Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité

  • Rencontre avec le mystère du monde quantique !

    Vendredi 21 octobre

     

    Mathieu Burniat

     

    dédicace et rencontre autour de sa BD

     

    Le mystère du monde quantique (éd. Dargaud)

     

    dédicace à partir de 16h / rencontre à 19h

     

    Mathieu Burniat présentera aussi à cette occasion sa toute nouvelle publication, une BD culinaire : Les illustres de la table)

     

    CV_MYSTERE-MONDE-QUANTIQUE.jpg

     

    Hyperlien vers notre article quantique ! :

     

    Le Mystère du Monde Quantique

     

  • Interview de l'auteur israélien de polars Dror Mishani réalisée en 2014

    RENCONTRE AVEC Dror MISHANI

    JEUDI 6 OCTOBRE

    dédicaces de 18 à 19h

    rencontre à partir de 19h

    Entrée libre et gratuite

    Avant sa venue exceptionnelle voici l'interview qu'il nous avait accordée il y a 2 ans à la parution de

    Une disparition inquiétante

    Interview de Dror Mishani réalisée par François en 2014 pour le magazine PAGE des libraires.

    dror, mishani, interview, rencontre, disparition, inquiétante, avraham, doutes, seuilLibrairie — « Chez nous, il n’y a pas de tueurs en série, pas d’enlèvements et quasiment pas de voleurs qui agressent les femmes dans les rues. Chez nous, si quelqu’un est assassiné c’est en général le fait du voisin, de l’oncle ou du grand-père, pas besoin d’une enquête compliquée. » C’est pour cela, explique l’inspecteur Avraham, qu’il n’y a pas de littérature policière israélienne. Est-ce la vérité ?
    Dror Mishani — En partie. Il y a peu encore, la société israélienne était assez traditionnelle. Le roman policier, lui, est plutôt le fait de sociétés modernes et libérales. Nous avons donc du retard. Et puis la littérature israélienne adore traiter des questions nationales, quand le roman policier est indifférent à la nation et à la religion (c’est pour ça qu’il est plus universel), et traite plutôt des questions de violence, d’aliénation urbaine, ou de psychologie du criminel et de la victime. Dans la littérature israélienne il faut toujours répondre à des questions relatives à l’identité du peuple juif pour être considéré comme un vrai écrivain. Le roman noir ne s’occupe pas de ces questions-là. De plus, la société israélienne ne peut pas imaginer l’agent de police comme un héros, à la différence de la France avec Maigret ou de l’Italie avec Montalbano. L’origine séfarade de la plupart des policiers explique peut-être aussi que la littérature israélienne lui préfère ses héros soldats ou agents du Mossad.

    Libraire — Votre inspecteur passe complètement à côté de son enquête. Il dror, mishani, interview, rencontre, disparition, inquiétante, avraham, doutes, seuildoute de lui-même parce que sa première intuition a été mauvaise. Cela crée une atmosphère tout en fragilité, absolument magnifique.
    D. M. — C’était une des premières choses que je savais d’Avraham. Je voulais un détective qui se trompe. Par simple souci de réalisme (pourquoi les détectives auraient-ils toujours raison ?). J’aime vraiment le roman noir, il est toute ma vie. Mais il y a une chose que je n’aime pas en lui, et même que je crains, c’est qu’il voit le monde rempli de coupables. Fondamentalement, le projet historique du roman policier est d’incriminer le monde (sauf chez Simenon). Je voulais inventer un détective qui pense que les gens sont innocents. Je voulais un détective qui ne cherche pas de traces de culpabilité, mais des fragments d’innocence. Je le préfère comme ça, même si cela veut dire qu’il ne voit pas toujours tout.

    Libraire — L’enquête que mène l’inspecteur Avraham est interrompue par un étrange voyage à Bruxelles. Cet épisode « casse » l’action de votre roman et apporte une note mélancolique de plus à cette histoire que l’on trouve très rarement en littérature policière. Cela m’a énormément plu.
    D. M. — En fait, c’est l’un des chapitres que j’aime le plus, et il n’a pas toujours été compris. Une de mes séries policières préférées est celle de Maj Sjöwall et Per Wahlöö, avec le détective Martin Beck (Rivages). Ils montrent aux écrivains de romans policiers qu’un roman rythmé n’est pas nécessairement rapide. Ils m’ont enseigné la durée. Or j’aime la durée dans la littérature en général et dans les romans policiers en particulier. Le chapitre sur Bruxelles donne de la durée à mon roman. De plus, je voulais confronter mon détective israélien, qui travaille dans un pays où la fiction policière n’est pas possible (ou pas aimée), à un détective européen qui travaille, lui, en pays conquis.

