Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2011

N'espérez pas vous débarrasser des livres !

umberto eco, jean-claude carrière, livres, débarrasser, livre de pocheOn n'aurait rien inventé de mieux que le livre depuis l'invention du livre. "Le livre est comme la cuiller, le marteau, la roue ou le ciseau. Une fois que vous les avez inventés, vous ne pouvez pas faire mieux. Vous ne pouvez pas faire une cuillère qui soit mieux qu'une cuillère. Des designers tentent d'améliorer par exemple le tire-bouchon, avec des succès très mitigés, et la plupart d'ailleurs ne fonctionnent pas. Philippe Stark a essayé d'innover du côté des presse-citron mais le sien (pour sauvegarder une certaine pureté esthétique) laisse passer les pépins. Le livre a fait ses preuves et nous ne voyons pas comment, pour le même usage, nous pourrions faire mieux que le livre."

Cette réflexion pleine de malice de l'écrivain universitaire Umberto Eco donne le ton du livre N'espérez pas vous débarraser des livres*, conversation sur l'avenir du bouquin (en papier !) avec son complice Jean-Claude Carrière. Entre ces deux puits d'érudition, pas une once de pédanterie lorsqu'il s'agitdébarrasser des livres.jpg d'évoquer cet outil tout bête composé de "pages de texte ou d'images réunies ensembles par quelque truc technique qui rend possible le feuilletage." Intelligents et drôles, leurs propos nous éclairent une bonne fois pour toutes sur cette mort toujours annoncée et sans cesse reportée que celle du livre. L'e-book est-il l'avenir définitif du livre ou n'en est-il qu'une composante, une déviance avec ses avantages et ses inconvénients à coté de laquelle la version papier continuera son vieux bonhomme de chemin ? Le numérique n'est-il pas déjà démodé sinon menacé de perpétuelle obsolécence quand tout un chacun peut lire encore sans problème un ouvrage de sa propre bibliothèque acheté une vingtaine d'années plus tôt ? Que sont nos vieilles cassettes VHS devenues, elles qui étaient en leur temps à la pointe de la modernité ?

Je pense pour ma part que le livre a cet avantage de ne pas avoir à se poser la question de la modernité. Un livre n'est pas moderne. Il est, comme le dit Umberto Eco, comme la cuillère. La disparition de la cuillère viendra quand un outil formidable la remplacera en mieux, comme si cela était possible. Ou bien viendra-t-elle quand les gens cesseront de manger de la soupe, des yahourts ou des glaces? Il en va de même concernant la disparition du livre, selon moi. Elle ne viendra pas de l'e-book (dont la disparition, elle, est très certainement déjà programmée dans quelque unité de recherche en technologie quelque part dans le monde) mais bien d'une éventuelle absence de lecteurs. Moins de lecteurs, moins de librairies. Moins de librairies, moins de livres.

Un e-book a besoin d'électricité pour fonctionner. Le livre papier n'a besoin que de lecteurs.

*éd. Le livre de poche. 6€

 

Les commentaires sont fermés.