sommes des commerçants et oui, nous voulons vendre un maximum de livres. Mais c'est parce que nous avons un commerce à faire tourner et souvent, des familles à faire vivre. Mais vous ne me ferez jamais avaler qu'amazon possède la moindre - comment dire - conscience "littéraire"... Je ne suis plus un doux rêveur avec mes 13 années de librairie, j'ai passé l'âge. Mais mon métier, tel que je le conçois, s'il consiste, c'est entendu, à vendre un maximum de livres (chose que l'on pourrait considérer comme une reconnaissance puisque si j'en vends beaucoup, c'est que je travaille bien) consiste aussi à lire des livres (donnez-moi le nom du lecteur chez amazon...), à être attentif au travail de petites maisons d'édition qui publient souvent de petits chefs d'oeuvre absents des listes de meilleures ventes, à suivre des auteurs sur plusieurs livres afin de mieux défendre leur travail et, fort de tout cela, à conseiller au mieux les gens qui entrent dans nos murs. La satisfaction que procure ce métier, quand il est bien fait, explique pour beaucoup le charme qu'il éveille encore chez de nombreux jeunes libraires malgré la faible attractivité des salaires.
Alors vos histoires de profit, qu'elles aillent se faire voir au Luxembourg !
Cordialement
François Reynaud

Écrit par : le libraire | 28/07/2012

Les commentaires sont fermés.