    Libraire — Votre inspecteur a comme passe-temps favori de lire des romans policiers et de chercher en eux le truc qui cloche et remet en cause la crédibilité de l’enquête telle que nous la présente le romancier… Êtes-vous aussi ce genre de lecteur, et quels sont d’ailleurs les auteurs de romans policiers que vous lisez ?
    D. M. — La vérité est qu’au lieu d’Une disparition inquiétante, je devais finir une thèse de doctorat sur l’histoire du roman policier, dont le sujet était le suivant : chaque roman policier peut être lu deux fois ; une fois avec le détective, une autre contre lui. Et on peut toujours prouver que la solution n’est pas celle qu’il nous propose. Ce ne sont pas les auteurs qui décident ou créent ça, mais le genre lui-même. Pourtant, je n’ai pas eu la force de le développer dans une thèse académique ; j’ai donc écrit un roman. Quant à mes auteurs de prédilection, ce sont Simenon et Sjowall-Wahloo. Je peux en ajouter d’autres, tels Edgar Poe, Émile Gaboriau, Henning Mankell, Karin Fossum et, bien sûr, Fred Vargas.

    Libraire — Votre enquête est très intime, menée autour de quelques personnages habitant tous le même quartier de Tel-Aviv. Elle évacue dans le même temps tous les problèmes de sécurité extérieure (la Palestine, l’immigration). On en oublierait presque que l’on est en Israël ! Est-ce volontaire de votre part ?
    D. M. — En fait, j’ai voulu demander à la littérature israélienne et aux Israéliens s’ils étaient prêts à lire autre chose que des romans concernant l’identité nationale et se déroulant dans des Kibboutz ou des bases militaires, pour s’intéresser à des histoires de classe, par exemple, qui se déroulent dans la banlieue de Tel-Aviv et qui n’auraient aucune résonance avec les questions dites « importantes » de la littérature locale. C’est pour cela que j’ai imaginé cette intrigue autour d’un gamin de 16 ans qui disparaît en raison d’événements qui n’ont rien à voir avec le conflit. Mais vous savez, Une disparition inquiétante est seulement le début d’une série, et, pour le moment, Avraham est un agent de police relativement secondaire dans une banlieue où vivent presque exclusivement des Juifs. Par la suite, il va prendre du grade et rencontrer des cas de nature différente…

  • Une parenthèse nécessaire.

     

    maures, berlandis, stock, maures

    Maures 

    Sébastien Berlendis

    éd. Stock     14€

    Maures est une parenthèse nécessaire.

    A la manière de ses deux précédents textes « Une dernière fois la nuit » et « L’autre pays », tous deux parus dans la précieuse collection La foret des éditions Stock, Sébastien Berlendis nous propose en toute légèreté de l’accompagner dans la foule d’images qui l’anime.

    Avec Maures, tout juste paru, il nous met dans la confidence et nous offre une part intime de lui-même à l’époque où l’on perd, sans le savoir, ce que l’on va chercher le restant de sa vie. Cette insouciance. ..

    Autant de fragments d’étés passés depuis toujours au bord de l’eau dans le massif des Maures. Autant de souvenirs fondateurs, l’évidence des couchers de soleil et du sable qui s’accroche à la peau, la peau des filles, leurs cheveux et les heures qui passent dans le vent chaud, sans que l’on s’en aperçoive, discrètes comme les vagues. Nous voilà alors les témoins de cette fabrique du temps nécessaire à la compréhension de qui nous sommes. Un espace fragile sous la menace perpétuelle de la fatalité qui rôde, comme rôdent autour de ce lieu enchanteur, les incendies et les inondations.

    Au fil de ce parcours dans les méandres de la mémoire, le camping, lieu de toutes les caricatures, devient peu à peu un support poétique ! « La parenthèse enchantée » d’une famille, d’un grand-père et d’un petit fils soudés par le sel, la résine et la complicité. Un grand-père aujourd’hui disparu.

    Les temps se mélangent. Présent et passé ne font plus qu’un et l’on se surprend en train de feuilleter un album de famille en se demandant pourquoi nous sommes en train de le faire. Va savoir.

