Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Entrepreneur raté, artiste malgré lui.

Le livre blanc de Rafael Horzon

de Rafael Horzon

traduit de l'allemandéd. Attila18€

Alors voilà, vous connaissez certainement un de ces étudiants au cerveau bien composé ne jurant que par la prestigieuse école de commerce où il est en train de faire ses gammes. Certain du destin brillant qui l’attend, ce garçon ou cette fille se lancera peut-être dans la création d’entreprise, laquelle bien entendu, lui ouvrira rapidement les portes d’une réussite proprement insolente, lui apportant fortune et horzon, attila, livre, blanc, berlingloire. Si ce spécimen traîne de par chez vous, empressez-vous de lui offrir Le Livre blanc de Rafael Horzon, livre ovni d’un allemand né en 1970 et qui, durant les années 90 jusqu’au milieu des années 2000, a multiplié les créations d’entreprises emporté par la force de son génie (ou supposé génie) créatif. Un type un rien frappé dont la plupart des projets seront rapidement marqués par le sceau de l’échec, le précipitant alors dans des abîmes de perplexité insondables avant qu’une autre idée non moins géniale (ou stupide, c’est selon) lui redonne la foi et le remette sur pieds.

Sa plus grande idée - comprendre son plus beau coup : un modèle de bibliothèque unique « d’un genre nouveau, tout en angles droits, inspirées des proportions du corps humain. » Ce meuble sera le seul de Moebel Horzon, sa boutique berlinoise, et il le fabriquera à la chaîne, aidé de quelques amis armés de perceuses. Sinon il entreprendra, en vrac : l’écriture d’une pièce de théâtre, l’exposition d’oeuvres d’artistes japonais n’existant pas, la rédaction du Compendium des savoirs (sorte de condensé de tous les savoirs de l’humanité en un seul livre…), de rencontrer le poète français Frédéric Beigbeder, la création d’une Université des Sciences où l’on apprendra ce qui ne s’apprend pas, un espéranto sans grammaire, la création d’une agence de séparation pour contrer les agences de rencontre puis d’une ligne de vêtements appelée Gelée Royale avec là encore un seul modèle de costume, etc, etc, etc.horzon, meuble, bibliotheque, attila, livre, blanc

Ce livre blanc, publié par les inénarrables éditions Attila, raconte par le menu ce parcours d’un homme qui ratera la plupart de ses entreprises au point de finir par passer pour un artiste performeur d’un genre nouveau. Un performeur ?! Quelle horreur ! Lui qui déteste l’univers de l’art lequel serait mort avec l’urinoir de Duchamp. On éclate de rire à chaque page, on aime ce type comme on avait aimé le Brave soldat Chveik de Jaroslav Hašek avec lequel  il partage une naïveté et une honnêteté déconcertantes, parfois si proche de la stupidité. Cette histoire tout simplement incroyable est bien heureusement réelle, et pour notre plus grand bonheur Rafael Horzon nous l’offre dans ce livre absolument indispensable. Peut-être sa plus belle réussite.

Les commentaires sont fermés.