    Maures a la puissance de ces textes évocateurs, ceux qui nous parlent sans rien dire, tout en sincérité, poésie et romantisme.

    rencontre avec Sébastien Berlendis

    vendredi 23 septembre

    dédicace de 18 à 19h / rencontre autour de son roman à partir de 19h

     

  • Les Cordeliers ne tiennent pas en place !

    Actualité de la librairie des Cordeliers

    La rentrée de la librairie des Cordeliers s'annonce chargée. Littérature, polar, bande dessinée, documents historiques... Il y en aura pour tous les goûts. Alors à vos agendas !

    Et à très bientôt.

     

    Samedi 17 septembre

    fillioud, patrick, lemieux, roman, vrai, mai, 68Patrick Fillioud

    viendra dédicacer son nouveau livre de 15 à 18h

    Le roman vrai de mai 68 (éd. Lemieux éditeur)

    plus d'infos ici

     

     

    Vendredi 23 septembre

    maures, berlandis, stockSébastien Berlandis

    viendra présenter et dédicacer son nouveau roman

    Maures (éd. Stock)

    dédicace de 18h à 19h / rencontre à partir de 19h

    plus d'infos ici

     

     

    Jeudi 29 septembre à 18h30

    Que lire en cette rentrée littéraire ?

    Soirée Rentrée Littéraire à la Médiathèque Simone de Beauvoir.

    Avec la participation des bibliothécaires des Médiathèques de Romans et des libraires de la librairie des Cordeliers et de la Manufacture.

    plus d'infos ici

    Vendredi 30 septembre

    légende, prudhomme, sylvain, arles, roux, lionel, plaine, crau, chouSylvain Prudhomme

    (Prix des Cordeliers 2015 pour son roman Les grands)

    viendra dédicacer et présenter son nouveau roman

    Légende (éd. Gallimard / l'Arbalète)

    dédicace de 18h à 19h / rencontre à partir de 19h

    A cette occasion, Sylvain Prudhomme nous proposera une lecture musicale de son roman précédent Là, avait dit Bahi accompagné à l'oud par Faycal Salhi.

    plus d'infos ici

     

    Jeudi 6 octobre

    dror, mishani, doutes, avraham, seuil, policierDror Mishani

    L'auteur israélien de romans policiers viendra présenter son nouveau roman

    Les doutes d'Avhram (éd. Seuil)

    dédicace de 18h à 19h / rencontre à partir de 19h

    plus d'infos ici

     

    Samedi 8 octobre

    chesneau, dame, vinay, sauvageonJean Sauvageon, Jacky Vinay, Danielle Bertrand

    présentation dédicace du livre

    Germaine Chesneau, une grande dame (éd. ANACR)

    de 16h à 19h

     

    Nuit du jeudi 13 au vendredi 14 octobre

    harry, potter, enfant, maudit, nuit, gallimardGrande nuit Harry Potter

    à l'occasion de la parution du volume 8 de la série

    Harry Potter et l'enfant maudit

    mise en vente du livre à minuit !

    (plus d'infos sur le contenu de la soirée, à venir)

     

    Samedi 15 octobre

    liano, leonora, grasset, crépuscule, tourment, rencontreLeonora Miano

    La médiathèque Simone de Beauvoir accueille la romancière à l'occasion de la parution de son livre

    Le crépuscule du tourment (éd. Grasset)

    (horaires à préciser ultérieurement)

    plus d'infos ici

     

    vendredi 21 octobre

    burniat, amthieu, monde, quantique, mystère, dargaud, bd, bande, dessinéeMathieu Burniat

    dédicace et rencontre autour de sa BD

    Le mystère du monde quantique (éd. Dargaud)

    dédicace à partir de 16h / rencontre à 19h

    Mathieu Burniat présentera aussi à cette occasion sa toute nouvelle publication, une BD culinaire : Les illustres de la table)

    plus d'infos ici

     

    samedi 19 novembre

    vinson, sigolène, cailloux, tripodeSigolène Vinson

    (Prix des Cordeliers 2016 pour son roman Le Cailloux)

    dédicacera son livre de 10h30 à 12h à la librairie des Cordeliers

    rencontre autour de Le Cailloux à la Médiathèque La passerelle de Bourg-les-Valence à partir de 15h

    plus d'infos ici

     

  • Et deux grandes lectures pour commencer cette rentrée littéraire !

    mauviginier, continuer, minuitContinuer

    Laurent Mauvignier

    éd. de Minuit 17€

    Parce que Samuel, son adolescent de fils, part à la dérive entre violence de bande et questionnements identitaires, Sybille entreprend avec lui un périple de 3 mois à travers le Kirghizistan sans vraiment lui laisser le choix. Ce n’est pas une très grande voyageuse mais elle parle le russe et dans cette ancienne république soviétique, elle saura se faire comprendre. Elle fait surtout le pari que  cette « excursion » à dos de cheval (l’un des derniers centres d’intérêt reconnus par son fils) saura les rapprocher. Le vent, le silence, les rencontres feront tout naturellement renaître la parole et la compréhension entre eux deux, loin de la vie citadine et d’un travail épuisant au centre hospitalier. Ce sera aussi une façon de montrer à Benoît, le père de Samuel dont elle s’est séparée il y a quelques années, qu’elle sait "faire face" loin des ricanements qu’il lui jette au visage à chacune de leurs rencontres.

    Continuer raconte ce trajet parsemé d’embûches, de bonnes et moins bonnes rencontres, et de flashs back qui nous éclairent sur la vie de cette femme qui hésitait il y a 20 ans à peine, avant un quotidien de fatigue, entre une carrière d’écrivaine et de chirurgienne. Petit à petit, le regard de Samuel sur celle qui n’était jusqu’ici que sa mère va changer. Il va se charger de passé et de profondeur, le jeune homme prenant conscience que derrière cette mère, il y a une femme. Douce façon pour Laurent Mauvignier de montrer un enfant devenant homme à travers la perception bouleversée qu’un fils porte sur celle qui n’a jamais cessé d’être là pour lui, au point de finir par ne plus la voir.

    Cette histoire finira-t-elle bien ? On le pense très longtemps. Presque jusqu’à la fin de ce livre dont le décor surprendra les lecteurs les plus fidèles de l’auteur de Des hommes. On ne attendait pas Mauvignier les pieds dans la boue à ce point, et pourtant nous voici en plein Nature wrinting à la française, perdus au milieu de nulle part dans un paysage tour à tour magnifique et inquiétant. Ce texte rappellera le Sukkwan Island de David Vann avec toutefois un ancrage contemporain beaucoup plus évident, en témoignent les échos douloureux aux attentats parisiens de ces derniers mois.

    Retrouver Mauvignier avec un livre pareil est une vraie joie de lecteur que je vous invite à partager !

    mabel, autours, macdonald, helen, fleuve, noirM pour Mabel

    Helen Macdonald

    trad. de l'anglais par Marie-Anne de Béru

    éd. Fleuve noir 19.90€

    Indéfinissable pour notre plus grand bonheur, M pour Mabel raconte le voyage dans le monde de la fauconnerie et - au-delà - de la sauvagerie animale, qu’Helen Macdonald va entreprendre à la mort de son père. Terrassée de douleur, elle qui depuis toute petite se passionne pour les rapaces et la littérature qui va avec, décide alors d’acheter un autour, une merveille de volatile réputé pour la brutalité de ses attaques. Manière aussi de rester en lien avec cepère trop subitement disparu, car la légende veut que ces oiseaux là établissent un pont entre le monde des vivants et celui des morts.

    Le livre raconte cet apprentissage, et le retour à la vie après l’épreuve du deuil. Mais il est bien plus riche encore. Il est un éloge de la patience, un hommage à l’écrivain T.H. White, auteur oublié de L'épée ans la pierre (1938) dont Walt Disney tirera Merlin l'enchanteur et lui aussi amoureux fou des rapaces. Réflexion sur l’imaginaire médiéval dans l’Angleterre d'aujourd’hui, sur la violence des hommes et celle des animaux ce grand livre est pourtant une livre qui observe, comprend et apaise.

    Je n’avais jamais rien lu quoique ce soit de semblable ! Moi qui n'aime ni les livres de deuil, ni les rapaces, j'ai DE-VO-RE Mpour Mabel !

  • Rencontre avec Xavier DEVILLE

    rencontre dédicace

    vendredi 3 juin

    Xavier DEVILLE

    pour son 1er roman

    Melville street*

    *(éditions Sulliver)

    melville, street, xavier, deville, handicap, dundin, roman, premier

    Un jeune français expatrié à Dundin en Nouvelle-Zélande trouve un emploi comme aide de vie dans une petite maison où vivent 5 handicapés. Aucune formation, simplement quelques consignes à respecter et une charte hypocrite à suivre. Il va devoir se débrouiller tout seul...

    Un premier roman fort, un regard original sur le handicap et la façon dont la société feint de s'en occuper.

    dédicace de 18 à 19h

    rencontre à partir de 19h.

     

     

  • Le vrai du faux

    vigan,delphine,lattès,histoire,vraie,après,oppose,nuit,rien,kingD’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

    éd. Lattès 20€ 

    Elle nous avait laissé bouleversés voici quatre ans à la fin de la lecture de Rien ne s’oppose à la nuit. Quatre années de silence et ce souvenir d’une mère bipolaire ayant mis fin à ses jours que l’on ne pouvait plus détacher de nos mémoires. Delphine de Vigan venait de signer un chef d’œuvre d’autofiction, un livre écrit à bonne distance d’une émotion qui aurait pu tout emporter, l’écrivain et son écriture avec.

    Là revoilà avec D’après une histoire vraie, qui semble commencer là où s’était terminé le précédent. La narratrice de ce nouveau roman s’appelle Delphine. Elle est la compagne de François, célèbre présentateur d’une émission de télévison consacrée à la littérature… On l’a découvre dès les premières pages épuisée par le nombre de sollicitations auxquelles elle a dû répondre suite au succès du livre qu’elle a fait paraître, livre dans lequel, elle racontait par le menu la chute dans les affres de la folie de celle qui fut sa mère. Une histoire familiale dans laquelle elle s’est beaucoup exposée, un livre qui la mise en danger et lui a valu de jolies rancunes. On connaît cette histoire là. Delphine de Vigan nous parle d’elle. On est en confiance. Le personnage de L. peut entrer en scène…

    L., c’est une lectrice rencontrée par hasard lors d’une soirée parisienne à laquelle Delphine n’avait pas vraiment prévu d’aller. Plus qu’une lectrice, L. se révèle être une véritable admiratrice. De discussions en discussions, Delphine comprend avec joie qu’elle se découvre une nouvelle amie. Quelqu’un avec qui rire et bavarder, de tout et de rien, quelqu’un de bienveillant qui s’intéresse à son travail et se propose même de l’aider à retrouver le chemin de l’écriture après de longs mois passés à tourner à travers toute la France, de librairies en médiathèques, de fêtes du livre en lycées.

    Petit à petit toutefois, quelque chose d’inquiétant transparaît de la personne de  L. Une personnalité ambiguë, qui cache une névrose profonde, capable d’accès de colère dévastateurs. Une façon aussi d’être gentiment oppressante, de s’ingérer dans les affaires de Delphine, qu’il s’agisse de ses relations personnelles ou de son travail. Car L. a une idée bien précise de ce que doit être la suite du livre avec lequel l’écrivaine s’est imposée auprès du grand public - ce livre éminemment personnel et douloureux – et elle entend bien pousser Delphine à l’écrire. De gré ou de force…

    Delphine de Vigan nous bluffe avec ce nouveau roman. Impossible de lâcher ce thriller psychologique qui bascule dans le monde de la manipulation et de l’aliénation consentie placé sous le haut patronage de Stephen King ! Avec un art du suspens qu’on ne lui connaissait pas, l’auteur de No et moi, de Jours sans faim et Des heures souterraines se permet même, tout au long du récit, de nous faire part au détour de discussions passionnantes entre les deux femmes de ses interrogations concernant la question du vrai et du faux en littérature… C’est virtuose !

    D’après une histoire vraie signe le grand retour de Delphine de Vigan à la fiction et, pour notre plus grand bonheur, nous ressentons le plaisir ludique qu’elle a eu à retrouver ce chemin là ! Qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui est faux dans cette histoire ? C’est à chacun d’y répondre. Ne comptez surtout pas sur elle pour vous répondre mais jetez-vous sur ce livre et ne boudez surtout pas votre plaisir !

    rencontre exceptionnelle avec Delphine de Vigan à Romans mercredi 18 novembre

    dédicace à la librairie des Cordeliers de 17h à 18h

    rencontre à la médiathèque dès 18h30

    vigan

     

  • LIRE ET MARCHER ET LIRE ET MARCHER ET LIRE ET MARCHER ET LIRE...

    initiales, marcher, librairies, indépendantes,Venez à la librairie découvrir le nouveau dossier "Marcher parmi les livres" réalisé et rédigé par les libraires indépendants Initiales.

    Les rapports entre littérature et la marche, le temps long dans un monde de l'instantané, des livres qui parlent de la marche comme d'une philosophie, d'une façon de penser le monde, des livres où l'on marche parce qu'on est en quête de quelque chose, parce qu'on est poursuivi, des livres qui flânent ou explorent des sentiers oubliés...

    Dans ce dossier qui marche, on parle de King, de Cormac McCarthy, de Jacques Lacarrière, de Bernard Ollivier mais aussi d'écrivains moins fréquentés. De vrais coups de cœur !

    Il est aussi question dans ce premier numéro de livres que vous pourrez retrouver dans la quarantaine de librairies qui composent notre groupement. Des perles, des pépites qui vous aideront à passer de bonnes vacances ! Il y a aussi un portrait de librairie (Atout Livre, Paris 11ème) la présentation de la maison d'édition Verdier, un cahier photo autour du livre de Marc Wendelski Beyond the forest et l'interview de l'écrivain Michal Ajvaz qui publie L'autre ville aux éditions Mirobole !

    Et tout ça, oui, tout ça pour que dalle ! GRA-TOS !

    Pour en savoir plus, venez nous voir où consulter le magazine en ligne sur le site des librairies Initiales.

  • C'est le Mois du voyage du 13 mai au 9 juin !

    La médiathèques de Romans présentent Le Mois du Voyage

    6 mois tome 2.jpgPartenaire de la Médiathèque pour cette manifestation, la librairie  sera présente à l'occasion d'une présentation de la Revue 6 Mois

    le Vendredi 29 à 18h30 à la Médiathèque Simone de Beauvoir.

    Projection de reportages de photojournalisme autour du monde sous forme de courts métrages. Marie-Pierre SUBTIL, rédactrice en chef de la revue, partagera avec nous les histoires émouvantes, chocs ou simples des reportages publiés dans la revue.

    La rencontre est organisée à l'occasion de l'exposition Je suis Walé du photographe de réputation internationale Patrick Willocq

    Plus d'infos sur cette formidable revue issue elle-même de la revue XXI : Site de la revue 6 mois.

     

     

    nus, culottés, nans, thomassey, voyage

    Rencontre avec Nans Thomassey et projection d'un extrait de l'émission Nus et culottés

    Jeudi 4 juin à 18h30 Salle communale de Mours.

    Nans Thomassey est un baroudeur rendu célèbre par les voyages qu'il a bible, grand, voyageur, nans, thomasseyfait avec son ami Mouts dans la série Nus et culottés diffusée sur France 5. Le principe est simple, on dépose deux personnes toutes nues n'importe où, à charge pour elles d'atteindre un objectif fixé au départ. Nans nous racontera ses anecdotes de tournage et de voyage autour du monde.

    Il a collaboré à la Bible du grand voyageur

     

    ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE POUR CES 2 RENCONTRES !

     

     

  • Quel goût ça a la nanotechnologie ?

    nanotechnologies, lengler, rivasi, eelv, verts, drôme, conférence,débat

    Conférence - débat lundi  mai Salle Charles MICHELS à Romans

    Les produits contenant des nanoparticules envahissent notre quotidien. Invisibles à l’œil nu, ces nouvelles molécules hightech laissent parfois deviner leur présence par les accroches publicitaires : aliments aux “saveurs inédites”, “cosmétiques agissant plus en profondeur”, “sous-vêtements antibactériens”, fours et réfrigérateurs “autonettoyants”, articles de sports “plus performants”, et armes plus destructrices…
    Sans cesse, les ingénieurs en recherche et développement inventent de nouvelles applications des nanos qui sont commercialisées sans le moindre contrôle, au mépris de la réglementation les obligeant à tester la toxicité des substances avant de les vendre. Or, il s’avère que ces nanoparticules sont souvent redoutables – elles sont si petites que certaines peuvent traverser tous les organes, jouer avec notre ADN et provoquer de nombreux dégâts.
    Grâce à son enquête aussi rigoureuse qu’explosive, Roger Lenglet a retrouvé les principaux acteurs des nanotechnologies. Il livre ici leurs secrets et les dessous de cette opération menée à l’échelle planétaire qui, avec le pire cynisme, continue de se déployer pour capter des profits mirobolants au détriment de notre santé.
    Avec ce premier livre en français sur la toxicité des nanoparticules, Roger Lenglet tente de prévenir un nouveau scandale sanitaire d’une ampleur inimaginable.

     

    En savoir plus sur la soirée ? Site EELV Drôme.